Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Carpenter › Escape From New York

John Carpenter › Escape From New York

28 titres - 71:10 min

  • 1/ Main Title - 2/ The Bank Robbery - 3/ “Prison Introduction” - 4/ Over The Wall / Airforce One - 5/ He’s Still Alive / Romero - 6/ “Snake’ Plissken” - 7/ Orientation - 8/ “Tell Him” - 9/ Engulfed Cathedral - 10/ Across The Roof - 11/ Descent Into New York - 12/ Back To The Pod - Version #1 - 13/ Everyone’s Coming To New York - 14/ “Don’t Go Down There!” - 15/ Back To The Pod - Version #2 / The Crazies Come Out - 16/ “I Heard You Were Dead!” - 17/ Arrival At The Library - 18/ “You Are The Duke Of New York” - 19/ The Duke Arrives / Barricade - 20/ President At The Train - 21/ “Who Are You?” - 22/ Police Action - 23/ Romero And The President - 24/ The President Is Gone - 25/ 69th Street Bridge - 26/ Over The Wall - 27/ "The Name Is Plissken” - 28/ Snake Shake - End Credits

enregistrement

1981

line up

John Carpenter & Alan Howarth

remarques

chronique

Escape From New York me pose problème. D’une part, il s’agit sans doute, musicalement, de la B.O. la plus variée et dense de Carpenter – exception faite de In The Mouth – et d’autre part c’est aussi dans cette B.O. qu’on trouve ses thèmes les plus kitsch, en tout cas à mon goût. J’aurai donc des scrupules à vous la conseiller pour tout ce qu’elle contient, mais cette B.O. claque, et ne pas vous en parler serait une injustice car cet album renferme des petites perles sombres et/ou expérimentales (la ligne éditoriale d’origine de Guts, pour rappel). Très rythmiques, la plupart des morceaux sont axés autour d’une pulsation comme ce fut le cas sur les B.O. précédentes, mais les ‘percus’ sont enrichies : cymbales et bongos sont de la partie, avec un beat funky et disco utilisé pour les thèmes d’action – à l’image du génial "The Bank Roberry". On est plus dans le film d’épouvante sobre et monolothique mais dans le film de SF et d’aventure, ce qui explique cet éventail d’instrumentaux. Il y’a à boire et à manger dans cette B.O., du putassier (le "Main Title", que j’ai toujours trouvé très moche, mais surtout "President At The Train", digne d’un générique du Renard), du Kraftwerk meets Walter Carlos sur les pistes 23 et 24, du Debussy repris en version synthéticoïde ("Engulfed Cathedral"), du Carpenter classique, c’est dire minimal et prenant ("Police Action", "He’s Still Alive", "Arrival At The Library", "Orientation" ou "Across The Roof", quasi-repiquage des thèmes d’Halloween), des petites pépites expérimentales, comme "Snake Shake", ritournelle abstraite entre Pere Ubu et les Goblins, ou du pur gutsien, la preuve avec "Descent In New York", un ambient urbain sauce Carpenter, qui pose l’ambiance comme il faut. La cohérence n’est pas de mise dans cette B.O., mais en faisant le tri on peut trouver son bonheur, qu’on soit allergique ou non aux sonorités de synthés eighties : ils prédominent mais n’étouffent pas le désir de création du binôme Carpenter-Howarth, dont c’est la seconde et prometteuse collaboration. A noter que la réédition spéciale a inclus des extraits du film entre les titres, en guise de remplissage.

note       Publiée le dimanche 23 mars 2008

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Escape From New York".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Escape From New York".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Escape From New York".

Demonaz Vikernes › mardi 4 septembre 2018 - 19:30  message privé !

J'aime vraiment les sonorités un peu vieillottes de ce LP, qui se marient vraiment bien à cet excellent film.

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › dimanche 9 décembre 2012 - 23:41  message privé !

Moi je trouve pas que ça ait tant vieilli... Et la reprise de la cathédrale engloutie de Debussy démonte!! J'adore le thème principal aussi!

cyberghost › mardi 25 mars 2008 - 19:22  message privé !
Ahah marrant, j'ai revu le film pas plus tard qu'hier soir, grosse tuerie... Pour la zique, elle a un peu vieilli, mais quelques passages restent assez sympathiques