Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaint Vitus › V

Saint Vitus › V

cd • 8 titres • 35:53 min

  • 1Living Backwards
  • 2I Bleed Black
  • 3When Emotion Dies
  • 4Patra (Petra)
  • 5Ice Monkey
  • 6Jack Frost
  • 7Angry Man
  • 8Mind-Food

line up

Wino (chant, guitare additionnelle), Dave Chandler (guitare), Mark Adams (basse), Armando Acosta (batterie)

remarques

chronique

Styles
doom metal
Styles personnels
doom traditionnel

Born Too Late était bien sûr un album très moyen, et pour tout dire médiocre, que ce soit en comparaison avec Black Sabbath ou en comparaison avec les monstrueux doomsters qui allaient naître dans les années 1990 et 2000. Mournful Cries avait un peu plus de relief. V est plat. Profondément plat. C'est à ce point profondément plat... que c'est creux. Un peu comme... un puits. Dès les premières secondes de "Living Backwards", cet album exhibe sa ringardise en un mol excrément de riffs plus ternes qu'une nuée de pigeons par un urbain matin d'automne. Ringard comme un vieux disque de heavy-metal français (d'ailleurs la pochette à l'esthétique on ne peut plus inappropriée aurait pu être attribuée à un Vulcain) joué par des grosses feignasses embourbonnées dans on ne sait quel caveau à concert (entrée moins chère que les consommations) qui temporisent comme bibi quand il veut pas se résoudre à aller chez le coiffeur. La lose totale. Le doom de Saint Vitus est avec l'alcoolique et paresseux Scott Weinrich (le frontman au regard plus iveule que celui de Francis Cabrel) synonyme de musique du tiers état. Et de chiant, aussi. Les titres sont plus variés que sur pas mal d'albums du genre, et pourtant ce disque est d'une fière et intégrale chiantise. Et j'ai de la sympathie pour cette croûte, je lui trouve une certaine... classe. Wino est bien banal en comparaison à Lord Reagers, mais son chant est il est vrai fort approprié ici, assez évident avec ses couplets pas finis et ses refrains inexistants. La banalité aide, quand on veut inspirer la misère. Et la contemplation de sa montre sur un morceau anémique comme "Patra (Petra)". La Sainte Chiantise Doom. Le passage acoustique "When Emotion Dies" se situe quelque part entre une ballade grunge et une ballade de Metallica. Je ne sais pas encore si elle me touche ou me gonfle, comme tout l'album du reste, mais c'est mignon, avec Wino en crooner fainéant et les petits chœurs de femelles. "Jack Frost" rivalise de néant énergétique, passés les premiers mots de Weinrich qui inspireront un fameux gimmick de Game of Thrones. Lent et vain comme le doom quand il est incapable de poser une vraie ambiance. Touchant comme voir un déchet social d'un quintal et demi réunir toutes ses forces pour se relever. Impuissance doom, riffs non-existants, son étouffé et pelucheux strié de maigres effets. V est un album-nounours gris et poussiéreux, une leçon d'impotence. Pour les visions de cauchemar ou l'aveuglement d'une foi viscérale, on repassera. Il n'est question ici, comme sur bon nombre d'albums cultes labellisés doom trad, que de heavy-metal au chômage, dans cet exercice douloureux qui consiste à se sortir la tête de l'anus pour aller pointer.

note       Publiée le mercredi 24 juin 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "V".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "V".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "V".

Demonaz Vikernes › mercredi 12 juin 2019 - 15:16  message privé !

Quelques titres un peu moyen (When Emotion Dies, Ice Monkey), contrebalancés par des titres excellents (Patra (Petra) ou Living Backwards), le reste acceptable. Un bon album de Saint Vitus, même si pas le plus indispensable.

Note donnée au disque :       
yog sothoth › mercredi 24 juin 2015 - 18:44  message privé !
avatar

Je ne sais pas, dans mon esprit ça reste un groupe qui n'a sorti qu'un album de 200 titres :)

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 24 juin 2015 - 17:56  message privé !

Ce qui est bien, avec l'argument Motörhead, c'est qu'il sert vraiment dans toutes les situations. Vraiment TOUTES.

yog sothoth › mercredi 24 juin 2015 - 12:41  message privé !
avatar

Yup, concernant le cas précis de St vitus, j'y vois surtout un cas flagrant du fossé 80s / 90s, comme pour le BM... les 80s, c'est encore lourdement connoté "Heavy Metal" et, on va pas se mentir, à moins d'avoir grandi avec, Bathory, Venom, Sodom & co, c'est un peu chiant, surtout quand 10 ans après on a connu Darkthrone et Emperor... la même chose avec St Vitus et...... Cathedral ou Rev Biz, disons

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 24 juin 2015 - 12:33  message privé !

Je dis pas que c'est pas du doom, entendons nous bien : je dis juste que je suis las de devoir expliquer au gens, à la sortie de concerts tels que celui de Grime, que "c'était chiant, mais c'est normal non ? c'est du sludge" n'est pas la réalité ; ce qui est chiant, c'est le mauvais sludge, et en l'occurrence le mauvais doom. J'en ai assez de devoir rattraper la déplorable réputation que nous font les mauvais groupes, et d'avoir l'air d'un chasseur du Bouchonnoy.