Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUlver › Shadows Of The Sun

Ulver › Shadows Of The Sun

cd | 9 titres | 39:58 min

  • 1 Eos
  • 2 All The Love
  • 3 Like Music
  • 4 Vigil
  • 5 Shadows Of The Sun
  • 6 Let The Children Go
  • 7 Solitude [reprise de Black Sabbath]
  • 8 Funebre
  • 9 What Happened?

enregistrement

Ambassaden, Oslo, Norvège, 2006-2007

line up

Kristoffer Rygg, Jørn H. Sværen, Tore Ylwizaker

Musiciens additionnels : Christian Fennesz, Hans Josef Groh (violoncelle), Dorthe Dreier (alto), André Orvik (violon), Vegard Johnsen (violon), Mathias Eick (trompette), Espen Jørgensen (guitares), Pamelia Kurstin (thérémine)

chronique

Shadows of The Sun est-il beau ? Non. Il est joli. Shadows of the Sun est-il tiède ? Certes, messire... Bien sûr on peut toujours se demander pourquoi ce serait toujours forcément négatif comme terme, "tiède"... Après tout quand on règle le chauffage, on aime bien que le thermostat indique 20°c. Eh bien il fait 20°c dans Shadows of the Sun, et ça n'empêche jamais d'osciller vers 19°c et 21°c, voire 18°c et 22°c. Et c'est cool. Shadows Of The Sun n'est peut-être au final pas un album aussi brouillon, prétentieux et inachevé que Blood Inside. Le contraire, même. C'est ici comme si toutes ces envies puériles de magnum opus avant-gardiste expérimental étaient noyées dans une épaisse brume de sérénité. Shadows of The Sun est comme un gros mirage relaxant. Le perpétuel flottement d'une entité floue à la gentillesse infinie. C'est l'album atmosphérique voire spectral d'un ex-métalleux cultivé et ambitieux mais serein, qui murmure des haïkus uniquement à base de mots compréhensibles par tout enfant de plus de 5 ans sur une musique envoûtante mais sans consistance comptant sur des arrangements hors-de-prix pour faire illusion. Pur et épuré même si encore agrémenté de nombreuses scories electro-tribales-dark-ambient, ce semi-album fait l'effet d'un bon documentaire animalier un peu étrange, et ceux qui mélangent les plus aériens de Pink Floyd avec la phase de carrière la plus lounge de Dead Can Dance adoreront s'y plonger. Le chant de Kris Rygg, presque murmuré, achève ce dépouillement pieux et humble face aux forces impavides de la nature, tel ce buffle majestueux ornant la pochette, choix aussi révélateur de personnalité qu'on peut l'imaginer. On peut aussi se demander pourquoi Rygg a cru bon de chanter, dans le fond, vu que dans le rôle de l'ex-Garm il a autant de présence vocale que d'humilité. Mais on peut aussi, plus globalement, se demander pourquoi Rygg croit qu'il peut sortir ses albums quand ils sont encore en plein work-in-progress... Hélas je ne saurais y répondre, car je suis tenaillé par une question bien plus intéressante encore : quel est le signe astrologique de Kris Rygg ?

note       Publiée le mardi 25 juin 2013

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'Shadows Of The Sun' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Shadows Of The Sun"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Shadows Of The Sun".

ajoutez une note sur : "Shadows Of The Sun"

Note moyenne :        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Shadows Of The Sun".

ajoutez un commentaire sur : "Shadows Of The Sun"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Shadows Of The Sun".

Aladdin_Sane › mardi 11 avril 2017 - 09:57  message privé !

"The assassination of Julius Caesar" est disponible sur les plates-formes de téléchargement et, effectivement, il m'a l'air très intéressant...

torquemada › lundi 10 avril 2017 - 21:55  message privé !

En tout cas, j'achète.

Note donnée au disque :       
torquemada › lundi 10 avril 2017 - 21:55  message privé !

Et en plus c'est vraiment bon on dirait.

Note donnée au disque :       
torquemada › lundi 10 avril 2017 - 21:55  message privé !

J'avais lâché l'affaire avec les deux derniers machins instrumentaux-chiants et voilà qu'ils reviennent avec un disque d'electro-pop 80's mixé par Youth qui sonne parfois comme Depeche Mode ou Prince. Ils sont vraiment fous !

Note donnée au disque :       
microbe666 › jeudi 18 février 2016 - 19:52  message privé !

Bah, moi, et j'aime beaucoup, notamment - mais pas que - glammer hammer, adaptée d'une piste de Messe (glamour qque chose) https://www.youtube.com/watch?v=Pxg..., album que j'ai beaucoup écouté soit dit en passant. Le petit nouveau passe très bien, sauf les 2 (je crois) titres adaptés de Perdition City qui sont clairement un cran en dessous (peut-être parce qu'il y a du chant ?). Mais sinon, c'est très cool, pas mal de percussions, un son nickel, une durée qui fait plaisir (plus c'est long ...), tu peux passer ça aussi en présence de non gutsiens. M'enfin, je suis un bon public par nature, donc des auditeurs plus critiques pourraient t'en dire plus (par exemple, j'ai aimé terrestrials, oulah). N'empêche que par rapport au live au norwegian national opera par exemple, ATGCLVLSSCAP a bien plus tourné chez moi (et en bien moins de temps ! ). Pis voilà, le concept(absence de concept) pas clair pas vraiment un album pas vraiment un live pas vraiment que du matériel nouveau mais un peu quand même, en faisant semblant d'enrober ça autour du chiffre 12, j'adhère (oui oui, j'apprécie cette démarche imprécise et pseudo mysticointello faite de bric et de broc, justement parce qu'elle ne me semble pas vraiemnt pouvoir être défendue, voire expliquée. La musique n'a pas à s'expliquer mais les types ont l'impression de devoir se contraindre à essayer).