Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoil › Stolen & Contaminated Songs

Coil › Stolen & Contaminated Songs

cd | 13 titres | 00:00 min

  • 1 Furthur [4:21]
  • 2 Original Chaostrophy [1:52]
  • 3 Who'll Tell? [3:13]
  • 4 Omlagus Garfungiloops [4:24]
  • 5 Inkling [3:03]
  • 6 Love's Secret Domain (Original Mix) [3:57]
  • 7 Nasa-Arab [10:59]
  • 8 Who'll Fall? [5:31]
  • 9 The Original Wild Garlic Memory [7:00]
  • 10 Wrim Wram Wrom [3:13]
  • 11 Corybantic Ennui [0:42]
  • 12 Her Friends The Wolves..... [10:58]
  • 13 Light Shining Darkly [2:45]

line up

Marc Almond (chant), John Balance, Gini Ball (violon), Peter Christopherson, Sue Dench (alto), Audrey Riley (violoncelle)

Musiciens additionnels : Charles Hayward (percussions), Juan Ramirez (guitare), Annie Anxiety-Bandez (chant), Mike McEvoy (claviers), Cyrung (didgeridoo), Rose McDowall (chant), Billy McGee (orchestration), Jane Fenton (violoncelle), Julia Girdwood (hautbois), Jos Pook (alto) , Andrew Davies (violon), Clive Dobbins (violon), Sally Herbert (violon)

remarques

La première édition, limitée à 2000 exemplaires, était disponible uniquement via mailorder. Une édition commerciale a vu le jour en 1993 pour endiguer les bootlegs.

chronique

Styles
ambient
electro
dub
jazz
ovni inclassable
techno
Styles personnels
until the last drop

Exactement au même titre que 'Gold is the Metal' pour 'Horse Rotor Vator', 'Stolen & Contaminated Songs' est l'appendice de 'Love's Secret Domain' donc constitué de versions alternatives, de titres non retenus et de chutes diverses. Pour la petite anecdote, Coil a toujours été à la ramasse en ce qui concerne les préventes et ce disque était initialement prévu pour n'être distribué que par sa mailorder. Sauf que la qualité du contenu était telle qu'ils et ont été obligés de sortir une édition commerciale de cet objet pour étouffer une vague de bootlegs... bref, cette « face B » de l'album est tout à fait délectable indépendamment car sa variété et sa richesse justifient cette fois indiscutablement son existence. On se retrouve à nouveau plongé dans la multitude qui faisait la force de LSD : un peu de classique avec ‘Original Chaostrophy’ (dont la seconde moitié est jouée… à l’envers) et le court mais très beau ‘Corybantic Ennui’ ; du jazz psychédélique ( !) avec ‘Omlagus Garfungiloops’ (‘exploding frogs again’ à l’envers…) et la version maquette de l’éponyme ‘Love’s Secret Domain’ avec son texte de Blake ; de l’électro-glitch avec les liminaux ‘Furthur’, ‘Inkling’… Parmi les meilleurs morceaux, on notera le solennel ‘Who’ll Fall ?’ sur lequel sied l’enregistrement d’une voix qui annonce le suicide d’un de leur proche, l’orchestral et très Psychic TV ‘The Original Wild Garlic Memory’, le gros pavé dark-ambient ‘Her Friends the Wolves’ (pas aussi effrayant que les remixes de ‘How To destroy Angels’, mais tout de même) et évidemment le dub cosmique de ‘NASA-Arab’ au pattern rythmique digne des vieux Autechre (Bien qu’ils soit sorti deux ans plus tard, impossible de ne pas penser à l’Anti EP’) que l’on retrouvera sur un maxi, accompagné d’une face B tout aussi sexy, sinon plus. Que dire de plus ? La seule chose qui le rend un peu plus timide que l’album dont il est tiré est le manque de voix mais devant la diversité des compositions, on s’en accommodera tout à fait.

note       Publiée le vendredi 27 mars 2009

partagez 'Stolen & Contaminated Songs' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Stolen & Contaminated Songs"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Stolen & Contaminated Songs".

ajoutez une note sur : "Stolen & Contaminated Songs"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stolen & Contaminated Songs".

ajoutez un commentaire sur : "Stolen & Contaminated Songs"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stolen & Contaminated Songs".

Klarinetthor › jeudi 23 janvier 2020 - 23:45  message privé !

oui, c'est pas un let go pour acheter n'imp surtout cher; merci d'en parler. J'ai opté pour le cd, cause portefeuille. les raisons de payer pour un album de musiciens défunts dépasse souvent le rationnel, comme souvent avec l'humain. content que ça ait pu servir, aussi.

Note donnée au disque :       
cyberghost › jeudi 23 janvier 2020 - 16:04  message privé !

Wow, rude... Heureusement, j'ai cette fâcheuse habitude de privilégier les CD d'occase aux vinyles plein tarif, beaucoup moins ruineux ^^°

Note donnée au disque :       
Rastignac › jeudi 23 janvier 2020 - 10:47  message privé !
avatar

Le repress (en couleur) de Astral Disaster est aussi de la grosse bouse (à l'image de la version vinyle de Lateralus. En fait, les vinyles colorés ou les picture ça semble souvent pourri, je sais pas pourquoi). Et c'est même pas de la cogite d'audiophile maniaque, il y a juste de la friture tout le long, ça s'entend sans expertise. Faites gaffe, notamment si vous achetez ces choses en vinyle.

Wotzenknecht › jeudi 23 janvier 2020 - 08:59  message privé !

Vu sur discogs (je ne peux infirmer ou confirmer):

Bad release: brickwalled as hell, losing dynamics, heavyly compressed sound and appends a minute of Her friends the wolves into Corybantic Ennui.

Artwork is also badly reinterpreted and the sticker in the cover front has typos (as Backwards did) ...

No surprises, though, as this one comes from Danny Hyde and Cold Spring.

I don't see any reason to support this thing.

zugal21 › mercredi 22 janvier 2020 - 17:31  message privé !

Sitôt info Klari, sitôt commandée, cette merveille .

Note donnée au disque :