Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Carpenter › Halloween

John Carpenter › Halloween

cd • 11 titres • 33:46 min

  • 1Halloween Theme - Main Title
  • 2Laurie's Theme
  • 3Shape Escapes
  • 4Meyers' House
  • 5Michael Kills Judith
  • 6Loomis And Shape's Car
  • 7"The Haunted House"
  • 8The Shape Lurks
  • 9Laurie Knows
  • 10Better Check The Kids
  • 11The Shape Stalks

line up

John Carpenter (composition et interprétation), Dan Wyman (programmation des synthétiseurs)

remarques

chronique

Halloween, le film culte par excellence et le thème le plus célèbre de Carpenter, qui n’aura eu pour seul hommage une bien triste épitaphe : il finira comme sonnerie de portable du moment chez les grognasses ou repris au générique des 30 plus grands Mystères sur TF1, l'image peu ragoûtante s’ingéniant à souiller mes beaux souvenirs d’enfance, ceux qu’on garde dans le cœur, entre la première pelle du collège et les slashers que le gamin se mattait en VHS avant d’aller faire dodo. Chambre à l’étage, armoire du fond : bien cachée dans l’amas de vieilles daubes – entre Le Blob et Maniac Cop - gisait cette jaquette crasseuse ornée d’un masque blanc et inexpressif : Michael Myers. A l’image de cet enfant-tueur au regard opaque et au visage figé, tenant le couteau de cuisine à l'envers, immobile devant ses parents qui n’auront pas eu le temps de dire au revoir à l’aînée, la musique de Carpenter a toujours semblé n’être qu’un motif abstrait, un dessin juvénile, sorte de penchant musical de l’art naïf ; en définitive, quelque chose de simple, une œuvre sans fioritures qui n’a besoin d’aucune caractéristique autre que la fascination qu’elle suscite pour justifier son existence. Sorti comme par magie dans son plus simple appareil, chaque thème de cette B.O. est un mouvement, une berceuse, et un tocsin en même temps. Le fameux thème principal au piano en jette toujours autant, mais n’est heureusement pas le seul bijou présent dans cette bande originale : il y’a en tout et pour tout quatre thème différents dans lesquels le piano est dominant et le synthétiseurs sous-jacent, chaque thème étant décliné deux fois sauf pour "Meyers' House", qui reste isolé. L’influence de Hermann est plus que palpable sur le "Laurie’s Theme", ou les plus minimaux de tous, "The Shape Lurks" et sa déclinaison "The Shape Stalks" : trois notes de piano martelées pour suggérer l’arrivée imminente et fatidique du Bogeyman au masque blanc. A bien y regarder, on est finalement plus proche de la musique répétitive que des scores habituels qu’on entendait alors au cinéma, le superflu étant étranger aux thèmes de Carpenter : métronomiques, délestés de tout revêtement inutile, ils véhiculent l’angoisse sans artefacts ni parures. Musique simple pour images fortes, et savoir-faire unique dans la conception de piécettes sonores capables d’avoir une vie propre en-dehors des salles obscures. Avec ou sans les images, ces thèmes très sombres dégagent paradoxalement une émotion et un charme naïfs que vous saurez, j’en suis sûr, apprécier à leur juste valeur ; pour ma part, cette B.O. est à ranger aux côté de celles de Bernard Hermann - au panthéon des musiques de film. Un monochrome de la peur mise en musique, abyssal et indivisible. Un diamant noir.

note       Publiée le dimanche 23 mars 2008

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Halloween".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Halloween".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Halloween".

Demonaz Vikernes › mardi 4 septembre 2018 - 19:29  message privé !

Si un charmant quidam vend sa vieille édition LP, call me.

22goingon23 › vendredi 19 février 2016 - 17:22  message privé !

Jetez donc une oreille concentrée sur le thème de Profondo Rosso de Goblin.

Transi de stupeur et glacé d'effroi vous serez !

Johny thanks Dario

cyberghost › vendredi 21 novembre 2014 - 14:59  message privé !

J'ai beau être aussi un grand fan de Carpenter, je ne protesterais pas aussi violemment à "film pourri, musique pourri"... Le slasher est un genre qui à mon sens a bien mal vieilli, réutilise sans cesse les même ficelles, c'est une sous-catégorie de flim d'horreur que je dégueule bien généreusement, et si Halloween n'est certes pas si moche, c'est quand même un des Carpenter que j'aime le moins, de très très loin. Quand à la zic, je ne l'ai que trop entendue, diffusée, utilisée, reprise mainte fois, à tort et à travers...

Fabb74 › vendredi 21 novembre 2014 - 10:25  message privé !

Putain !!!!! Comment ça me fait sortir de mes gonds quand je lis des critiques aussi brèves et inutiles que : "film pourri, musique pourri"... Non mais on parle de CARPENTER là !!! On parle d'un pilier du cinéma de genre. Ce film est peut-être l'un des tous premiers slasher, si ce n'est le premier avec Vendredi 13, c'est une oeuvre qui distille une ambiance, une froideur, un sentiment d'oppression comme on en voit plus de nos jours, le score y est pour beaucoup d'ailleurs. Ok ça fait donneur de leçon, mais on peut pas flinguer un artiste et son oeuvre en deux seconde comme ça, ou alors c'est de la méconnaissance ! Purée, je suis énervé ! Long live BigJohn !

NevrOp4th › mercredi 31 octobre 2012 - 20:12  message privé !

Le bon moment pour ressortir cette BO mythique. ^^