Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes[[´ramp] › Looking Back in Anger

[´ramp] › Looking Back in Anger

cd | 9 titres

  • 1 The Warsaw Disaster (Cheap Drum Mix) 1996 [11:36]
  • 2 Sakrileg am Mittag (high Noon Edit) 1996 [7:33]
  • 3 Generatorenkonflikte (Ramp vs. Antidot 1997 [7:20]
  • 4 Tribejagd (Tribal Edit) 1997 [5:36]
  • 5 What´s the Point of Eating Concrete? (Definite Edit) 1998 [6:54]
  • 6 Looking Back in Anger (The Real Huizen Finale Edit) 1999 [13:59]
  • 7 So far ([´ramp] & Markus Reuter) 2000 [9:11]
  • 8 Scissors (Short & Painful Edit) 2004 [13:53]
  • 9 Nothing (Keep the Balance Right, Jhonn) 2006 [1:25]

line up

Frank Makowski : electronics, sampling, tools, sequencing Stephen Parsick :electronics, atmospherics, tools, sequencing

remarques

Pour des échantillonnages musicaux http://www.doombient.com/start.htm

chronique

Styles
ambient
musique électronique
musique électronique expérimentale
Styles personnels
musique Électronique dark ambiant

[´ramp] est un groupe de MÉ assez particulier. Formé de Frank Makowski (Tranquility) et Stephen Parsick, ce duo produit une musique sombre, ambiante aux effets industriels. Un mélange unique, qui parfois ressemble à du Redshift. De la MÉ Dark Ambient Industriel décrirait adéquatement le style musical de [´ramp]. Looking Back in Anger est une rétrospective qui retrace 10 ans de carrière, avec des pièces inédites. Toute la musique fut remixée et remasterisée, afin d’obtenir une sonorité maximale. Vous voulez entendre quelque chose de nouveau? De différent, suivez le guide. Bien que [´ramp] ait horreur des stéréotypes et des comparaisons, on ne peut éviter toute forme d’association avec la MÉ, style Berlin School, lorsqu’on entend The Warsaw Disaster, un titre qui ressemble beaucoup à du Tangerine Dream, justement à l’époque de Poland. Un départ canon sur un séquenceur sautillant et de superbes solos, sur un tempo bien en rythme avec de belles nappes synthétiques qui s’enroulent autour d’un mouvement spiralé. Vers la 4ième minute, le tempo ralenti de beaucoup pour prendre une tangente plus atmosphérique, la vraie nature de [´ramp]. Exploitant avec doigté les effets sonores sombres et ténébreux, de fines percussions, appuyées d’un synthé ascendant, remontent le rythme sur un mouvement très Tangerinerien. Les impulsions varient sur un mouvement giratoire, nappé d’un superbe jeu de synthé symphonique et de belles percussions. Un superbe morceau. Sakrileg am Mittag, de la même époque, est tout à fait à l’opposé. Une longue incantation aux effets vocaux tribaux, sur un mouvement aux intonations mouvantes. Bariolé d’effets sonores hétéroclites et de voix rauques, Sakrileg am Mittag progresse sur d’étranges nappes synthétiques que l’on mélangent aux voix incertaines. Une excellente atmosphère de terreur. Generatorenkonflikte offre une intro très industriel avec une basse aux pulsations très métallisées. Le rythme est flou et tourne autour de percussions aux impulsions d’aciéries, comme si on assisterait à un concert de machinerie légère. Un titre génial qui a, sans aucun doute, influencé certains dj de la techno. Tribejagd nous plonge au cœur d’un abîme sidérurgique où des tam tam tribaux, aux résonances métalliques, réveillent une superbe voix qui surgit des entrailles d’un monde souterrain. Les strates synthétiques sont superbes et injectent un tempo démoniaque, aux limites d’une horreur enchaînée. Une séquence bourdonnante émerge des entrailles de What´s the Point of Eating Concrete? Une 2ième séquence, aux notes plus limpides, double le mouvement avec un superbe solo de synthé. Scindé par un passage atmosphérique What´s the Point of Eating Concrete? reprend son lourd mouvement séquentiel, avec un zest de sonorité industrielle. Une superbe pièce, trop courte, qui plaira aux fans de Redshift. Looking Back in Anger, la pièce titre, est tout simplement jouissif. Après une superbe intro atmosphérique, où les riches nappes flottent aux travers de pulsations circulaires, un séquenceur émerge vers la 5ième minute, pour entreprendre un tourbillon séquentiel dément. Un cercle infernal où les striures et strates synthétiques traversent une atmosphère aux réverbérations multiples et exploratoires. Du grand art séquencé comme on en entend que trop rarement. À plein volume, la peinture lève. Absolument F-A-B-U-L-E-U-X. Après un mouvement aussi intense, l’ambiante So Far est bienvenue. Une réflexion sonore intense aux impulsions lentes, mais profondes qui se poursuit sur Scissors, à tout le moins son intro. Car après la barre des 3 minutes, le rythme s’anime sur des notes sombres et basses, cachant une fine mélodie qui tente de sortir des griffes d’un tempo tambouriné. Un superbe morceau aux effluves d’un Redshift au sommet de son art. Quel album! WoW! Une expérience musicale à vivre. Tout au long de cette compilation, [´ramp] n’as pas arrêté de surprendre. Que ce soit de par ses rythmes, ses percussions, ses séquences tourbillonnantes et ses incursions dans un monde underground aux racines industrielles, Looking Back in Anger est un voyage musical fantastique, dans le temps et les genres. Disponible au http://www.doombient.com/start.htm

note       Publiée le vendredi 12 janvier 2007

partagez 'Looking Back in Anger' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Looking Back in Anger"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Looking Back in Anger".

ajoutez une note sur : "Looking Back in Anger"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Looking Back in Anger".

ajoutez un commentaire sur : "Looking Back in Anger"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Looking Back in Anger".

Amarok › mercredi 3 novembre 2010 - 12:43  message privé !

Très grand disque... je l'ai écouté pour la première fois ce matin et... ben... j'ai reçu une belle claque.

Une atmosphère ciselée, des sonorités tranchantes et envoutantes, une belle énergie malgré un rythme somme toute assez lent.

Merci à Guts de m'avoir fait découvrir ce disque. Je connaissais (et aimais beaucoup) Stephen Parsick en solo mais ignorait sa contribution à ce projet :)

Petit bémol néanmoins: la première piste, le Warsaw Disaster qui "jure" un peu avec le reste je trouve. La suite est d'une fluidité et d'une limpidité inouïe ce qui est impressionnant eu égard à son statut de "compil".

Pour info, j'ai trouvé le disque chez http://www.iapetus-store.com

Note donnée au disque :       
Phaedream › vendredi 12 janvier 2007 - 21:11  message privé !
avatar
Eh bien, mille mercis torquemada
Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 12 janvier 2007 - 20:24  message privé !
Il manque la fin de la chro.