Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOxbow › The narcotic story

Oxbow › The narcotic story

9 titres - 45:35 min

  • 1. Mr. Johnson
  • 2. Geometry of Business
  • 3. Time, Gentlemen, Time
  • 4. Down a Stair Backward
  • 5. She's a Find
  • 6. Frankly Frank
  • 7. Winner Every Time
  • 8. Frank's Frolic
  • 9. It's the Giving, Not the Taking

line up

Dan Adams (bass), Greg Davis (drums), Eugene Robinson (voice), Niko Wenner (guitar/organ)

chronique

Styles
blues
rock
Styles personnels
noise blues intense

Cette chronique sera laborieuse. J'ai déjà tout dit sur Oxbow, j'ai fait c'que j'ai pu. J'ai essayé de vous convaincre d'écouter, certains ont tenté et n'en sont toujours pas revenu, d'autres, qui se rasent certainement les couilles en regardant les érotiques de M6, restent de marbres sans explication possible. On peut pas comprendre Oxbow si on n'a jamais souffert de femmes. J'ai essayé, pourtant, de retranscrire la voix d'Eugène, de dire qu'elle était folle, possédée, authentique et unique. J'ai pensé à faire de la métaphore, de l'emphase, des phrases longues et pompeuses, j'ai cherché pourtant. Mais non; il y a un point où la force du réel échappe à toute symbolisation. Oxbow ne se saisit que lors du moment de l'écoute: on pourra toujours en parler, on ne fera qu'efflorer la sensation, le sentiment. C'est comme parler de cul en somme: on a beau essayer de décrire un orgasme à une femme frigide, jamais elle ne pourra s'imaginer la beauté et l'absolution totale d'un abandon corporel. Oxbow, c'est ça ouais, un orgasme (je l'ai faite finalement, la métaphore). « The narcotic story », ce serait un peu l'expérience de la masturbation: seul avec sa bite, absorbé par l'arrivée avec une garantie de réussite qui avoisine les 100%. « The narcotic story » est de ce qu'on appelle un classique instantané: on reste en famille, on sait où on va, on connait le résultat, foutre ça va être bon, peu de surprise (à moins que). C'est moins compliqué et risqué que de se chercher une partenaire, la branlette. Mais son plaisir est immédiat; c'est efficace et on ne s'en lasse jamais. Autant vous prévenir de suite, ça va groover, méchamment. Pas, ou peu de fioritures, concis et précis, sans déborder, sans s'égarer comme sur les précédents, et donc forcément moins glauque mais nettement plus hypophysaire. Et après la giclette, les membres ramollis, allongé sur son lit, une clope. Pas mal de cordes sur l'album, du piano, c'est assez mélancolique – l'âge, la peur de ne plus bander ? Le regret de ses amours de jeunesse ? On se dit qu’on n’aurait pas dû coucher avec cette nana. On le savait déjà avant, en fait. Mais on n'y résiste pas. Et quand elle s'en va, on se retrouve seul avec sa bite, encore une fois, les yeux flous dans le vague à regarder les gens passer à travers la fenêtre sous la pluie. Alors on écoute le dernier Oxbow, « She's a find », et ses relents d'une tristesse post-coïtale. Disque de l'année.

note       Publiée le vendredi 29 juin 2007

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

partagez 'The narcotic story' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The narcotic story"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The narcotic story".

ajoutez une note sur : "The narcotic story"

Note moyenne :        32 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The narcotic story".

ajoutez un commentaire sur : "The narcotic story"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The narcotic story".

boumbastik › samedi 3 juin 2017 - 19:06  message privé !

C'est l'impression que j'en ai eu aussi.

Aladdin_Sane › samedi 3 juin 2017 - 15:41  message privé !

Il est très bien le nouvel album, ça me donne envie d'aller les voir en concert.

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 9 mai 2017 - 13:47  message privé !
avatar

Avant de chroniquer le dernier, suite des aventures pécuniaires et leur stratégie de l'ambition : maintenant on brade les prix des bouquins parce que tout le monde s'en fout. Curieux de savoir si les trucs en or ont trouvé acquéreurs...

Note donnée au disque :       
Damodafoca › samedi 29 avril 2017 - 11:51  message privé !

Le rigoletto, en l'occurrence.

varg › vendredi 28 avril 2017 - 19:13  message privé !

fallait surtout voir eugene en slip un dimanche aprèm au parc de la villette au mileu de gamins et de mères de famille, là on est au delà du râpeux. Spéciale dédicace aux fanboys qui ont assisté au set "comme à la maison" dans la cave d'un bouiboui obscure du 19e. sweat & glory baby

Note donnée au disque :