Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOxbow › Serenade in red

Oxbow › Serenade in red

cd | 10 titres | 58:03 min

  • 1 Over
  • 2 Lucky
  • 3 The last good time
  • 4 O'clock
  • 5 La luna
  • 6 Baby doll
  • 7 The killer
  • 8 Untitled
  • 9 Untitled
  • 10 Insylum

line up

Dan Adams (basse), Greg Davis (batterie), Eugene Robinson (voix), Niko Wenner (guitares)

Musiciens additionnels : Marianne Faithfull (chant)

chronique

Styles
blues
hardcore
rock
Styles personnels
noise

Réédité lui aussi chez Ruminance, "Serenade in red" est sans aucun doute l'album charnière d'Oxbow, celui qui le range définitivement au rayon des maitres de l'underground rock/noise/hardcore, comme vous voulez – peu importe l'étiquette, le résultat est le même. En se mettant Steve Albini dans la poche (décidément dans tout les bons coups), Oxbow mettait déjà quelques points de son côté. Et si la production des précédents albums pouvait laisser à désirer (sans pour autant être mauvaise), là, elle permet aux musiciens de laisser libre cours à leur inspiration sans aucune retenue et dans la plus totale transparence. En effet, la guitare est parfaitement audible dans ses accords bluesy et autres descente en bottleneck, alors que la basse devient ENFIN audible, lourde et groovy à la fois; la batterie elle, claque comme un coup de fouet. A partir de là, nos trois amis déroulent le tapis rouge à Eugène, qui s'en donne à cœur joie: il hurle comme un possédé, parle comme un damné, se contorsionne dans tout les sens comme un psychosé, de sa voix si caractéristique et maladive. Tantôt bluesy, sombre et tellurique (le final de "Lucky" qu'on jurerait sorti d'un album de Neurosis), tantôt lancinant tout en retenue et en progression (ici et là, du piano/saxo dissonant, très discret), ou alors carrément dans une cavalcade rock hardcore type Shellac qui a bouffé du lion, Oxbow n'évoque que la colère d'un homme frustré déversant ses hectolitres de haine et de sperme au visage de ses pauvres auditeurs. L'univers est sombre et dégénéré, c'est certain, avec cet espoir qui luit dans les yeux de la victime d'un viol croyant qu'elle va y survivre. A ce titre, en bonus de la réédition, "Insylum", une reprise géniale du non moins génial Willie Dixon - et Koko Taylor - ("Insane Asylum"), qui voit Marianne Faithfull en guest, pour un sommet de blues asilaire et sanglant. Oh je vous rassure, rien à voir avec le blues du stoner ou du sludge, non, le blues ici, est VRAIMENT malade, il pue la mort des kilomètres à la ronde. Un orgue discret, les hurlements d'Eugène qui semble pleurer de douleur, une basse/batterie assurant le rythme, une guitare faisant quelques cabrioles tandis que Faithfull conte une histoire d'amour glauquissime, et qui prend la place de l'homme et Eugène celui de la femme, pour un résultat encore plus dérangeant et lyrique (il faut l'entendre la Faithfull susurrer des "save me" lascifs et désespéré, et Eugène lui emboiter le pas avec ses "save me" hurlé douloureux et torturé). Un sommet ultime et incomparable d'un disque lui-même ultime et incomparable. Oxbow joue dans son propre style et t'invite en voyage vers les profondeurs de l'âme humaine dans tout ce qu'elle a de plus incestueux. Ne refuse pas.

note       Publiée le vendredi 22 septembre 2006

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

partagez 'Serenade in red' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Serenade in red"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Serenade in red".

ajoutez une note sur : "Serenade in red"

Note moyenne :        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Serenade in red".

ajoutez un commentaire sur : "Serenade in red"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Serenade in red".

Batwings › mardi 31 décembre 2013 - 03:09  message privé !

Eugène ! AAAAh ! Il donne envie de se sortir les tripes, de gueuler, de jeter, de chialer, comme des pulsions, des trucs qui en foutent partout. Puis qui chhhh... Qui calment. Presque.. apaisant.
(deux/trois albums ce soir, je suis vidée)
En bref, Eugène, un personnage "fort sympathique" - Micro dans le slibard ou non.

(et une chouette pochette, ça ne se refuse pas)

Note donnée au disque :       
Ignus › vendredi 2 décembre 2011 - 17:21  message privé !

http://youtu.be/3X-BlEhFn1w, j'm'en lasse pas...

Dorian Grey › samedi 4 juin 2011 - 01:27  message privé !

Ouais en effet. Je viens tout juste de les voir, et ben grosse baffe dans la gueule. Le genre de concert qui marque bien.

saïmone › dimanche 29 mai 2011 - 13:21  message privé !
avatar

Un concert d'Oxbow, c'est comme Oncle Ben's, c'est toujours un succès

Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 10 août 2010 - 02:07  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

(Ah bordel, Insylum... En v'là, une façon de prendre congé ! Ce truc me secoue vraiment, à chaque fois, me choppe et me tord le bide, m'essore par surprise).

Note donnée au disque :