Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOxbow › Fuckfest / King of the jews

Oxbow › Fuckfest / King of the jews

  • 1999 • CFY 2 CD

13 titres - 97:03 min

  • 1/ Curse
  • 2/ 30 miles
  • 3/ The valley
  • 4/ Blue's eyes
  • 5/ Yoke
  • 6/ Hunger
  • 7/ Daughters
  • 8/ Bomb
  • 9/ Angel
  • 10/ Cat and mouse
  • 11/ Burn
  • 12/ Woe
  • 13/ Pannonica

line up

Dan Adams (basse), Greg Davis (batterie), Eugene Robinson (voix), Niko Wenner (guitares)

remarques

On retrouve le dernier titre sur le split avec White Tornado

chronique

Styles
hardcore
rock
blues
Styles personnels
noise

On a vite fait de se faire avoir par les premières minutes de "Curse", des percussions africaines qui n'augurent en rien la teneur de cette réédition en 2 CD des deux premiers albums introuvables d'Oxbow. Car c'est bel et bien un déluge de guitares noisy limite hardcore et de batterie claquante qui nous arrive en pleine gueule… puis la voix de Eugène Robinson, l'attraction, la rencontre improbable entre Henry Rollins et Alan Dubin (Khanate), des cris déchirants et maladifs, à s'arracher les cheveux d'hystérie. Black Flag, dont Oxbow semble s'inspirer directement, couplé à des délires noise Sonic Youthien, sur ce premier titre du feu de dieu. Etrangement, "30 miles" lui ferait plus penser à du Stone Temple Pilots schizophrénique souillé par les démons du sexe, qu'au trip assommant de "Bull's eye", dont la lourdeur, visiblement hérité des Swans, plombe une ombre hardcore rêche et acide. N'oublions pas la ballade folk de rigueur (sic), le trip psychédélique de 10 min, frôlant le drone sous acide, et "Yoke", l'un des sommets d'Oxbow toute période confondue, un blues mortifère d'une lenteur vertigineuse, ses larsens de guitares mélodiques et la voix dégénérée d'Eugène, en gourou vicelard en pleine crise catatonique. Ca te plombe la gueule et t'en verrais presque des petites étoiles devant les yeux. Ce n'est rien, juste Fuckfest, le premier EP du groupe, relativement décousu certes, mais jouissant déjà du charisme vocal d'Eugène et de sa personnalité noisy blues qui ne fera que s'amplifier sur les prochains disques. Ce que ne confirme pas du tout le premier titre de "King of the Jews", une sorte de trip complètement barré à base de chœurs indiens et de claquements de mains, sur un rythme dansant et guitares grunge sur lesquels Eugène hurle comme un vrai malade. On se demande d'ailleurs ce que fout ce titre sur un album d'Oxbow, complètement hors sujet mais simplement délirant et fun jusqu'à la moelle… ouais, fun et Oxbow, bizarre… bref, retour en territoire désormais familier avec un blues folk en guitare sèche, avec violons dissonants et un Eugène psalmodiant quelques ritournelles suicidaires dans une atmosphère acre et diabolique. On voit poindre plus tard un piano lui aussi complètement hors sujet lors d'un débarras de guitare/basse noyé sous la voix lascive et simulatrice du coït de Lydia Lunch et les slides en bottleneck. Puis à nouveau des chœurs puissants limite vaudou, des coups de massue de batterie, du violon, de la noise de guitare, un titre en forme de gloubiboulga rock déstructuré, distordu jusqu'à la moelle avec cette basse répétitive qui ne sert à rien sauf à nous coller la tête contre les enceintes. Et voilà, le roi des juifs… hum… Il n'y a pas à dire, c'est dur de parler des deux premiers Oxbow sans en faire une chronique aussi déstructurée et sans rapport que la musique l'est. Un gros mélange d'influences bien digérées qui donnent un résultat vraiment singulier mais trop épars pour qu'on puisse parler d'une réelle unité. Peu importe, le "style" Oxbow est déjà là, dont on aperçoit les pieds qui dépassent de sous la couette. Pas franchement indispensable, juste un carnet intime d'un adolescent en passe de devenir adulte.

note       Publiée le vendredi 22 septembre 2006

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fuckfest / King of the jews".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fuckfest / King of the jews".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fuckfest / King of the jews".

taliesin › jeudi 13 février 2020 - 13:27  message privé !

Ce qu'ils ont fait de meilleur pour moi... Je détiens l'affaire sous la forme d'une anthologie intitulée 'The Balls In The Great Meat Grinder Collection'.

Note donnée au disque :       
Eliphas › mercredi 24 juin 2015 - 20:23  message privé !

Ils sont bien ancrés dans leurs époques du coup ça marche peut-être mieux avec l'effet nostalgie...

Note donnée au disque :       
schockraum › vendredi 22 septembre 2006 - 20:17  message privé !
...mais Cat and Mouse et son énorme riff final... RRr
Note donnée au disque :       
schockraum › vendredi 22 septembre 2006 - 20:10  message privé !
celui-ci assome vraiment, indigeste même... du moins King of the jews, connais pas Fuckfest.
Note donnée au disque :