Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFChristian Fennesz › Hotel paral.lel

Christian Fennesz › Hotel paral.lel

  • 1999 - Mego, 016 (1 cd)

14 titres - 53:10 min

  • 1/ Sz
  • 2/ Nebenraum
  • 3/ Zeug
  • 4/ Blok m
  • 5/ Santora
  • 6/ Dheli plaza
  • 7/ Fa
  • 8/ Traxdata
  • 9/ Gr-500
  • 10/ Szabo
  • 11/ Vds
  • 12/ Herbert missing
  • 13/ Super feedbacker
  • 14/ Aus

enregistrement

1997 (détails non précisés)

line up

Christian Fennesz (tous les instruments)

remarques

Il s'agit de la seconde édition de l'album.

chronique

Styles
ambient
electro
Styles personnels
avant-garde

Christian Fennesz est un guitariste d’avant-garde autrichien dont les expérimentations sonores se situent aux confins de l’electro/ambient et de la musique contemporaine « sérieuse » (façon de parler, hein…) Les manipulations électroniques auxquelles il se livre donnent souvent des résultats passionnants. La sonorité est en général froide, tranchante. Sur cet album, la place de choix est d’ailleurs occupée par des sons synthétiques traités par ordinateur, et la guitare se fait assez rare (de toute façon, même présente, c’est un véritable challenge que de la reconnaître). Toute cette musique électronique n'est que ruptures, scratchs aigus et parfois dévastateurs, déchirements synthétiques divers. Les compositions sont parfois sensuelles, souvent glaçantes. C’est une étrange mixture de samples concassés, de beats abstraits, d’electronica déglinguée, à laquelle le compositeur arrive pourtant à donner une grande homogénéité, à tel point qu’il est difficile d’en distinguer quelques moments plus remarquables que d’autres. Certains traitements sonores évoquent Aphex Twin, mais on est très loin de la pulsation dansante et du caractère « mélodieux » (si, si !) des musiques de l’Anglais. Non, on pense plus souvent au côté abrasif des expérimentations les plus poussées de Merzbow à base de guitare électrique (« Animal magnetism »). Mais le raffinement de ces pièces et leur développement toujours surprenant rendent cet artiste vraiment unique. Là où un Merzbow semble parfois vouloir faire dominer l’anarchie pourvu que ça vous arrache les oreilles, Fennesz structure et développe ses compositions, sachant parfois souffler le chaud et le froid (écoutez l’extraordinaire « Dheli Plaza »). Tout commence par des grésillements d’ondes radio, avec en arrière plan sonore une sorte de soufflerie. Sur « Blok m », qui offre une accroche rythmique et harmonique, les beats sont accompagnés de sons électroniques concassés donnant l’impression du froissement d’un emballage plastique. « Fa » laisse également libre cours à une pulsation rythmée par une sirène fantomatique du plus bel effet. Ruptures incessantes de « Traxdata » ; rythmique répétitive obtenue par générateur de fréquences sur « Szabo », une nappe de synthé avec un larsen qui vous chatouille les oreilles sur « Vds »… difficile vraiment de donner l’humeur générale de cet album, dont la tonalité reste pourtant très cohérente. Tout cela se termine par les notes acides de « Aus », qui, s’interrompant brutalement, nous laissent encore sur une impression d’intranquillité. Une voie d’accès assez rugueuse, donc, pour découvrir la musique de l’Autrichien, mais qui vaut la peine d’être tentée.

note       Publiée le samedi 2 avril 2005

partagez 'Hotel paral.lel' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hotel paral.lel"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hotel paral.lel".

ajoutez une note sur : "Hotel paral.lel"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hotel paral.lel".

ajoutez un commentaire sur : "Hotel paral.lel"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hotel paral.lel".

CeluiDuDehors › samedi 10 septembre 2005 - 19:57  message privé !
Très bon album, des sons brutaux, des rythmes qui partent en bordel, c'est varié...c'est peut être là que le bas blesse finalement, trop hétérogène mais beaucoup de bons moments donc 5/6 pour moi!
Note donnée au disque :       
Slugbait › vendredi 17 juin 2005 - 23:52  message privé !
Vu en concert au festival "branlette electronique pour boiteurs qui ne s'assument pas": Fennesz était vraiment énorme. Il a sauvé la soirée, vraiment magnifique, apres mais toujours suave et chaud. il se passe des trucs bizarres sur la plage.