Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSaint Vitus › Lillie: F-65

Saint Vitus › Lillie: F-65

cd • 7 titres • 34:29 min

  • 1Let Them Fall04:01
  • 2The Bleeding Ground06:20
  • 3Vertigo02:43
  • 4Blessed Night04:08
  • 5The Waste of Time05:51
  • 6Dependence07:53
  • 7Withdrawal03:33

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au Temple Sound, Port Orchard, Washington, États-Unis. Mixé et masterisé au HeavyHead Sound.

line up

Mark Adams (basse), Dave Chandler (guitare), Henry Vasquez (batterie), Wino ([Scott "Wino" Weinrich] voix, guitare [3])

remarques

Sorti en CD, vinyle. Une édition spéciale CD+DVD est également disponible (le DVD est un concert enregistré à Hambourg à la Markthalle en 2010). Certains exemplaires de cette édition spéciale était vendus avec du papier à rouler et un t-shirt. Peut également s'écouter sur bandcamp.
Illustration par Adrien Bousson.

chronique

Ah, Lilly. Cette entreprise pharmaceutique, pour qui a ingéré gélules et suppositoires peut rappeler des souvenirs partagés entre perte de mémoire et rétablissement d'une respiration auparavant bouchée par glaires et impuretés diverses... Lilly donc, entreprise américaine, a produit à la fin des années 1940 un barbiturique qu'ils ont nommé "Tuinal". Vendu comme somnifère, cette combinaison de secobarbital et d'amobarbital pouvait être le petit coup de pouce dont Maman avait besoin pour se coucher, à ne pas confondre avec les petites pilules qu'elle mélangeait avec ses sucrettes du café matinal. Et Bon Dieu que Chandler les aimait ses petits Lilly F-65 ! C'est pas moi qui le dit, c'est Wino. Quoi, vous ne saviez pas que Saint Vitus parlait beaucoup de substances psycho actives ? Quoi, vous ne saviez pas qu'ils s'étaient reformés non plus ? Sur Season of Mist avec le retour d'un des chanteurs les plus aimés de leur longue et désespérante non-carrière ? Ben oui, après avoir lâché l'affaire au milieu des années 1990 suite à un "Die Healing" d'un lugubre consommé et malgré des albums encensés par ceux qui en consomment trop (de l'encens), suite à de nombreux appels du pied, après avoir constaté que lors de leurs petits concerts de reformation les vieux amenaient leurs gamins et que les petits jeunes nés "trop tard" arboraient des patches Saint Vitus ou des t-shirts Black Flag, hop ! Résurrection. Avec tout le monde, sauf Acosta, déjà malade, et bougon - selon Chandler encore, il ne voulait pas se soigner et a très mal pris qu'il n'était plus dans l'état de jouer correctement... Il sera remplacé par un ancien de Sourvein, Henry Vasquez avec qui Chandler avait déjà joué dans son autre mini truc Debris Inc. Vous arrivez à suivre ? Bien. Donc si vous avez suivi, enfin surtout suivi l'historique de la reformation de combo dits "cultes", le passage à la case "nouveau label" et notamment certains européens comme SoM a laissé des traces dans les mémoires traumatisées... je vous laisse vous souvenir, mais en tout cas, je ne savais pas trop à quoi m'attendre quand j'ai reçu mon joli vinyle violet à l'époque... Wino avait une trouzaine de jolis projets musicaux, il semblait garder la banane du siècle, et le fait de l'avoir vu avec The Obsessed m'avait réconforté un petit peu quand même... mais allaient-il s'auto-hypnotiser ? Patiner dans la semoule ? Ben non, ils allaient sortir un joli album de durée égale à leurs anciens méfaits sortis sur vinyle - avec une durée donc inférieure à quarante minutes ; ça enchaine, ça déroule comme il faut, et on se retrouve téléporté dans un des quelques albums que le Vitus a sorti avec Wino, tranquille pépouze ! C'est aussi bien, c'est pas plus mal, et c'est juste kiffant comme il faut. En gros, la même chose que sur V avec un joli son ; pas trop d'expérimentations, des instrumentaux assez planant, remixes sans fin du "Planet Caravan" de kivousavé et sinon du bon vieux doom à deux de tension, idéal pour aller se coucher blindé de médocs... Quant au contenu, il s'agit d'une sorte de conte horrifique où une nana, "Lillie" se retrouve coincée en désintox dans un hosto de l'horreur... et comme je sais qu'en ce moment, on a tous besoin de se rassurer par rapport au système hospitalier, je me suis dit que ça vous ferait plaisir d'écouter cet album tout en vous matant un Reanimator ! Et puis on sait que lorsque le temps est imparti, mais qu'il passe très lentement, on peut avoir tendance à broyer du noir. Pour bien accompagner cette infortune, de nombreuses drogues sont à disposition : bières industrielles au maïs, café de merde, prescriptions auprès de votre "médecin référent", Ricard pourri, datura qui rend fada, orties qui font pisser, cléomes divers et variés pour expectorer un bon coup... car, et c'est là-dessus que je vais conclure, s'il y a bien de multiples mauvais conseils et exemples foireux, réflexions négatives à ruminer et dépression nerveuse à moissonner pendant que notre cerveau est "disponible", autant piocher tout ce goudron chez les meilleurs. Et les meilleurs, c'est qui ? Ben c’est Vivi pardi !

note       Publiée le samedi 25 avril 2020

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lillie: F-65".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lillie: F-65".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lillie: F-65".

Demonaz Vikernes › vendredi 1 mai 2020 - 16:46  message privé !

Je l'ai trouvé franchement bon cet album, encore maintenant d'ailleurs. J'ai pu les voir deux fois en concert sur cette période et les titres passaient franchement bien le cap du live (bon The Waste of Time n'est pas forcément mon préféré, mais ils sont souvent eu des choix douteux dans leur setlist - cf re-reformation avec Reagers). Le nouveau batteur surclasse nettement l'ancien, et le DVD bonus est vraiment excellent. Aussi, la prod est tout à fait classe, faisant de cet album une bonne porte d'entrée pour le groupe je trouve.

Note donnée au disque :       
torquemada › samedi 25 avril 2020 - 15:32  message privé !

Je ne suis pas un énorme fan du groupe mais celui-là est super efficace passé le 1er morceau un peu poussif - patapouf. Une bonne surprise.

Note donnée au disque :