Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPink Floyd › Hey hey rise up

Pink Floyd › Hey hey rise up

cd • 2 titres • 07:36 min

  • 1Hey hey rise up03:26
  • 2A great day for freedom 202204:09

enregistrement

Titre 1 enregistré le 30 mars 2022 au Barn Studio

line up

David Gilmour (guitares, chant), Nick Mason (batterie), Richard Wright (claviers [2]), Andriy Khlyvnyuk (chant [1]), Guy Pratt (basse [1]), Nitin Sawhney (claviers [1])

Musiciens additionnels : Romany Gilmour (chant [1]), Sam Brown (chant [2]), Claudia Fontaine (chant [2]), Durga McBroom (chant [2]), Veryovka Folk Song And Dance Ensemble (chorale)

remarques

chronique

Pink Floyd en 2022... Ça peut paraître anachronique et pourtant c'est vrai. Pink Floyd sort son premier morceau depuis l'album "Endless river" datant de 2014, qui reprenait des chutes de studio de l'album "The division bell" de 1994. Ce "Hey hey rise up" est donc le premier morceau écrit par Pink Floyd depuis 28 ans ! Je me souviens dans ma jeunesse quand passait le clip de "Learning to fly", en 1987, mon père disait que le groupe était devenu has-been. Jamais, au grand jamais, on aurait pensé un retour, ne serait-ce qu'éphémère, de cette institution en 2022. Il aura fallu un événement planétaire majeur pour que David Gilmour ne remette en marche "son" groupe. En effet, l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022 touche directement Gilmour qui a une belle-fille et des petits-enfants ukrainiens. Ni une ni deux, en quelques semaines, tout se met en branle. Gilmour voit sur le net une vidéo du leader du groupe BoomBox, Andriy Khlyvnyuk, qu'il avait connu quelques années auparavant, reprenant une chanson patriotique ukrainienne, "Oï ou louzi tchervona kalyna". Il souhaite utiliser le chant d'Andriy sur cette vidéo et créer un morceau autour. Il demande à Nick Mason s'il est d'accord pour participer à ce projet afin d'y poser le nom Pink Floyd dessus. Andriy Khlyvnyuk donne bien évidemment son accord pour que le groupe utilise son chant et le tour est joué ! Un mois plus tard, le 30 mars, le tout est enregistré chez David Gilmour et une semaine plus tard, le morceau d'à peine 3 minutes 30 est disponible en streaming sur toutes les plateformes. Bien évidemment, les bénéfices du morceau iront directement aux victimes du conflit. Quelques mois plus tard, le single sort en MCD et 45 tours avec une version 2022 d'"A great day for freedom" issus de "The division bell" en face B. Ce deuxième morceau reprend l'enregistrement d'origine et a juste reçu un (très) léger lifting. Comme je le disais, le nouveau morceau a été écrit autour d'un chant a capella d'un titre du folklore ukrainien. Ces parties chantées sont donc assez éloignées du style Pink Floyd traditionnel. Gilmour a composé un accompagnement basique autour de ce chant, et je dois avouer que j'ai été assez interloqué la première fois que j'ai entendu le morceau. On sent vraiment que c'est juste un prétexte pour mettre le nom "Pink Floyd" en gros sur la pochette et pour toucher le maximum de personnes. La partie centrale du morceau est par contre beaucoup plus proche de l'ADN de Pink Floyd. Et bizarrement, on retrouve même des ambiances totalement issues des années 70 avec ces chœurs et ce son de batterie sur les toms rappelant directement "Atom heart mother" (oui, oui !). Là, pour le coup, même si c'est court, à peine une minute, j'ai été vraiment étonné d'entendre le groupe sonner aussi bien et surtout aussi proche de ce qu'ils pouvaient faire à leurs débuts. Et quand cela enchaîne sur "A great day of freedom", ce constat est encore plus criant. Ce deuxième morceau est beaucoup plus pop et sonne comme le groupe sonnait dans les années 80 et 90. Alors que sur cette partie instrumentale de "Hey hey rise up", ce n'est pas du tout le cas. Bien évidemment, le morceau a été fait à la va-vite, il dure moins de 3 minutes 30, et la partie chantée ne correspond pas du tout à l'esprit de Pink Floyd, mais pour la partie strictement instrumentale, je suis agréablement surpris. On sait bien qu'il n'y aura pas de suite purement artistique, pas de nouvel album, et que l'important ici n'est pas la qualité purement musicale du résultat, mais si on se focalise uniquement sur cette partie là, j'aurais bien aimé que cette petite minute "100% Pink Floyd" soit mieux exploitée et intégrée dans un morceau plus aventureux et dans l'esprit de ce qu'ils faisaient il y a 50 ans. Si on met de côté tout le reste, je n'aurais pas été contre un travail plus conséquent et voire même un album si cela suivait l'atmosphère de cette partie instrumentale du morceau. Au final, ce "Hey hey rise up" n'est pas représentatif de Pink Floyd mais n'est pas non plus totalement pourri. Et l'important n'est de toute manière pas là, et ce disque est plus un objet politique que purement artistique pour Gilmour.

note       Publiée le dimanche 14 août 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • atog meister
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Hey hey rise up" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Hey hey rise up".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Hey hey rise up".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Hey hey rise up".

atog meister Envoyez un message privé àatog meister

Sortie assez insignifiante. Le nouveau morceau n'est pas désagréable, voire relativement correct mais n'a pas grand-chose à voir avec Pink Floyd, si ce n'est sa partie centrale, intéressante mais en décalage avec le reste. Quant à la face B, elle est quasiment identique à la version originale.

Note donnée au disque :       
nicola Envoyez un message privé ànicola

À propos, ils n'ont pas pris une bombe sur la gueule alors qu'ils étaient entaulés, eux ou Noktournal mortoume ?

No background Envoyez un message privé àNo background

Drudkh mettent plus de cœur à l'ouvrage oui.

Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Ne pas écouter les Enfoirés c'est passer à côté de Toute La Vie et ça, « c'est une chance inouïe »...

Gros Bidon Envoyez un message privé àGros Bidon

Écouté une fois, sans intérêt. Quand on veut défendre une cause, il faut y mettre du cœur.

Note donnée au disque :