Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRadio Massacre International › Rain Falls In Grey

Radio Massacre International › Rain Falls In Grey

7 titres - 59:54 min

  • 1 Rain Falls In Grey... 17:11
  • 2 Bettr'r day-s 11:45
  • 3 Shut Up 4:56
  • 4 Syd 2:46
  • 5 Emissary 8:44
  • 6 Legacy 3:34
  • 7 ...Far Away 10:58

line up

Steve Dinsdale (Claviers, synthétiseurs et percussions) Duncan Goddard (Claviers, synthétiseurs et basse) Gary Houghton (Guitares et synthétiseurs) Martin Archer (Saxophones alto et barito) Cyndee Lee Rule (Violon électrique)

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur RMI, visitez le site web suivant : http://www.rmi.dircon.co.uk

chronique

On sentait venir cette transformation de RMI. Depuis quelques années, le trio Anglais modifiait subtilement son approche musicale pour épouser une forme autant électronique que progressive, donnant des résultats aussi décevants qu’intéressants. Je m’explique… Les fans de MÉ privilégient une approche atmosphérique aux développements séquencés. Ambiante ou animée la structure musicale peu s’étendre sur des ondes mélodieuses ou atoniques en autant que le mouvement soit d’une souplesse progressive. Hors ces territoires, nous embarquons dans une musique contemporaine aux souffles syncrétiques, alliant une cacophonie démesurée sur des structures aux mouvements ambivalentes. Un peu comme Ozric Tentacles, Heldon ou Djam Karet. Une musique intéressante, mais loin des sphères électroniques, faut l’avouer. Rain Falls in Grey est tout, sauf un album de MÉ. C’est un opus d’une musique actuelle aux limites infranchissables qui est plus qu’intéressante. Une folie artistique d’une grande témérité qui confirme la maturité d’un groupe qui ne s’assoit pas sur ses lauriers. La pièce titre ouvre avec une timidité structurale. Comme un orchestre qui ajuste son temps, les instruments hachurent l’espace de sonorités éclectiques qui agrémentent une explosion latente. Et, comme les bons vieux ‘’space rock’’, les instruments s’accordent et explosent sur des riffs lourds et traînants, créant une ambiance jazzé et cacophonique d’une étonnante illumination. Le trio Anglais exploite toutes les facettes de ses équipements afin de créer un univers surréaliste, un peu à l’image d’Art Zoyd et de Univers Zéro, instruments conventionnels en moins. Le résultat est stupéfiant, tant d’audace que d’acclimatation. On se surprend à taper du pied et à hocher de la tête, sur des mouvements multidirectionnels aux cadences atrophiés par des virages insoupçonnés. Tantôt l’illusion de jazz progressif est parfaite, alors que l’impression d’être à l’époque d’un King Crimson fougueux apparaît. Un paradoxe astreignant, mais combien édifiant. Moins acide et plus près d’une structure conventionnelle, Bettr'r day-s présente une coordination harmonieuse qui s’étend sur un blues progressif. L’ambiance est feutrée et les boucles d’une guitare fluide entrelacent à merveille une section rythmique étonnante de sobriété. Témoin d’une discipline que l’on ne connaissait guère à ce trio qui a souvent privilégié les longues improvisations. Shut Up est un prélude atmosphérique au furieux Syd, qui est définitivement en hommage au membre fondateur de Pink Floyd. On sent l’aisance de RMI sur des structures audacieuses et totalement défoncées. À faire jouer à haut volume pour décaper les murs du salon. Le trio Anglais clôture Falls in Grey avec 3 titres aux atmosphères nébuleuses, arrimées aux cordes de Houghton sur des approches d’un jazz cosmique aux fusions contemporaines. Non, Falls in Grey n’est pas un opus de MÉ, mais ça reste un opus de bonne qualité.

note       Publiée le mercredi 28 novembre 2007

partagez 'Rain Falls In Grey' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Rain Falls In Grey"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Rain Falls In Grey".

ajoutez une note sur : "Rain Falls In Grey"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rain Falls In Grey".

ajoutez un commentaire sur : "Rain Falls In Grey"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rain Falls In Grey".

mangetout › samedi 8 décembre 2007 - 19:09  message privé !
Cet album est excellent, certes très éloigné des précédents R.M.I., mais il est un beau clin d'oeil aux premiers PINK FLOYD (bizarrement surtout à "Saucerful of secrets" je trouve) et TANGERINE DREAM enfin celui de "Electronic meditation", "Alpha centauri" et "Zeit", le tout est très bien produit et on ne peut que fondre devant les orgues flottants, les roulements de batterie, les guitares en spirales psychédéliques et les passages purement électroniques aux planances lysergiques, même le sax n'est pas déplacé et apporte sa petite touche doucement free (ici aucune violence bruitiste, on voyage sur un nuage de fumée d'herbacée).
dariev stands › jeudi 29 novembre 2007 - 14:32  message privé !
avatar
un hommage à Syd Barrett que j'avais repéré dans les bacs y'a un mois ou deux... ça m'a l'air interessant...
gkar02300 › mercredi 28 novembre 2007 - 14:57  message privé !
Non....je n'accroche pas du tout à cet opus trop progressif pour moi....dommage!!!!
Note donnée au disque :