Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › RAMP Au delà des ténèbres

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste [´ramp]

RAMP Au delà des ténèbres

par Phaedream › jeudi 26 avril 2007

Quelles sont les racines de 'ramp? Comment 'ramp fut formé?

: Ramp : La 1ière mouture a eu lieue lors d’une série de sessions avec Lambert Ringlage et Stephen Parsick en 1997, qui allait donner le CD Trancesession. Au printemps 96, je me suis joint à eux et nous avons fait des sessions dans un local de l’Université d'Essen, qui allait donner naissance à 'ramp. Nous étions tous les trois, fortement influencé par le Berlin School. Et, mis à par le son familier des rythmes séquentiels, nous nous sommes surpris à improviser de la pure musique ambiante depuis le début. Une autre session plus tard dans l’année, nous avons compris que la musique ambiante et expérimentale serait notre créneau, conduisant Lambert à quitter notre triangle. RAMP fut officiellement fondé au début 1997 et plus tard nous avons changé pour 'ramp, le mot Hollandais pour signifier catastrophe.

Quelles sont les principales influences, inspirations de 'ramp?

: Ramp : Tout ce qui gravite autour de nous. Nous n’avons aucune idole. Les influences viennent de tous les styles, comme musique du monde, tribale, classique ou du gros rock. Le son de 'ramp n’est électronique que par définition. Ce n’est que le langage musical que nous avons appris. Donc nos influences peuvent provenir de Ligeti à Tool, de Schulze à Throbbing Gristle. De la nature aux industries et la vie en général. Si quelque chose nous touche, il y a de bonnes chances que ça laisse des empreintes sur notre musique.

Séparément, votre musique n’a pas le côté sombre, ni industriel de 'ramp. Comment expliquer cela?

: Ramp : Vous pouvez avoir cette impression si vous écoutez tout notre matériel solo, mais je ne crois pas que ça soit vrai. Le problème est que notre développement musical, depuis les dernières années, est documenté par les réalisations exclusives à 'ramp. Nos albums solos sont très vieux, dans la plupart des cas. En fait Stephen a déjà prouvé son attachement au côté sombre avec ses nouveaux cd. Quand à moi, je prépare un nouveau projet ; The Speed of Dark qui devrait paraître plus tard cette année. The Speed of Dark est aussi une récolte d’ambiant sombre et d’effets sonores spatiaux et noirs. Donc, nous sommes peints en noir….même au niveau personnel 

Disons que je ne connais pas 'ramp. Vous êtes à la radio et je vous demande comment définir votre musique?

: Ramp : Indéfinissable. Nous créons la musique de vos rêves et vous ne pouvez pas imaginer à quel point vos rêves sont noirs.

Quel est l’album qui définit le mieux l’esprit de 'ramp?

: Ramp : Le prochain

Comment les gens ont réagis de Frozen Radios à Doombient.One? Après tout, il y a eu 2 ans de silence entre les deux, ainsi qu’une bonne différence dans les structures atmosphériques?

: Ramp : Nous avons divisé notre auditoire entre les amateurs à l’étroitesse d’esprit, les démodés, et ceux qui sont assez ouvert d’esprit. Quelques uns furent frustrés, parce qu’on a tout fait, sauf rencontrer leurs exigences, d’autres nous ont aimé à cause de ça. Ils ont découvert que nous avions d’autres choses à dire, à créer que la MÉ traditionnelle Allemande. C’est la même chose avec Ceasing to Exist, notre dernier opus; c’est une pure expérience ambiante. Quelque chose que nous n’avons jamais fait auparavant. Le problème avec certains auditeurs est que notre musique fait partie de nous, et non d’eux!

Frozen Radios, paru en 2004, est le dernier opus de 'ramp en studio, les 4 suivants ont été enregistrés en concert. Est-ce que 'ramp est plus confortable en concert qu’en studio?

: Ramp :Il est plus facile de maintenir le focus en concert qu’en studio, où la pression est totalement différente. Quand tu ne peux vivre de ta musique, ta vraie vie mange tout ton temps. Ce qui fait que nous n’avons pas eu le temps, ni l’énergie, de faire de grosses sessions de studio l’an dernier. Nous devons tout mettre à point lors d’un concert à venir. Cela pourrait changer dans le futur, comme ça l’était avant. Notre dernier album est un travail de studio, mais fait à partir d’enregistrements passés.

La musique de 'ramp est sombre et pour la plupart, ambiante, avec des bruits industriels et des effets sonores assez étranges. Comment le contact se fait avec un public (lors de Festival) qui ne connaît pas 'ramp? Ça doit être assez spécial!

: Ramp :Oh que oui!! Ça n’attire pas les gens qui consomment de la musique FM à la journée longue. En faisant ce genre de musique, il faut savoir que ça plaira à une poignée de gens. Sur que c’est gênant, mais s’attendre à plus est stupide. Nous sommes très loin d’un courant musical ‘’muzak’’.Pour plusieurs, c’est la confusion, c’est même épeurant et la réaction est parfois offensante. Quelques uns sont intéressés mais ne peuvent supporter le style et c’est correct. D’autres par contre aiment ça et c’est à ce public que nous nous adressons. Les gens qui sont confrontés à notre musique, pour une 1ière fois, doivent savoir dans quelles catégories ils sont. C’est si facile…

Pouvez-vous expliquer ce qui c’est passé au Festival EMIL? Concert qui a donné Doombient Two A Declaration of War.

: Ramp :Expliquer tout ce qui c’est passé finirait en un livre. Pour faire court : Stephen et moi étions de mauvais poil à cause de problèmes personnels dans nos vies respectives et le fait qu’il y avait un peu de dépresse en cette veille de guerre du Golf. Nous avons décidé de botter quelques derrières et avons préparé un spectacle assez rude. L’organisation du Festival étant catastrophique, ça nous a amené à un point d’ébullition supplémentaire qui a explosé en un chaos sonore de 15 minutes au début de notre ouverture, qui s’est calmé et progressé en un des plus ambiants et sombres mouvement que nous avons créé. Une soirée intéressante…

Slow Deaths, de ce concert, est l’une des plus rude et violente démonstration atmosphérique que j’ai entendu. Était-ce voulu ou la colère a aidé?

: Ramp : Slow Deaths provient d’une monstrueuse séquence originalement enregistrée par Mark Shreeve, lors d’une session avec Stephen. Nous l’utilisions pour une 3ième fois ce soir-là et oui, la colère en a fait une version vraiment épeurante.

De ce que j’ai entendu concernant vos problèmes en concert, vos délais d’enregistrement et autres genres de problèmes, avez-vous déjà pensé que 'ramp serait maudit?

: Ramp :Intéressante observation, mais je ne crois pas. Toutes médailles a deux côtés. Mais nous avons aussi nos raisons d’avoir intitulé notre album marquant notre 10ième anniversaire ‘’Looking back in Anger’’.

Tout autour de 'ramp est sombre, a un côté noir. Est-ce que cette noirceur, pas seulement en musique mais dans tout son sens, a une influence sur la vision de la vie pour 'ramp?

: Ramp :La musique est un aspect de nos vies, donc on ne peut nier ce fait, non? Mais nous n’avons pas une vision négative et obscure de la vie. C’est juste que lorsque vient le temps de créer et d’imaginer, nous nous sentons plus près du corbeau que de la colombe.

Ceasing to Exist est un titre étrange pour un 7ième opus. Y a-t-il une signification? Est-ce le dernier album de 'ramp?

: Ramp :C’est à espérer que non! Il ne faut pas prendre le titre au pied de la lettre. Stephen est arrivé avec ce titre sans raisons particulières et nous avons trouvé qu’il allait fort bien avec l’esprit de l’album. Pensons à un état d’esprit comateux. Qu’arrive-t-il si on devient conscient lors de cette étape? Ne pas être mort, ni vivant. On peut sentir la peur froide ou l’évanouissement…cesser d’exister.

Où avez-vous rencontrez Markus Reuter? Comment s’est effectuée l’approche?

: Ramp :La collaboration fut toujours un point important derrière le concept 'ramp. Jens Peschke et Lambert Ringlage ont collaboré sur Frozen Radios, notre 2ième album. Nous discutions pour d’autres noms, pour le prochain album et Stephen a pensé à Markus. Nous connaissions son travail avec Ian Boddy et avons décidé de le contacter. Nous l’avons rencontré au Festival d’Alfa Centauri en 2000, où nous lui avons présenté cet album pour une 1ière fois.

Et les étincelles ont allumées entre vous 3?

: Ramp :Eh bien, nous avons eu de bons échanges et il était intéressé. Malheureusement, il n’avait aucune disponibilité. Donc nous avons décidé de faire une expérience et d’échanger les structures des titres, comme base de collaboration. ¨ca fonctionné assez bien.

J’ai l’impression qu’il s’agit bien plus d’un album de Markus Reuter que de 'ramp. C’est plus doux, toujours sombre mais plus léger. En fait, c’est l’un des albums les plus doux de 'ramp, ne trouvez-vous pas?

: Ramp :Comparé à nos autres opus, il est plus fragile, mystérieux et moins direct. Mais c’est sans surprise qu’artiste aussi talentueux que Markus laisse ses empreintes. Ça serait une honte, dans le cas contraire. L’autre raison qui explique la sonorité différente est la façon que l’album fut construit. Nous n’avons jamais été réellement avec Markus tout au long du processus.

Comment travaillez-vous? Je vous dire qui part avec l’idée, l’écriture? Prenons Ceasing to Exist par exemple.

: Ramp :Habituellement, nous travaillons nos idées de bases chacun de notre côté et nous les partageons lors d’une session ou d’une répétition. Ensuite les résultats, que se soit en session d’enregistrements ou en concerts, font leurs chemins jusqu’à la production finale. En ce qui a trait à Ceasing to Exist, Markus nous a envoyé un cd-r avec du matériel pour cet album. Stephen et moi l’avons fait jouer, lors d’une session, pour simuler la présence de Markus, tout en y apportant nos idées. Nous avons retourné ses prises à Markus et vice versa. Le résultat final résulte en une vraie collaboration, même si personne ne peut indiquer la teneur du matériel.

Une autre collaboration en vue?

: Ramp :Pas à propos de 'ramp. Je travaille sur mon projet solo, mais Stephen a joué avec Phelios, un artiste Allemand de grande réputation qui fait de la musique ambiante très obscure. Il se pourrait qu’il retravaille avec Mark Shreeve.

Comment aimez-vous la progression de 'ramp?

: Ramp : 'ramp est toujours en évolution, nous aimons cet aspect. Ça fait un bon bout de chemin depuis le Berlin School au royaume de l’obscurité comme notre style actuel. Le futur est incertain, mais il sera différent d’aujourd’hui. De cela, on peut en être certain.

Y-a-t’il une chance de voir réapparaître vos 2 premiers opus; Nodular et Frozen Radios?

: Ramp :Non. Pas de la façon dont ils ont été réalisés. Il n’y a rien de planifier, mais on ne peut dire jamais. Peut-être qu’un jour nous les reproduirons, mais ça sera dans un nouveau contexte.

Et un autre album en 2007? Aucun concert ou festival en vue?

: Ramp :Il n’y a rien de vraiment planifié, donc nous allons nous concentrer sur nos projets en solo pour les prochains mois. Mais c’est certain que Ceasing to Exist…ne sera pas le dernier signe de vie pour 'ramp. Il n’y a pas de concert prévu non plus, mais ça peut changer assez vite.

Frank Makowski, un gros merci de la part des lecteurs de Guts Of Darkness.

: Ramp :Merci pour les questions, c’était un plaisir. Les meilleurs souhaits de l’Allemagne à GOD et ses lecteurs.

DISCOGRAPHIE DE RAMP

Nodular 1998 Frozen radios 2000

Doombient 1: Verbrannte Erde 2002

Oughtibridge 2005

Doombient Two A Declaration of War 2006

Looking Back 2006

Ceasing to Exist 2007

SITE WEB

http://www.doombient.com/start.htm

Mots clés : Ramp,[\'ramp], Berlin School, Frozen Radios, Slow Deaths, Ceasing to Exist et Markus Reuter

Dernière mise à jour du document : jeudi 26 avril 2007

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre