Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaint Vitus › Thirsty and Miserable

Saint Vitus › Thirsty and Miserable

k7 | 3 titres | 13:04 min

  • 1 Thirsty and Miserable [Reprise de Black Flag] [03:54]
  • 2 Look Behind You [03:21]
  • 3 The End of the End [05:49]

enregistrement

Enregistré par Mike Lardie, assisté de Jim Mancuso au Total Access, Redondo Beach, États-Unis. Produit par Joe Carducci et Saint Vitus.

line up

Wino (voix), Dave Chandler (guitare), Mark Adams (basse), Armando Acosta (batterie)

remarques

Photographie par Naomi Petersen. Sorti en cassette et 12''. La tracklist sur la cassette commence par Thirsty and Miserable et se termine par The End of the End ; sur la version vinyle on a The End of the End sur la face A, et les deux autres sur la face B. Enfin, vous l'écoutez en mode rubikub c'est pareil.

chronique

Il fait soif. Voilà, tout est dit ! Cet EP, c'est la complainte du soiffard, celui qui est en manque, il lui faut quelque chose ce soir ! Maintenant ! Sinon raaaah je casse tout putain ! Fais pas chier toi et ferme ta gueule ! Posant comme des milords devant un bar qu'on imagine teinté de cette fragrance propre aux salons de thé de tous les quartiers des Beaux-Arts du monde, Saint Vitus sortait ici son plus célèbre rot, sorte de réponse à la quinte de toux d'Ozzy sur l'autre album violet. "Thirsty and Miserable" ne fait pas dans la dentelle, mais ne va pas non plus être pris d'épilepsie rageuse : la reprise de Black Flag, reprenant toute cette fougue nihiliste et rigolote à la fois, cette version est bien plus "deux de tension"... on a trop mélangé la weed à la binouze... exception faite, bien sûr, de la voix de Wino qui est un hommage en soi à toutes les substances psycho-actives possibles. "FUUUUUCK !" : c'est fermé ! "On devient nerveux !". On regarde alors derrière soi, on sent comme un truc qui monte, on se sent observé, on a trop profité ! C'est la descente ! Où j'ai mis mon flingue ?! Et rien pour tamponner ("Look Behind You")! Oh et puis de toute façon, "monde de merde", on va tous crever, tout est pourri, pourri par des générations de gros teubés nous laissant agoniser à petit feu dans une atmosphère viciée, une dépression générale, une paranoïa rampante, le nez à jamais perdu dans tous les verres qui se succéderont au comptoir, on va tous finir pétés du bulbe, pleins de tumeurs et d'infections pulmonaires ("The End of the End"). Véritable petit pamphlet doom hardcore (si ce genre existe), pas content, brut, moche et qui pue du bec, ces trois morceaux devenus à mes oreilles des classiques du groupe seront ajoutés comme bonus au fabuleux "Born too Late" dans sa version CD sortie également en 1987. Quel sens du timing SST ! Quel beau doublon ! Ce label, tout de même, n'en aura pas fini de déflorer les oreilles de toutes les générations, que ce soit celles des vieux cons de 1983 comme celles des jeunes ringards de 2020. Bonne année donc à tous les tendus du bulbe, pré-séniles ou post-dépressifs et à tous les gonflés du foie, pré ou post désintox ! Oh, et puis même les plus sobres : écoutez Saint Vitus !

note       Publiée le mercredi 1 janvier 2020

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Thirsty and Miserable' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Thirsty and Miserable"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Thirsty and Miserable".

ajoutez une note sur : "Thirsty and Miserable"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Thirsty and Miserable".

ajoutez un commentaire sur : "Thirsty and Miserable"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Thirsty and Miserable".

Klarinetthor › mercredi 1 janvier 2020 - 19:47  message privé !

hardcore doom, oui mais pas sludge. Rien à redire, ça donne presque envie de se souhaiter une bonne cirrhose.

Note donnée au disque :