Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWThe Wolfgang Press › The burden of mules

The Wolfgang Press › The burden of mules

  • 2005 - 4AD, CAD 308CD (1 cd)

cd | 9 titres

  • 1 Lisa (the passion)
  • 2 Prostitue I
  • 3 The burden of mules
  • 4 Complete and utter
  • 5 Prostitute II
  • 6 Slow as a child
  • 7 Journalists
  • 8 Give it back
  • 9 On the hill

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

mai 1982-juin 1983

line up

Michael Allen (chant, basse, piano, saxophone, cymbales, percussions, synthé, bruits, programmation), Mark Cox (synthé, clarinette, percussions, xylophone, cloches, bruits)

Musiciens additionnels : Richard Thomas (batterie, flûte, piano), Andrew Gray (batterie, guitare), David Steiner (batterie)

chronique

Bien qu'ayant servi près de douze ans au sein de l'écurie 4AD, The Wolfgang Press reste une entité opaque, l'un de ces projets créatifs mais en marge dont les courants musicaux n'ont jamais vraiment su que faire. J'ai moi-même été longuement réticent face à ce duo (devenu trio en cours de route) qui, d'une intensité post punk noire, eut la mauvaise idée de se tourner vers une pop destinée aux dancefloors ('Funky little demons') mais je ne pouvais décemment pas faire l'impasse sur leur premier essai, le déroutant 'Burden of mules'. Michael Allen et Mark Cox ont débuté leur carrière dans un projet éphémère du nom de Rema Rema au sein duquel officiait également un certain Marco Pirroni (futur Adam and the Ants) puis dans un second du nom de Mass (un album est disponible) avant de créer The Wolfgang Press. 'Burden of Mules' est un enregistrement atypique à rapprocher dans sa démarche de certains essais des Virgin Prunes, voir même de Cabaret Voltaire (l'aspect électronique en moins)...Première constatation, le groupe privilégie les constructions répétitives et les arrangements dépouillés quel que soit l'angle d'attaque car il y en a plusieurs. Une collection de pièces se distingue en effet par le travail des percussions, roulant et tribal, lesquelles s'avèrent les plus sombres et les tendues du disque, souvent axée uniquement sur le chant et la rythmique, très peu d'éléments externes étant ajoutés (quelques lignes de clavier, quelques bruits): l'instrumentale introduction 'Lisa (the passion'), 'Burden of Mules', 'Journalists', 'Complete and utter'. A leur côté, une ou deux chansons plus froides comme les deux parties de 'Prostitute' qui s'articulent sur une boîte sèche et binaire, une basse très en avant au mixage, le tout enrobé de notes éparses de piano, d'éclairs grinçants de saxophone et de quelques touches de clavier, le chant récitant plus qu'il ne chante (je pense vaguement à Dalis Car). Pour finir viennent les parties les plus expérimentales (hélas, les plus longues) telles que 'Slow as a child' qui m'évoque fortement Virgin Prunes mais en moins réussi. 'Slow as a child' justement, imaginez l'ambiance d'un dimanche brumeux enfermée dans un grenier éclairé par une unique lucarne...Trois accords lents, une voix féminine comme extraite d'une émission TV récitant d'un ton docte, avec quelques bruitages aquatiques en arrière-fond...Puis la voix se tait, s'impose une impression de faux silence gêné avant que la batterie ne se mette en place à moins de deux minutes de la fin, accompagnée de choeurs, sans modifier particulièrement cette impression étouffante de solitude glacée. Belle pièce. Je suis moins emballé par 'Give it back' qui sonne plutôt brouillon et dont je peine à saisir la portée. Les différentes parties cohabitent comme les pièces de différents puzzles sans vraiment s'accorder et j'ai parfois l'impression que le bassiste s'exerce à faire ses gammes tandis que son pote récite des textes de son côté. 'On the hill' renoue avec la grisaille dominicale exprimée par un piano glacé double de percussions tribales, avant un changement de rythmique et l'apparition de la voix qui paraît évoluer dans la pièce à sa guise comme un fantôme, avant que le tout ne se taise pour laisser le mot de la fin aux quelques notes de piano qui s'égouttent comme quelque restes de pluie glacée. Le pouvoir évocateur de cette composition est fort mais vu le manque de variation, je ne puis réprimer un bâillement d'ennui vu sa longueur. Un disque original, atypique comme beaucoup de son époque, peut-être le meilleur de la discographie de Wolfgang Press mais qui n'a pas su me séduire autant qu'un 'Hérésie' par exemple car moins extrême et moins intense sans doute.

note       Publiée le mercredi 16 janvier 2013

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'The burden of mules' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The burden of mules"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The burden of mules".

ajoutez une note sur : "The burden of mules"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The burden of mules".

ajoutez un commentaire sur : "The burden of mules"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The burden of mules".

22goingon23 › mardi 22 janvier 2013 - 10:24  message privé !

un son captivant et lourd, très proche de l'ambiance tribale, primitive et déshumanisée de Flowers of Romance de PiL.

Note donnée au disque :       
Twilight › samedi 19 janvier 2013 - 16:52  message privé !
avatar

Pas mal en effet, ce 'Standing up straight', moins sombre mais interessant. Peut-être un achat dans le futur...

Twilight › jeudi 17 janvier 2013 - 18:21  message privé !
avatar

Pas bête, la comparaison avec PIL, je n'y avais pas pensé. Merci du tuyau, je vais jeter une oreille, je ne crois pas le connaître...

novy_9 › jeudi 17 janvier 2013 - 11:58  message privé !

album genial et inclassable effectivement, je l'ai trouvé en lp dans une brocante à 2e il y a quelques mois, avec 2 maxi, mais j'accroche beaucoup moins ce qui vient après ce lp, trop funky ... ce "The burden of mules" est quelque part entre la new wave et l'expérimentation à la Tuxedomoon, très noir quand même !!

Note donnée au disque :       
Scissor Man › jeudi 17 janvier 2013 - 11:41  message privé !

Super content de découvrir enfin ce groupe chroniqué. Ça m'évoque davantage Pil que Virgin Prunes. Twilight, tu devrais te pencher sur "Standing Up Straight"… Il surpasse tous les albums à mon avis.

Note donnée au disque :