Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPink Floyd › The Final Cut

Pink Floyd › The Final Cut

cd • 13 titres • 46:02 min

  • 1The Post War Dream
  • 2Your Possible Pasts
  • 3One of the Few
  • 4When the Tigers Broke Free
  • 5The Hero's Return
  • 6The Gunner's Dream
  • 7Paranoid Eyes
  • 8Get Your Filthy Hands Off My Desert
  • 9The Fletcher Memorial Home
  • 10Southampton Dock
  • 11The Final Cut
  • 12Not Now John
  • 13Two Suns in the Sunset

enregistrement

1982

line up

David Gilmour (guitare, chant - 12), Nick Mason (batterie percussions), Roger Waters (chant, basse, synthétiseur, guitare acoustique, effets sonores)

Musiciens additionnels : Michael Kamen (piano, harmonium, direction d'orchestre), National Philarmonic Orchestra, Andy Bown (orgue Hammond), Ray Cooper (percussions), Raphael Ravenscroft (saxophone), Andy Newmark (batterie - 13)

remarques

When the Tigers Broke Free a été rajoutée pour la réédition de l'album en 2004.

chronique

Styles
rock
progressif
Styles personnels
laxatif

Ceci n’est pas un album de Pink Floyd. C’est connu. Un album solo de Roger Waters interprété par Pink Floyd, ou ce qu’il en reste, c’est à dire pas grand-chose. Roger Waters qui a perdu son papa lors de la Grande Guerre, la seconde. On compatit. Roger Waters qui trouve la Guerre des Malouines nationaliste et injuste, comme toutes les guerres d’ailleurs, comme celle qui lui a enlevé son papa. On peut comprendre. Roger Waters qui va en mettre plein la gueule à cette conasse de Margaret Thatcher, et va en profiter pour rendre un hommage douloureux et surtout emphatique à son soldat de père que la guerre pas bien lui a enlevé, sur fond d’orchestre symphonique et de piano Elton-Johnisant, et va coller le nom de Pink Floyd dessus, parce que c’est lui le chef de Pink Floyd, que Gilmour est une grosse feignasse, que Nick Mason est un batteur insuffisamment doué et que Richard Wright, ah ben merde celui-là il l’a déjà viré, alors il a bien le droit de ressortir des trucs pas assez bons pour figurer dans le double album The Wall d’abord ! C’est à peu près là que le concept foire, étonnant non ? Et ça sent la débacle dès le début, « The Post War Dream », certes pétri de bonnes intentions pacifistes. Poussé à l’extrême sur l’opus précédent, le procédé consistant à utiliser des effets sonores, bruitages et extraits de conversations tourne très vite au gimmick; tel un aveu en forme de bégaiement, Waters nous ressort le bruit de réveil qui tic-tac (des vieilles bandes de Dark Side trouvées dans la poubelle ?) à deux occasions. Le grand orchestre de Michael Kamen dégage d’entrée des effluves hollywoodiennes pompeuses et grandiloquentes, mauvaise BO de mauvais mélo. « Your Possible Past » sème le doute quelques minutes, avec ses explosions torturées par la guitare de Gilmour évoquant de loin les délires paranoïaques de l’album précédent. Mais le groupe n’existe plus de fait, il ne reste rien du psychédélisme, rien du space-rock, et même rien de la démence absolue de « The Wall ». Waters se vautre dans le sirupeux, geint de sa voix nasillarde sur des arrangements de cordes qui dégoulinent, « The Gunner’s Dream », apex écoeurant de l’album où surgit rien de moins que le saxo variétoche de « Baker Street », solo pour cage d’ascenseur. Après ça, tout est perdu pour la cause, ça déroule au kilomètre des ballades aux paroles pontifiantes d’un ennui mortel à vous donner envie de virer militariste. Sans compter qu’il y a quelques chose d’infiniment pathétique à entendre un Roger Waters de près de quarante ans, dictateur impitoyable d’un groupe devenu une gigantesque machine à fric, pleurnicher après son « daddy » sous couvert de commentaire sociétal. Le punk était passé par là il y a quelques années déjà, mais cloîtré entre ses larges murs, il n’avait pas dû en prendre acte. Ce qu’on appelle en bonne et due forme, une purge. Mais heureusement, ceci n’est pas un album de Pink Floyd.

note       Publiée le dimanche 18 mars 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Final Cut".

notes

Note moyenne        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Final Cut".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Final Cut".

Dead26 › jeudi 29 janvier 2015 - 18:39  message privé !

Bah musicalement ça reste du PinK Floyd d'inspiration moyenne, mais la seule chose que j'ai retenu c'est que ça se met à chanter uniquement vers la fin de l'album.

Note donnée au disque :       
zugal21 › jeudi 29 janvier 2015 - 18:21  message privé !

En ai écouté deux titres, ai également trouvé ça chiant

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › jeudi 29 janvier 2015 - 13:05  message privé !  Alfred le Pingouin est en ligne !

Quelqu'un a écouté le dernier? J'ai juste tenté le début, ça m'a emmerdé...

Ramon › mercredi 9 octobre 2013 - 14:37  message privé !

Cette fois Roger est complètement parano, son message devient inaudible...Not now John n'y changera rien.

Note donnée au disque :       
Valer Daviep › jeudi 31 janvier 2013 - 20:42  message privé !

Je suis en train de l'écouter. En fait, quand on fait abstraction que c'est estampillé PF (de toutes façons, ça ne l'est pas... c'est Water), ça reste un album assez correct d'un point de vue "album de rock". Facile d'accès, bien léché. C'est pas révolutionnaire mais bon. En fond sonore ou juste "comme ça", on fait bien pire.

Note donnée au disque :