Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Tribute Albums › Honoris III (Tribute to Bauhaus)

Compilations - Tribute Albums › Honoris III (Tribute to Bauhaus)

cd • 16 titres

  • 1Versari: 'Terror couple killed colonel'
  • 2Sébastien Fait Divers & Diamond dog: 'In the flat field'
  • 3Opium Dream Estate: 'Double dare'
  • 4The Married Monk feat. Emmanuel Hubaut: 'Who killed Mister Moonlight'
  • 5Kill Shelter: 'She's in parties'
  • 6Selfishadows: 'Kick in the eye'
  • 7Swesor Bhrater: 'King Volcano'
  • 8Judith Juillerat: 'Hollow hills'
  • 9Years of denial: 'All we ever wanted was everything'
  • 10Crystalline Stricture feat. M. McIntyre: 'Swing the heartache'
  • 11La Main: 'The three shadows part 2'
  • 12Blind Delon: 'Mask'
  • 13Chris Shape feat. Su Eko: 'Bela Lugosi's dead'
  • 14Radikal Kuss: 'Dark entries'
  • 15Soj feat. Petra Flurr: 'Lagartja Nick'
  • 16Mynationshit: 'Slice of life'

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

remarques

https://hivmusic1.bandcamp.com/

chronique

Encore un ? Commence à faire chier, non ? Ben non, justement, on n’est pas chez Cleopatra et si vous avez lu mes chroniques des autres volumes, vous savez déjà que Unknown Pleasures Records placent toujours la barre très haut dans ce type d’exercice, ce qui leur permet de s’attaquer à des monuments auxquels certain(e)s hésitent à se frotter. Premier atout, une seule reprise de ‘Bela Lugosi’s dead’, un titre certes génial mais tellement pillé depuis sa sortie... C’est Chris Shape qui s’y colle en compagnie de la chanteuse de Velvet Kills. Copie réussie, le duo conserve l’atmosphère de base en lui conférant une touche plus electro dansante qui se coule sournoisement dans la trame de base au début, croissant imperceptiblement comme l’écume d’une vague avec d’éclater dans toute sa sa verve personnelle vers le final. Et sinon, que nous propose le menu ? Je fonce d’emblée vers mon morceau favori, ‘Double dare’, repris par, tiens, tiens, les brillants Opium Dream Estate. Le noir nihiliste et passionné d’origine est conservé mais le tempo a été ralenti pour retirer l’aspect tribal épileptique et le changer en vase funèbre. Trop metal ? Non car le chant module des intonations proches de celles de Peter Murphy gardant ainsi la touche décadente (et puis cet orgue malsain paralysé par la fange est du plus bel effet en arrière-fond); on croirait presque une version alternative exécutée par Bauhaus eux-mêmes. Un autre extrait de ‘In the flat field’, ‘In the flat field’ justement est proposé par SFD & Diamond Dog qui en maintiennent l’aspect sauvage. Un peu scolaire et proche de l’originale mais avec une touche glam dans le chant qui personnalise un brin. ‘Dark Entires’ retravaillé par Radikal Kuss s’élève d’un cran notamment grâce au chant féminin et la touche minimal bien gérés dans une veine évoquant Kas Product. Rayon gros hits, Kill Shelter s’attaque au monumental ‘She’s in parties’. Pas mauvais mais pas transcendant. Bon travail vocal, notamment dans l’impression de répons, tentative de s’approprier la musique en proposant quelque chose de grinçant et froid à la fois. Blind Delon s’en sortent mieux à mon sens dans leur relecture de ‘Mask’. Ce combo que j’étais le premier à classer dans la veine cold dark minimal a largement prouvé, notamment sous la houlette du label, que ses compétences allaient bien au delà; il confirme avec cette reprise méconnaissable marqué d’une légère aura Throbbing Gristle version contemporaine. J’aime bien le boulot de Versari qui ont opté pour une forme de post punk groovy mais pêchu et rêche dans le rendu de ‘Terror kill colonel’. Idem pour Selfishadows; je suis assez peu fan de ‘Kick in the eye’ à la base et ce relooking post punk fluide, mystérieux, me parle autant voire plus que l’original. J’attendais beaucoup de Emmanuel Hubaut dans sa cover de ‘Who killed Mr Moonlight’ et il ne me déçoit pas dans sa version jazz indus (pas si éloignée de Foetus) en compagnie de The Married Monk. Remarquons que plusieurs artistes ont choisi des pièces plus atmosphériques de Bauhaus. Sans trop de surprise, Judith Juillerat s’empare de ‘Hollow Hills’ pour une forme de trip hop boiteux nocturne et grinçant de bonne facture. ‘All we ever wanted was anything’ sous le regard de Years of Denial prend une texture menaçante, quelque chose de tapi dans les recoins les plus sombres de This Mortal Coil, rendant une belle justice à cette chanson. Que penser du boulot de la Main ? Que c’est plutôt bon dans cet habillage electro. Je lui préfère pourtant la sécheresse trouble et vicieuse de ‘Slice of life’ revisité par Mynationshit. La mue la plus spectaculaire demeure à mon avis celle de ‘Lagartja Nick’ saucé à l’EBM par SOJ; il y a quelque chose d’une forme ralentie de Nitzer Ebb, ce qui n’a rien d’une coïncidence. La valse hivernale pour ‘King Volcano’ ? Excellent idée, cette lecture par Swesor Bhrater pourrait intéresser du monde chez Projekt. Si je n’oublie personne, je conclus donc par ‘Swing the heartache’ déconstruit et réassemblé en une forme d’électro râpeuse flirtant avec des remugles d’indus old school et de cabaret. Vous l’aurez compris, c’est plutôt panaché niveau ambiances, les artistes ont travaillé dur pour tenter de s’approprier ces versions et les restituer de manière neuve. Un peu trop peut-être. De la série ‘Honoris’, cet opus me semble le plus scolaire, comme un laboratoire où les élèves biochimistes ont malaxé, chauffé, testé, sans répit pour obtenir un résultat défiant le postulat de base. Ce n’est pas un reproche, une constatation subjective et il va de soi que non seulement vous pouvez ajouter ce bel hommage original à votre collection mais qu’en plus on attend impatiemment le prochain volume de la série.

note       Publiée le vendredi 15 juillet 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Honoris III (Tribute to Bauhaus)" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Honoris III (Tribute to Bauhaus)".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Honoris III (Tribute to Bauhaus)".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Honoris III (Tribute to Bauhaus)".