Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFChristian Fennesz › Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''

Christian Fennesz › Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''

  • 1999 - Touch, 5 027803 144026 (1 cd)

8 titres - 38:06 min

  • 1/ 010
  • 2/ 011
  • 3/ 012
  • 4/ 013
  • 5/ 014
  • 6/ 015
  • 7/ 016
  • 8/ 017

enregistrement

Dolby east2, 1999.

line up

Christian Fennesz (tous les instruments)

chronique

Styles
ambient
electro
Styles personnels
avant-garde

Une latitude et une longitude… on se demande, avant de mettre le disque dans le lecteur, vers quelles contrées inexplorées tout cela va nous mener. Résultat ? Eh bien, cette réalisation de Christian Fennesz, qui se situe dans le prolongement de "Hotel paral.lel", a un caractère expérimental encore plus prononcé. Il s'agit d'un travail assez abstrait sur les textures sonores : l'Autrichien joue sur l'atomisation de stridences électroniques ; une pluie de sons parfois tellement hachée qu'elle rend tout embryon de mélodie ou d'harmonie méconnaissable. Parfois, des infra-basses produisent un contraste à l'intérieur de pièces dont le registre se situe plutôt dans les émissions de sons suraiguës. Il arrive aussi que les grésillements d'ondes diverses prennent une telle densité qu'ils en acquièrent un certain pouvoir de fascination (5ème plage). Là encore, c'est la noise de Merzbow que l'on pourrait évoquer ; pourtant, mes obsessions me poussent davantage à entendre là-dedans les trilles électroniques d'un Pierre Henry, celles qu'il faisait entendre dès la fin des années 1950 dans "Investigations", par exemple, ou qui sont exposées dans l'ouverture "instrumentale" de son "Apocalypse" ; avec une même base sonore, Fennesz recherche quant à lui la superposition des couches pour obtenir un effet parfois agressif, mais plus souvent planant, malgré la dureté du son. De temps en temps, une touche plus "humaine" vient tempérer l'atmosphère : contrepoints sonores soyeux (8ème plage), tournoiements évoquant un hélicoptère... Une expérience intéressante à réserver en priorité à ceux qui n'ont pas froid aux yeux.

note       Publiée le samedi 2 avril 2005

partagez 'Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''".

ajoutez une note sur : "Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''".

ajoutez un commentaire sur : "Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Plus forty seven degrees 56'37'' minus sixteen degrees 51'08''".

Wotzenknecht › lundi 8 octobre 2007 - 11:36  message privé !
Mais pourquoi n'est-il pas encore sur mon étagère ?
CeluiDuDehors › samedi 10 septembre 2005 - 20:00  message privé !
Le meilleur album de Fennesz à mon avis! Beaucoup plus homogène que "Hotel paral.lel", tout se tiens parfaitement! Sons délicats ou brutalisants, mélodies concassées, drones hypnotiqes, tout y est! Le tout est assez abstrait, on distingue mal le temps qui passe, comme sur la pochette, une suspension en plein vol au dessus des éléments. Cet album est tellurique, c'est le mot qui me vient à l'esprit. 6/6 sans hésitation.
Note donnée au disque :