Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGuapo › Five suns

Guapo › Five suns

8 titres - 62:42 min

  • 1/ Five Suns part I (4:31)
  • 2/ Five Suns part II (10:18)
  • 3/ Five Suns part III (10:30)
  • 4/ Five Suns part IV (12:56)
  • 5/ Five Suns part V (7:54)
  • 6/ [ ] (1:00)
  • 7/ Mictlan (8:57)
  • 8/ Topan (6:36)

enregistrement

Zed One Studios, Londres, Angleterre, août 2002-avril 2003

line up

Daniel O'sullivan (Fender Rhodes, orgue, mellotron, harmonium, guitare, effets électroniques), Dave Smith (batterie, percussions), Matt Thompson (basse, effets électroniques)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
avant garde > zeuhl

On avait un peu perdu de vue le groupe britannique Guapo. Bien que pratiquant une musique qui s'avère être pour la plupart d'entre nous éminemment sympathique, leur manque flagrant d'originalité, trahi par un mimétisme des plus troublants envers les groupes dont ils s'inspirent, avait fini par avoir raison de ma curiosité. Après tout, c'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire des grimaces ; autant écouter les originaux que de perdre son temps à claquer du fric pour de pâles copies... Deux albums plus tard et fort d'un split cd en compagnie de Cerebrus Shoal ("The Ducks and Drakes of ...") qui voit le groupe s'adjoindre les talents d'un nouveau membre en la personne du claviériste Daniel O'Sullivan, les chemins sinueux et chaotiques empruntés par Guapo conduisent le groupe à terminer sa course dans l'escarcelle du label Cuneiform, choix étonnant pour qui connaît et le groupe, et la firme de disque. Avec une campagne promotionnelle en béton armé, Guapo passerait presque pour une sensationnelle nouveauté pour qui ne se serait jamais intéressé à la question. Désormais vierge de toute réputation, les superlatifs pleuvent, et ce n'est plus du côté des Ruins ou de Ground Zero qu'il faut aller chercher leurs influences désormais, mais plutôt chez Magma ou King Crimson, allons bon... Nullement convaincu, il ne m'en fallait pas plus pour me repencher sur leur cas. Mais le constat reste invariablement le même. Certes, Guapo a changé, et l'admission du claviériste dans le noyau dur du groupe lui confère désormais une frangrance jazz plus marquée très agréable. Mais en somme, notre trio a fini par partager mon point de vue ; autant aller s'approvisionner à la source ! En singeant dorénavant les groupes qui ont inspirés les groupes qui les ont inspirés (vous me suivez ?), Guapo fait un sérieux saut dans le temps et sonne effectivement comme Magma. Ne nous leurrons pas ; la longue suite "Five Suns" n'est ni plus ni moins qu'un croisement réactualisé et à peine camouflé de "Köhntarkösz" et "De Futura". Au passage, si Guapo réussit à retranscrire le côté psychédélique par le biais de long crescendos tout en puissance, ils oublient le côté transe, l'aspect sans doute le plus fondamental de la musique zeuhl.

note       Publiée le samedi 2 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Five suns".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Five suns".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Five suns".

bubble › mercredi 18 janvier 2006 - 13:00  message privé !
c'est vrai que dans certain cas la mediocrité ambiante en eleve certains ! ce que je reproche le plus a guapo c'est qu'il n'y a aucune prise de risque (hormis le risque de se faire traiter de plagiat ) que dalle . dans ce cas il ne sont pas defendable ni meme credible pour moi . on peut tres bien faire de la zeulh sans etre obligé de pompé les lignes melodiques ( en plus quand c'est evident comme ca .. je trouve ca vraiment choquant ) . je ne reproche pas le style zeuhl en lui meme inspiré de magma. il me semble qu'il est possible de faire de la zeuhl originale sans ce dire tout les 5 min tiens ca c'est un truc de magma ..mais bon quelque part guapo est a magma ce que marillion est a genesis ..
Progmonster › mercredi 18 janvier 2006 - 11:31  message privé !
avatar
Non justement, Docteur, il ne faut pas défendre cette musique parce qu'elle partage ou représente un tant soit peu une esthétique dont on se sent proche. Elle n'est défendable que si elle est de qualité ; vanter les mérites de groupes plus que moyens (parce que finalement il n'y a plus eu quoi que ce soit d'exceptionnel depuis des lustres) ne fait qu'agraver le cas d'une scène que les personnes extérieures au genre auront, de fait, toutes les raisons de considérer comme lamentable.
Note donnée au disque :       
docteur.justice › mercredi 18 janvier 2006 - 09:51  message privé !
tres bien cette pochette.. de toute façon depuis le cd, la pochette, si magique, objet lié a l'oeuvre, presque vivante... ne revet ici plus aucun intéret, entre la tronvhe des zycos.. et comme dans notre musique ka pastique des artiste est scondaire... il nous reste, les paramécie, le tableau d'avangarde sur des couleurs primaire ... Pour le pompage, il y a même des copie conformes de teuz hamtak d'ailleur... j'ai préféré black oni plus personnelle et un peu plus patate tout de même.. toutefois les critiques sur le batteur restent les même... mais défendons tout de même un peu cette musique
Note donnée au disque :       
Brutal Sanglier › mardi 17 janvier 2006 - 11:36  message privé !
bouahurk voilà le genre de pochette qu'il vaut mieux éviter au réveil avec la gueule bois, ça peut provoquer des hauts-le-coeur
bubble › mardi 17 janvier 2006 - 11:33  message privé !
je m'excuse si j'ai pu faire croire dans mon precedent commantaire qu'il pouvais y avoir 0.01% de l'energie de defutura dans ce 5suns . je parlais juste du pompage ehonté des notes melodique .