Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPryapisme › Hyperblast Super Collider

Pryapisme › Hyperblast Super Collider

cd • 10 titres

  • 1Un druide est giboyeux lorsqu'il se prend pour un neutrino
  • 2Boudin blanc et blanc boudin
  • 3Random Jean Vigo
  • 4La notion de chiralité de spin et d'oscillation de saveur des particules supersymetriques definissant un champs scalaire lors d'une transition de conifold en cosmologie branaire dans un modele ekpyrotique
  • 5Lesbian bordello
  • 6J’ai envie de te claquer
  • 7Cochenille, membrane et volcanologie
  • 8Jon-bon-jon-boutros-boutros-boutros-bovi-miou-miou
  • 9Je suis venu, j’ai vu, j’ai sangouinu
  • 10La nuit sur le mont-chauvelu (Mussorgsky Cover)

line up

Nicolas Sénac (Guitare, Basse, Claviers), Benjamin Bardiaux (Claviers), Aymeric Thomas (Batterie, Clarinette, Electro), Goulwen Branger (Basse, Percussions, Saxophone (Live)), Nils Cheville (Guitare (Live))

remarques

chronique

Gambit d'ouverture : 3 hits stun, 4 hits mort. Deuxième round : le mec bourre les milles mains, me colle dans le coin, oicho loop, au revoir merci. Dernière chance : zoning à l'ancienne, airslasher, glissade, jackknife ; emballez c'est pesé. Pryapisme surpasse ses objectifs jusqu'à l'absurde : speedrun sur du RPG, random rogue-like, run and jump sur navigateur internet. Succession de plans hystériques, gif animé, nintendocore. Science fiction cheap en option select, synthwave grind imblocable, cross up de funk abyssale. Être l'enfant du produit, c'est terrible. Un enfant qu'on aurait trop gavé d'émissions télé, de surf internet non sécurisés parentalement, de piratage mp3 en trop grande quantité. Le mot « influence » n'a jamais eu autant et si peu de sens. Ryu dans Castlevania, Richter Belmont dans Dodonpachi. Dominante metal, okizeme progressive, distante – mention spéciale au jeu ahurissant d'Aymeric, on se demande ce que ce mec donnerait sur un disque de war metal. Trop plein, aussi, écœurement, débordement – les guitares sont insuivables : pas de super à la relevée. Épuisant comme l'intitulé de ses titres ou qu'un tournoi de Karnov. Bref, le genre de kaléidoscope hyper musclé pour lequel il vaut mieux être préparé, d'autant que ça dure un bon moment – seul regret d'un disque aux longueurs trop saillantes, pourtant retrogaulé comme la réalisation des vieux fantasmes auxquels la technologie nous permet désormais d'accéder – c'est pourquoi il faut acheter l'album en cassette, c'est plus marrant – zapping fou furieux des meilleurs moments de notre enfance, de tout ce que le japon a pu produire de pire (et c'est incalculable) condensé en une petite heure de musique – car le groupe n'a rien d'une blague, c'est même plutôt l'inverse : donner dans la folie mathématique, calculée – trop, peut être, des fois.

note       Publiée le samedi 19 décembre 2015

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hyperblast Super Collider".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hyperblast Super Collider".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hyperblast Super Collider".

(N°6) › dimanche 9 mai 2021 - 16:57  message privé !
avatar

Je suis passé voir, il balançait une horreur qui mixait une esthétique Saez/Kyo/Les jeunes avec François Fillon (de l'époque UMP si j'ai bien compris) ! Épique. Au moins il risque pas le DMCA là-dessus. Ah, et puis hors-blague il a indiqué qu'il détestait Saez de toutes ses forces, ce qui confirme qu'il est un homme de goût. (on parle du guitariste, entre autre, Nicolas Sénac, pour ceux qui ne suivent pas)

Note donnée au disque :       
dimegoat › dimanche 9 mai 2021 - 16:29  message privé !

Il est justement en train de streamer Elite Dangerous en diffusant du Johnny, si vous voulez lui dire bonjour.

(N°6) › dimanche 9 mai 2021 - 11:11  message privé !
avatar

Rétrospectivement, on pourrait vraiment appeler ça du Twitch-core.

Note donnée au disque :       
microbe666 › lundi 19 décembre 2016 - 14:47  message privé !
Note donnée au disque :       
Klarinetthor › samedi 12 mars 2016 - 02:20  message privé !

un bon grower, un bulger on dira donc. Putain mais cette fin qui pourrait etre tellement kitsch et immonde, c'est du tiramisu (avec les ptits clin d'oeil aux Guns inclus). Superbe instrumentation et superbe arrangement. Ca roule sur le fin rail entre nawak et classe.

Note donnée au disque :