Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes[[´ramp] › Doombient.one - verbrannte erde

[´ramp] › Doombient.one - verbrannte erde

cd • 7 titres

  • 1Part 18:16
  • 2Part 210:13
  • 3Part 32:06
  • 4Part 48:35
  • 5Part 58:53
  • 6Part 611:54
  • 7Part 713:32

enregistrement

Enregistré en concert le 17 Août 2002, au Kunstfeld-Feldkunst Visual Art Performance, Dorsten/Germany.

line up

Frank Makowski: Électroniques, échantillonnage, outils et séquenceurs Stephen Parsick: Électroniques, atmosphériques, outils et séquenceurs

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.doombient.com/start.htm

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique expérimentale
Styles personnels
musique Électronique dark & industrielle

Enregistré lors d’un concert en Allemagne, doombient.one - verbrannte erde n’est sorti qu’en édition limitée. Dommage, car c’est un album très représentatif du duo Allemand qui se plait à investir les univers lourds et sombres de la MÉ. Album concept, verbrannte erde est une lente procession industrielle qui vaut l’écoute. Hautement progressif, j’imagine l’écran et le genre d’effets visuels qui a pu accompagner un tel montage sonore.
La partie 1 nous présente une introduction très obscure. En suspension, les nappes synthétiques bougent à peine, figées par la lourdeur des atmosphères. On perçoit de faibles modulations, annihiler par de sombres vrombissements qui s’installent en maîtres des lieux. Atoniques et statique, l’ambiance est ténébreuse. Les froissements d’ailes métalliques, dans un silence incompréhensible, augmentent l’inconfort d’une vision apocalyptique d’un champ de batailles où les notes agonisent. Nous sommes dans l’univers oppressé de Ramp. Cet étrange duo qui s’amuse à modeler des ambiances tordues par des effets sonores mécaniques et métalliques. Atonique, certes! Mais on a toujours l’impression d’être en mouvement, l’ambiance moulant le tempo. Une séquence bourdonne au loin, sur des riffs étalés et des chœurs patibulaires. Tranquillement la partie 2 nous amène vers un univers grouillant d’une vie mécanique où des percussions bigarrées de poussière d’acier poussent un rythme aux étranges modulations. De partout, les sonorités industrielles fusent et se modulent sur un tempo sans structures, qui crachent des percussions éparses sur des bribes de guitares acuités et une panoplie d’effets sonores qui ne sont pas étranger à cette étrange procession des métaux, pour messe industrielle. Une fusion des folies que l’on rencontre tout au long de ce spectacle unique.
Si la 3ième partie est un souffle de répit, c’est uniquement pour se remettre de la 2ième partie et reposer nos oreilles des décibels à venir avec la 4ième partie. Un titre hautement mécanique aux superbes modulations. Du fer forgé à haute distorsion qui se moule et fusionne sur un rythme hésitant, troué de solos de synthé et guitare, dans une ambiance érodée par la froideur métallique. Avec un goût de métal dans les oreilles, l’ambiante 5ième partie est la bienvenue, et ce même si les vibrations des pulsations de la fin, soulèvent nos sourcils.
La 6ième partie agite ses pulsations d’une façon désordonnée, sur des strates synthétiques denses aux modulations souples. Mais le mouvement demeure atonique et statique, pour se mouler aux éclectiques sonorités industrielles que nous avons croisées sur la 3ième partie. Sans être totalement identique, cette 6ième partie confirme la thèse d’un album concept, mais avec des passages plus caustiques. La 7ième partie est un lent mouvement de dégrisement auditif. C’est doux, voire cosmique, et ça s’étire jusqu’aux confins du système mécanique industriel.
Audacieux et déconcertant, tel est la vision de [´ramp]. Frank Makowski et Stephen Parsick ne font aucun compromis; Doombient.one - verbrannte erde est un album sombre, lourd imprégné d’une ambiance de métal en fusion. On s’imagine fort bien flotter dans les hauteurs d’une aciérie, alors qu’en réalité, nous sommes à l’intérieure de la bête. À l’intérieur de [´ramp].
DISPONIBLE au http://www.doombient.com/start.htm

note       Publiée le samedi 10 mars 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Doombient.one - verbrannte erde".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Doombient.one - verbrannte erde".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Doombient.one - verbrannte erde".

Nadir › jeudi 13 mai 2010 - 12:16  message privé !

J'ai beaucoup pensé aux premiers Tangerine Dream ("Ricochet" et "Rubycon", notamment) en écoutant ce très bel album, découvert encore une fois grâce à GoD. Du TD mâtiné d'indus et de noise aussi par moment. Aucune partie plus faible ou moins intéressante que l'autre. Et parfois de superbes envolées, bien inspirées, avec juste le minimalisme et la sécheresse qu'il faut pour sonner agréablement aux oreilles modernes. De la transe abyssale et arty à la fois. Cela donne en tout cas furieusement envie de lier connaissance avec la suite de la discographie de 'ramp... A propos, d'où vient ce nom? Edit: je n'avais pas tout à fait terminé d'écouter cet album extraordinaire avant d'émettre ce commentaire. Le dernier et long morceau (plus de 13 minutes) est digne des meilleurs productions de la musique concrète française. Il m'évoque notamment certaines compositions de Christian Zanesi (dans "Stop! l'horizon/Profil-désir"). Et dire qu'en plus c'est créé live! Etonnant et carrément génial.

Note donnée au disque :