Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMarc & The Mambas › Black heart

Marc & The Mambas › Black heart

lp • 3 titres • 00:00 min

  • 1Black Heart
  • 2Your Aura
  • 3Mamba

enregistrement

Enregistré à Trident en Janvier 1983, produit par Flood et Marc Almond

line up

Marc Almond, Annie Hogan, Steve Sherlock, Lee Jenkinson

Musiciens additionnels : Gini Ball, Bill Mcgee, Annie Stephenson, Martin McGarrick (collectivement crédités comme The Venomettes)

remarques

chronique

Styles
chanson
gothique
cold wave
indus
new wave
Styles personnels
new wave décadente

Les années 80 sont une source de surprises inépuisable... Tenez, Marc & The Mambas, par exemple. A la base, je ne m’étais pas douté en les découvrant qu’il s’agissait d’un projet de Marc Almond, son deuxième après Soft Cell, d’ailleurs… Je pensais qu’il s’agissait d’une étrangeté de plus au compte de l’impressionnant label Some Bizarre… Et bien sûr, dès la première écoute, je fus totalement surpris d’entendre cette voix parmi les plus reconnaissables jamais enregistrées (à égalité avec Björk, Otis Redding et quelques autres…). Marc & The Mambas, c’est un très éphémère projet du chanteur quelque peu à la dérive après le succès planétaire de Tainted Love, lui qui déteste la new wave alors triomphante… On sait l’artiste assez proche de la scène Indus/expérimentale, grâce à ses collaborations avec Coil et JG Thirwell, eh bien visiblement, c’était déjà le cas en 83, puisqu’on retrouve le dit Thirwell (alias Fœtus, pour rappel) ainsi que Matt Johnson (qui n’a pas encore lançé The The !!) au sein des "Mambas". Un genre de supergroupe, avec le recul, mais inutile de dire que pour le public qui avait dansé sur Tainted Love, cela relevait plus du geste anticommercial que d’autre chose… La pochette est assez parlante, avec sa danseuse de flamenco au regard vraiment inquiétant. Pourtant le contenu n’est pas si barré que ça, quoique très sombre. Black Heart et Your Aura sont de très belles chansons théâtrales comme Almond en écrira tant, à l’atmosphère cabaret typique de son univers, et ornées de quelques dissonances produites tour à tour par un saxophone, un piano, un violon… Là où ça se corse un peu, c’est avec Mamba, long texte outrancier déclamé comme lors d’une impro sur fond de sample rythmique indus ininterrompu, sur lequel viennent se greffer une guitare flamenco et quelques castagnettes, puis une superbe vocalise féminine, qui dans ce contexte ne semblent annoncer que mort et dépravation. Tous les textes sont extrêmement revanchards, comme adressés à un(e) ancien(ne) amant(e) d’Almond qu’il maudit par tous les noms lors de chaque seconde de ce single revanchard… "Je suis vide comme un cendrier", déclame-t-il. Courage, Marc, l’après "Tainted Love" arrive… Un bel exemple de pont entre mainstream et underground comme il y en aura de moins en moins dans la pop des années 80… Un groupe que la critique a descendu en flèche, au passage, ce qui montre bien l’incompatibilité d’humeur avec l’époque et le lieu…

note       Publiée le jeudi 19 août 2010

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Black heart".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black heart".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black heart".

marcalmond › mercredi 15 août 2012 - 00:27  message privé !

Marc Almond de Marc and The Mambas était en concert il y a quelques jours au Southbank Royal Festival Hall, pour un concert unique à Londres. 30 ans après les Mambas, le succès était au rendez-vous mais aussi la performance de Marc Almond , il y avait quelques musiciens de ses débuts. Le concert grandiose en musicalité a duré 2 heures + 20 minutes avec un vrai orchestre. Il était en duo avec Antony Legarty de Antony and the Johnson. J'étais présent, j'ai fait le déplacement de Lille à Londres pour ce concert et je n'ai pas été déçy, ouahhh ! en plus je connaissais déjà l'album. Ambiance Live mais fidèle à l'ambiance de l'original, 30 ans après , il faut le faire. Marc y apparait en taureaux ou en espagnol olé. avec JG Thirwell et la femme de Dave Ball, Gini Ball... Reprise de l'album Torment and Toreros en intégralité ainsi que quelque titres de Untitled et des faces B. Lou reed, Brel, Peter Hammills, et quelques autres dark songs et flamenco

taliesin › jeudi 19 août 2010 - 21:33  message privé !

Tiens c'est marrant, j'ai découvert ce ep tout récemment, il y a quelques mois tout au plus. Franchement très sympa !

Note donnée au disque :       
Seb de Super › jeudi 19 août 2010 - 20:58  message privé !

James George n'est pas crédité? J'ai le Untitled et il n'est pas crédité non plus.

Twilight › jeudi 19 août 2010 - 18:36  message privé !
avatar

Il manque à ma collection celui-ci...Et pourtant Marc et Jim bossant ensemble, ça fait toujours des étincelles