Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoil › Horse Rotor Vator

Coil › Horse Rotor Vator

cd • 12 titres

  • 1The anal staircase
  • 2Slur
  • 3Babylero
  • 4Ostia (the death of Pasolini)
  • 5Herald
  • 6Penetralia
  • 7Circles of mania
  • 8Blood from the air
  • 9Who by fire
  • 10The golden section
  • 11The first five minutes after death
  • 12Ravenous

enregistrement

Sam Therapy, Paradise, Guerilla, Livingston, Londres, Angleterre,

line up

John Balance (chant, musique), Peter Christopherson (musique), Stephen E.Thrower (musique), Clint Ruin (arrangements de basse), Billy Mc Gee (arrangement des cordes)

Musiciens additionnels : Marc Almond, J. G. Thirlwell

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
indus /ambient/ dark psychédélique

Après le très réussi ‘Scatology’, Coil nous livre sa seconde réussite, le superbe ‘Horse Rotor Vator’. Au risque de me répéter, il n’est pas aisé à présenter de par la diversité de ses structures et la richesse de ses climats. Poursuivant dans la lignée de son prédécesseur, je le qualifierais tout de même de plus expérimental. Le groupe marie à merveille une approche mélodique avec un sens de l’expérimentation, notamment au niveau des sons, assez poussée; samples néo-symphoniques (à la Stravinsky), ethniques, se mêlent à une noirceur toute industrielle et des structures parfois presque new wave. Le très beau ‘Ostia’ se présente par ailleurs comme une pièce pour cordes particulièrement émouvante au parfum dark folk tandis que ‘Herald ‘est une fanfare et ‘Penetralia’ un étrange mélange de Skinny Puppy avec des riffs de guitares et une touche de psychédélisme. Il vous en faut davantage ? ‘Golden section’ est une marche lourde et martiale à souhait avec narration sur le thème de Eros et Thanatos et ‘Blood from the air’ un mélange de Foetus et de Psychic TV avec des pointes jazzy. Signalons encore une repris de ‘Who by fire’ de Léonard Cohen, planante et étrange à souhait (je songe parfois aux Legendary Pink dots, autres grands allumés devant l’Eternel). Déconcertant, bizarre, dérangeant, glauque, fou, l’univers de Coil n’est pas aisé à présenter. Véritable sculpture musicale, il réfute les étiquettes simplistes et semble n’obéir qu’à sa propre logique. Plusieurs ébauches de sons et des structures seront reprises par la suite et travaillées de manière plus expérimentale sur l’album suivant ‘Gold is the metal’. ‘Horse Rotor Vator’, au même titre que ‘Scatology’, fait partie des indispensables de la discographie du groupe.

note       Publiée le dimanche 27 avril 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Horse Rotor Vator".

notes

Note moyenne        43 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Horse Rotor Vator".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Horse Rotor Vator".

zugal21 › dimanche 23 février 2020 - 10:14  message privé !

" Death is my friend, he's promised me a quick end " .

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › jeudi 6 juin 2013 - 01:59  message privé !

"Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir". L'album d'une vie... Les disques du soleil et de l'acier... Horse Rotorvator.

Note donnée au disque :       
dariev stands › dimanche 23 septembre 2012 - 16:08  message privé !
avatar

Alors l'info est à priori passée inaperçue ici, mais mérite d'être relayée vu les prix auquels il s'échangeait y'a encore peu, Horse Rotor Vator a été réédité l'an dernier : http://www.discogs.com/Coil-Horse-Rotorvator/release/3522874 facilement trouvable à 20e voire un peu moins. à mon avis on peut s'attendre à la suite, vu à quel point ils ont été redécouverts ces dernières années (comme des centaines de groupes)

Twilight › mardi 6 septembre 2011 - 23:41  message privé !
avatar

C'est une composition de Coil

Alptraum › mardi 6 septembre 2011 - 23:30  message privé !

Petite question, à propos de la piste 4 : Ostia (the death of Pasolini) Je l'ai entendu sur un album d'Unto Ashes, que j'ai acheté il y a longtemps. Vous savez quel est l'original ?