Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAMarc Almond › Absinthe, the French album

Marc Almond › Absinthe, the French album

cd • 12 titres

  • 1Undress me (déshabillez-moi)
  • 2Abel and Cain (Cain et Abel)
  • 3Lost paradise (le paradis perdu)
  • 4Secret child (l'enfant secret)
  • 5Rue des Blancs-Manteaux
  • 6The slave (l'esclave)
  • 7Remorse of the dead (remords posthumes)
  • 8Incestuous love (amours incestueux)
  • 9A man (un homme)
  • 10My little lovers (mes petites amoureuses)
  • 11In your bed ( dans ton lit)
  • 12Yesterday when I was young

enregistrement

enregistré entre 1986 et 1990

line up

Marc Almond (chant), Jean De Aguiar (guitare, programmation), Annie Hogan (piano), Martin Mccarrick (violoncelle, accordéon), Martin Watkins, Steve Humphries (batterie, percussions), Bill Magee (basse), Jacques Quezin, Ginny Ball (violon), Guy Carpenter (accordéon), Enrico Tarasso (trompette), Joel Mahaut (cuivres)

remarques

chronique

Styles
gothique
pop
Styles personnels
cabaret décadent / chanson / pop dandy

J'ai un énorme respect et une profonde admiration pour Marc Almond ; diva cabaret, icône gay torturée, dandy voyou à la Jean Genet, batcave pop, rocker kitsch... il est tout cela à la fois et sait glisser entre les genres avec une aisance déconcertante, entre reprises de Jacques Brel et travaux avec Foetus ou Coil, sans oublier la pop décadente... 'Absinthe, the french album' est pour Marc un album important, lui qui a toujours beaucoup aimé la chanson cabaret française, de Juliette Gréco à Aznavour, Léo Ferré à Édith Piaf, il trouve enfin l'occasion de leur rendre hommage, et quel hommage ! Pourtant, le pari n'était pas gagné d'avance pour un Britannique; lorsque l'on connaît la spécificité de la langue française, sans vouloir jouer les puristes, n'y avait-il pas risque de dénaturer l'esprit de l'œuvre en la traduisant ? C'était sans compter la proximité spirituelle qui lie Marc aux artistes ici repris. Il est, à mon avis, de par sa personnalité, l'un des rares artistes à avoir capté l'esprit qui émanait de leurs chansons, ce qui lui permet non seulement de reprendre mais également de s'approprier et de personnaliser. Au final, 'Absinthe' se présente comme un merveilleux album de cabaret décadent fleurant bon les ambiances de guinguette, la fumée des cigares, le champagne, les lumières crues. Marc s'y fait tour à tour démon décadent sur 'Cain and Abel' et son piano cabaret, 'My little lovers et son mélange d'accordéon sulfureux et de violons slaves, crooner poignant sur 'Lost paradise' ou 'The salve', provocateur sensuel sur 'Undress me', dandy passionné sur 'A man'. C'est une atmosphère que je qualifierais de littéraire que l'on retrouve entre le piano, les accordéons, les cuivres fous, les violons tristes et le timbre si particulier de Marc, tout à tour tragique et grave ('Rue des Blanc-mentaux'), sensuel et feulant ('Undress me'), haut perché ('My little lovers'), mais toujours terriblement juste. On sent qu'il est parfaitement dans son élément sur une scène cabaret, ce qui fait de ce disque une œuvre profonde et sincère, emplie de passion, de tristesse, de folie et de tragédie. 'Garçon, encore une absinthe ! Je vais remettre ça une fois encore'.

note       Publiée le vendredi 4 mars 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Absinthe, the French album".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Absinthe, the French album".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Absinthe, the French album".

cimetiere › samedi 13 octobre 2007 - 13:35  message privé !
J'adore cet album. Je ne m'attendais pas vraiment à ça et j'ai été trés surpris, en bien ! L'album nous plonge vraiment dans un cadre paticulier, peut être anachronique. Des titres comme " Undress me " ou " Lot Paradise " justifient à eux seuls l'achat de cet album. Sublime !
Note donnée au disque :       
Slugbait › dimanche 31 juillet 2005 - 03:52  message privé !
Ben en fait j'en ai souvent vu plusieurs, mais jamais ceux édités chez Some Bizarre... Et comme j'ai cru comprendre qu'ils avaient eu quelques problemes avec des artistes de l'époque, je me demandais ce qu'il en était
Twilight › dimanche 31 juillet 2005 - 01:55  message privé !
avatar
Hé bien, normalement chez tout bon disquaire...je ne crois pas que trouver du Marc Alomnd soit si difficile, ou bien si ? C'est le pourquoi de ta question ?
Slugbait › samedi 30 juillet 2005 - 19:06  message privé !
Twilight, ne saurais tu pas ou je pourrais trouver ces 4 albums de Marc Almond que tu as chroniqué ? (enchanted, mother fist, absinthe et jacques) J'aime beaucoup le peu que je connais du personnage, et ces chroniques me tentent vraiment...
Slugbait › samedi 18 juin 2005 - 03:21  message privé !
j'adore ce type. faut que je trouve cet album