Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMichael Mantler › The hapless child

Michael Mantler › The hapless child

  • 1976 - Watt, WATT/4 (1 cd)

cd | 6 titres | 33:36 min

  • 1 The Sinking Spell [05:13]
  • 2 The Object Lesson [05:01]
  • 3 The Insect God [05:01]
  • 4 The Doubtful Guest [04:50]
  • 5 The Remembered Visit [06:29]
  • 6 The Hapless Child [07:02]

enregistrement

Grogg Kill Studio, Willow, New York, USA, juillet 1975 - janvier 1976

line up

Alfreda Benge (narration), Carla Bley (piano, clavecin, synthétiseur), Jack Dejohnette (batterie, percussions), Nick Mason (narration), Terje Rypdal (guitare), Steve Swallow (basse), Robert Wyatt (chant), Albert Caulder (narration)

chronique

Le pari de Michael Mantler avec ce disque était de mettre en musique les nouvelles d'Edward Gorey. A l'écoute de ces six historiettes, on ne peut que s'incliner face à la réussite de l'entreprise qui l'éloigne cependant radicalement des tendances free jazz et avant-gardistes grâce auxquelles il se fit un nom aux côtés de sa compagne, Carla Bley. Oubliez donc le Jazz Composer's Orchestra ou l'esthétique audacieuse du mythique "Escalator over The Hill", ici, Mantler signe presqu'un disque progressif avec quelques solides touches de jazz fusion. Jack DeJohnette en commande de la batterie et Terje Rypdal à la guitare terriblement expressive apportent cette touche lyrique et virevoltante, mais aussi nerveuse, pour lesquelles le mouvement est apprécié. La basse ronde et entêtante de Steve Swallow, dans un exercice de style inhabituel, et les notes de piano et de synthétiseurs, comme autant de coups de couteau, quant à elles, évoquent l'ombre inquiétante de ce qui allait faire la particularité de premières années du groupe Univers Zero et sa musique noire et radicalement gothique. Mais la vedette incontestable de cette session est Robert Wyatt qui transcende littéralement le texte et fait corps avec lui dans ces histoires sombres, théâtrales et lugubres. Là encore, tout le crédit doit être donné à Michael Mantler, de par son audace, de par ses (excellents) choix mais aussi de par son professionalisme qui, à aucun moment, n'a perdu de vue son objectif en ne concédant rien à la démonstration facile et stérile auquel on peut souvent s'attendre dans pareil cas. Disque culte.

note       Publiée le samedi 13 juillet 2002

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'The hapless child' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The hapless child"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The hapless child".

ajoutez une note sur : "The hapless child"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The hapless child".

ajoutez un commentaire sur : "The hapless child"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The hapless child".

Thierry Marie › lundi 20 septembre 2010 - 17:32  message privé !

Un chef d'oeuvre. Michael Mantler reste un compositeur très mésestimé. Car des chefs d'oeuvre, il en a ou en produira d'autres. Indispensable.

Note donnée au disque :       
Progmonster › mercredi 2 août 2006 - 19:54  message privé !
avatar
"Shipbuilding" est inclus dans le box "EP" chroniqué dans nos pages
Note donnée au disque :       
Tango Mago › mercredi 2 août 2006 - 16:36  message privé !
Tien, je savais pas qu'il était chroniqué celui là. J'avais trouvé le LP pour trois fois rien en croyant mettre la main sur une rareté de Wyatt. Réécoute en perspective. Si ma mémoire est bonne, c'est quand même plus rock progressif que jazz...et bourré de synthé. En parlant de Wyatt, j'ai un EP de 1982 non chroniqué sur Guts : ""Shipbuilding". Jamais retrouvé ca en CD. Tu sais si ça existe Proggy ?