Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRadio Massacre International › Solid States

Radio Massacre International › Solid States

9 titres - 156:10 min

  • CD 1 (West) 77:20 min.
  • 1 Wrecks 18:43
  • 2 Ants In Me Room 8:17
  • 3 Black Cloud Over Claremont 8:38
  • 4 The Loneliness Of The Long Distance Drummer 14:06
  • 5 "Ave It!/Erm 26:53
  • CD 2 (East) 78:50
  • 1 I Knew We Were In Trouble When They Taught The Machines To Talk 16:30
  • 2 Delaware Horseshoe Crab 17:58
  • 3 International Mass 11:18
  • 4 (Nov)embers 33:01

enregistrement

Enregistré lors de la tournée Américaine de 2002

line up

Steve Dinsdale : Keyboards & percussions Duncan Goddard ; Keyboards Gary Houghton; Guitare & Keyboards

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Solid States est un autre album live de Radio Massacre International, le meilleur groupe anti-pirate sur le marché. Le trio Anglais semble sortir un album en concert après chaque tournée ou passage radio. Solid States a un petit quelque chose en plus, il est l’album témoin de la 1ière tournée de RMI aux USA. Et pour ce tour, Dindsdale, Goddard et Houghton ont mis leurs plus beaux atouts musicaux.
Le CD 1 représente la partie Ouest des USA avec des apparitions aux Prog West 2002 ainsi qu’au ALIENAIR Radio Show en California du Sud. Le CD 2 est la partie Nord Est. Avec des concerts improvisés aux Gatherings et au Star’s End, un spectacle radio sur la côte Est.
Solid States débute avec Wrecks, de l’album Frozen North. Une intro très atmosphérique qui donne le temps au trio de réchauffer ses ambiances. Le synthé flotte avec ses chœurs, alors qu’un faible mouvement sort graduellement de l’ombre, accompagné de flûtes mellotronnées. Une séquence en boucle, avec des notes scintillantes comme le reflet d’une eau miroitante, dans une atmosphère lourde, qui traîne son développement avec des effets sonores qui ajoutent un brin de folie indisciplinée. La guitare de Gary Houghton sort ses cris et solos derrière ce long mouvement minimalisme qui ronronne sur une belle base harmonieuse, sans exploser pour autant, alors que la tension augmente et coince une séquence qui tranquillement s’éteint. Cette ambiance sombre trouve son sentier sur les premières notes de Ants in me Room qui ondule sur une petite ligne basse, cernée d’un cliquetis et d’une sensuelle modulation. Une légère inflexion qui flotte et valse sur un synthé aux sonorités orientales et spectrales. On entend toujours ce mouvement de basse qui circule aux travers de lourdes nappes stagnantes, attiré par une séquence échotique. Un passage sombre qui gonfle encore plus l’atmosphère ténébreuse qui se poursuit sur Black Cloud Over Claremont et ses chœurs lugubres noyés d’interférences. Une ambiance lourde que des chœurs zombiesques noient d’un chant macabre, alors que les percussions s’animent dans un mini solo qui percute un mur métallique et des riffs de guitares lourds. Un segment très rock où la guitare et la batterie se livre un duel titanesque qui s’enchaîne sur The Loneliness Of The Long Distance Drummer, après une courte intro pulsative. Nous sommes dans les meilleurs moments de Solid States. Ave It!/Erm termine ce premier voyage dans l’Ouest Américains avec une longue intro atonique qui s’étire sur des nappes mouvantes, tant des synthé que des guitares. Des nappes en suspension, traversées par des voix égarées et des effets sonores qui apportent une touche psychédélique, ou une touche morbide, avant de déboucher sur une superbe séquence échotique bariolée de voix éparses, des guitares qui ne lèvent pas et qui multiplient les sonorités tordues sur une croissance séquentielle qui tarde à se développer. Un moment plein d’espoir qui se termine en queue de poisson.
La partie Est de cette tournée américaine est plus audacieuse. Beaucoup d’atmosphères sur des modulations qui ne sont pas sans rappeler l’univers Tangerine Dreamien. Avec un autre titre qui frise la paranoïa de la mémorisation, I Knew We Were In Trouble When They Taught The Machines To Talk, RMI propose une belle séquence bouclée, aux tintements carillonnés qui sautillent sur un fond d’écho. Une autre ligne s’installe avec un débit plus rapide, alors que les strates synthétisées s’étendent pour laisser le passage à une guitare électrique qui multiplie les solos dans un univers sculpté pour l’improvisation. Même traitement minimalisme séquencé, Delaware Horseshoe Crab est un autre titre qui met en relief les guitares de Gary Houghton en évidence. La séquence est superbe, mais elle perd son lustre à servir de faire valoir aux solos et torsades de guitares qui ne veulent pas dire grand-chose et qui ne cherche pas de modulations afin de modifier les rythmes. Derrière les interférences de la six-cordes et ses boucles à la Ashra, International Mass est un titre très atmosphérique avec un synthé intense aux modulations à la TD sur Logos. Un bon passage après une intro caustique. (Nov)embers clôt ce double enregistrement sur une longue pièce qui nous présente les capacités d’improvisations de RMI. Différents mouvements séquentiels ponctuent (Nov)embers, qui module sur des variances alternant entre les rythmes et les atmosphères. Nerveuses et sautillantes, les séquences serpentent ce long essai avec une procession serpentine aux tonalités limpides et échotiques. Les guitares sont encore bien présentes et relaient les souffles et les émanations synthétisés bien discrètes.
Encore une fois Radio Massacre International nous offre un album inégal où la guitare est trop omniprésente pour la qualité de son jeu. Tant qu’à présenter des strates de six-cordes, faudrait le faire avec ingéniosité, comme Gottsching, Rother et Robert Fripp. Je pense que Gary Houghton prend définitivement trop de place et sort RMI du moule de la vrai MÉ. Le trio Anglais sonne plus comme un groupe progressif qui veut s’introduire dans les sphères de la MÉ, que le contraire. Il y a de bons moments, et si les atmosphères ne seraient pas surexploitées, pour donner plus de visibilité à la guitare, les séquences seraient jouissives et la structure musicale serait encore mieux étoffée. Si vous aimez bricoler des cd-r, vous pouvez vous en faire un explosif, à partir de ce double.

note       Publiée le samedi 3 mars 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Solid States".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Solid States".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Solid States".