Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOxbow › An evil heat

Oxbow › An evil heat

9 titres - 75:38 min

  • 1/ The snake & ...
  • 2/ ... the stick
  • 3/ S bar x
  • 4/ Stallkicker
  • 5/ Sweetheart
  • 6/ Sawmill
  • 7/ Skin
  • 8/ Sorry
  • 9/ Shine (glimmer)

enregistrement

Aucune information indiquée sur la version promo qui m'a été envoyée.

line up

Dan Adams (basse), Greg Davis (batterie), Eugene Robinson (voix), Niko Wenner (guitares)

Musiciens additionnels : Jarboe

remarques

chronique

Styles
hardcore
rock
Styles personnels
déjanté

Contrairement à ce que leur nom et leur origine géographique pourraient laisser penser, les californiens d'Oxbow n'ont rien d'un groupe de surfeurs insouciants ! On découvrira au contraire, un groupe tortueux et dérangeant qui ne fait aucune concession à la facilité. Dès l'ouverture du premier titre, l'auditeur est placé sous le feu d'une violente série de plaintes lancinantes et de cris, que dis-je de hurlements, pendant environ deux minutes. On comprend alors pourquoi l'album s'appelle "An evil heat". Quand les guitares apparaissent enfin, on pénètre définitivement dans le cauchemar musical d'Oxbow pour 9 titres (curiosité : ils commencent tous par la lettre "S") et 75 minutes de furie agrémentée des gémissements de Eugène Robinson, ces derniers se transformant par moment en véritables glapissements de désespoir et/ou d'impuissance. Fidèle à la philosophie de leur label Neurot recordings, la musique du groupe est anti-conventionnelle au possible, sauvage et surprenante. Destructurée mais sans devenir incohérente, bien au contraire. Elle nécessite comme toutes les expérimentations une phase d'adaptation de la part de l'auditeur avant de livrer une partie de ses secrets. Une sensation d'urgence et de rage inassouvie filtre à chaque instant comme si le groupe n'avait eu droit qu'à une seule prise pour enregistrer son (déjà) cinquième album. Étrange et déconcertant, le rock brut des américains laisse une place non négligeable aux ambiances dont le meilleur exemple est "Shine", le dernier morceau entièrement instrumental de l'album, qui nous offre plus d'une demi heure d'atmosphères saturées et jouissives. Une très bonne surprise sur laquelle on retrouvera même quelques invités de marque comme Jarboe des Swans et Marianne Faithfull.

note       Publiée le lundi 13 mai 2002

Dans le même esprit, Chris vous recommande...

chronique

Styles
blues
hardcore
rock
Styles personnels
noise démoniaque et sexuel

La signature d'Oxbow sur Neurot pourra peut être leur ouvrir les portes du succès… ou tout du moins vers un public plus large et apte à se soumettre à l'univers oppressant du groupe, qui trouve ici son écho chez un Neurosis ou même un Khanate – groupes qu'il a indéniablement influencé à mort. "An evil heat" est un album jusqu'au boutiste. Reprenant une bonne partie des éléments du génial "Serenade in red", il les pousse au maximum pour faire gicler le sang sur la table d'opération. Malsain et flippant à la fois, les titres s'enchainent dans une cohérence qui rappelle celui des serial-killer, froid juste avant d'opérer, et passionné voir possédé durant l'acte. Oxbow est un viol collectif auditif, il te met face à toi-même et face à tes propres angoisses, il pousse jusqu'au fond en t'assommant de ce blues dissonant et maléfique. Car c'est bel et bien le diable qui possède monsieur Robinson: sa voix est inhumaine, au-delà du concevable, elle se déchire "dans une violence si dense que la nuit s'est tue pendant 30 jours". Ses hurlements inhospitaliers et ses scansions de poètes dérangés entrent en symbiose avec cette guitare qui change de visage tout en gardant le regard du tueur: elle se déverse en arpège bluesy, en harmoniques expiatoires ou en accords lourds dans une semi-apocalypse rythmique post-hardcore. C'est lent, ça te donne le temps de torturer ta victime, et ça te permet de sentir cette basse lourde comme une hache qui s'enfonce dans ton dos. "An evil heat"… oui, le disque du diable, évidemment, la musique du diable: le blues… mais version 2002, avec ses ruelles bétonnées, ses tueurs en séries, ses putes dégueulasses sidaïques, l'héroïne, ses mass-médias propagandistes et ses prêtres avoués pédophiles. De quoi te donner la rage. A la fois puissant et pesant, accablé par la culpabilité: un modèle symbolisé par le dernier titre de 30 min, complainte d'un malade mental pervers dégénéré sur fond de larsens / drones interminables et d'une batterie incantatoire qui se contente de marquer un rythme, tandis qu'Eugène frôle l'incident cérébral. Simplement fou. Chris demandais pourquoi les titres commencent tous par un "S"… c'est simple: "S for suck and sex". Pas étonnant que Jarboe vienne y apposer son organe sensuel à la salive acide et à la peau dure. Ultime.

note       Publiée le vendredi 22 septembre 2006

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "An evil heat".

notes

Note moyenne        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "An evil heat".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "An evil heat".

Raven › mercredi 10 janvier 2018 - 15:04  message privé !
avatar

Ouais pareil. Et suivront probablement Serenade et Narcotic.

Note donnée au disque :       
cyberghost › mercredi 10 janvier 2018 - 15:02  message privé !

Raclures !
Me le suis ressorti du coup

Raven › mercredi 10 janvier 2018 - 13:58  message privé !
avatar

Shine (glimmer) c'est la cerise qu'est plus grosse que le gâteau !

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 10 janvier 2018 - 11:14  message privé !
avatar

j'aime bien cet album, j'y retourne aussi, mais je sais que j'aime bien. Et c'est pas de la menthe à l'eau !

Note donnée au disque :       
yog sothoth › mercredi 10 janvier 2018 - 11:02  message privé !
avatar

Je pigerai jamais, ça me fait durablement l'effet inverse (celui du truc que tu ressors tous les 3 ans pour voir si t'as pas raté qq chose, et que t'as envie de jeter par la fenêtre au bout de 2 titres... finalement, je le fais pas parce qu'il y a une école à coté, du coup ça retourne au placard des choses les moins avouables de ma discothèque, entre Mass hysteria, Java et Iron maiden.) (nb - j'aime bien Java)