Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Carpenter › They Live

John Carpenter › They Live

cd • 10 titres • 31:21 min

  • 1Coming to L.A.04:03
  • 2A message02:39
  • 3The siege of Justiceville05:38
  • 4Return to church01:25
  • 5All out of bubble gum02:40
  • 6Back to the streets02:24
  • 7Kidnapped03:29
  • 8Transient hotel02:16
  • 9Underground03:22
  • 10Wake up03:25

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Composé, interprété et produit par John Carpenter et Alan Howarth. Enregistré aux Electric Melody Studios, Glendale, Californie.

line up

John Carpenter, Alan Howarth

remarques

chronique

Styles
musique de film
Styles personnels
lunettes de soleil exigées

Tout a été dit sur John Carpenter et son cinéma ou presque. "trop classique pour être honnête", "réactionnaire" (la grosse blague), "anarchiste de droite" (encore plus grosse). On l’a même taxé de "pornographe de la violence" pour The Thing il y a près de quarante ans ! Des pseudo polémiques à vrai dire car cela n’a pas empêché bon an mal an Big John de poursuivre sa peinture d’une Amérique en proie à ses démons que ce soit avec les gros studios de productions ou en indépendant acharné. They Live est peut-être son film le plus politisé, non pas par le biais d’un éventuel message (erreur d’analyse très fréquente des critiques à l’égard de Carpenter) mais par ses thématiques sociales et une approche plus frontale et ouverte que le cynisme virulent de Escape From New York par exemple. La bande-son de They Live baigne dans une mélancolie tout ce qu’il y a de plus humaine, une nécessité de faire contrepoint au sujet violent et déprimant du film. Seule concession aux tropes des b.o. de l’époque, le "Wake Up" final avec sa ligne de basse ronde et sa guitare typée 80s. Après la noirceur lovecraftienne de Prince of Darkness, la bande-son de They Live s’ouvre sur un blues de vagabond, ce qu’est John Nada, le personnage principal du film. Guitare slide, saxophone et harmonica se répondent dans une réminiscence de western urbain (presque tous les films de Carpenter sont des variations sur le western), procédé que l’on retrouve sur "Return To Church" "Back To the streets" et "Transient Hotel" sous des oripeaux plus ou moins électroniques. Ailleurs, ce sont les thèmes lents et minimalistes célébrés par Carpenter sur ses œuvres précédentes ("A Message", "All Out of Bubble Gum", "Underground"). Cette symbiose entre pièces ambient minimales et schémas acoustiques va dès lors devenir la marque de Big John sur ses musiques de films postérieures avec peut-être une plus grande emphase côté rock pour les dernières. Une b.o. courte mais hypnotique et chaleureuse, plutôt emblématique de la carrière de Carpenter et ainsi recommandée pour une approche de néophyte. Planquez-vous, je suis à court de bubble gum !

note       Publiée le lundi 28 septembre 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "They Live".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "They Live".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "They Live".

Dead26 › lundi 28 septembre 2020 - 19:37  message privé !

Pas mal résumé, clavier Bontempi, 3 notes en boucle jouées avec 2 doigts pour un résultat des plus unique. L'ambiance des films de Carpenter repose en partie sur cette musique. Du génie avec 3 fois rien !

Note donnée au disque :       
heirophant › lundi 28 septembre 2020 - 16:55  message privé !

Pour ce qui est du film, j'ai le souvenir d'une série B lorgnant plus que d'habitude chez le charpentier vers le Z. Faudrait que je le revoie, peut-être. C'est toujours 3 notes en boucle joués au bontempi ?

Dead26 › lundi 28 septembre 2020 - 14:55  message privé !

Ambiance à la Carpenter version bas-fond new Yorkais en plus subtile il est vrai. Bo culte pour film culte, éternel grand classique !

Note donnée au disque :       
Raven › lundi 28 septembre 2020 - 13:46  message privé !
avatar

C'est sûrement la plus subtile avec celle de The Thing (qui n'est pas vraiment de Morricone, en fait).

Note donnée au disque :       
Twilight › lundi 28 septembre 2020 - 13:43  message privé !
avatar

Hé bien, ta chro va m'inciter à re(re)(re)(re)voir le film car je n'ai aucun souvenir de la b.o (contrairement à d'autres) et ça me rend curieux...