Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBehemoth › Demigod

Behemoth › Demigod

cd • 10 titres

  • 1Sculpting the throne ov seth
  • 2Demigod
  • 3Conquer all
  • 4The nephilim rising
  • 5Towards babylon
  • 6Before the aeons came
  • 7Mystérium coniunctionis (hermanubis)
  • 8Xul
  • 9Slaves shall serve
  • 10The reign ov shemsu-hor

enregistrement

Produit par Nergal. Enregistré aux studio Hendrix, Lublin, de mai à Juillet 2004. Ingénieur : Arkadiusz Malcezwski. Mixé par Daniel Bergstrand au Dug Out Studio, Uppsala, Juillet Aout 2004.

line up

Nergal (Guitares leads, rythmiques, acoustiques, vocaux); Inferno (batterie et percussions); Orion (basses) - Seth (session guitares leads, rythmiques et acoustiques)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
death metal

Demi-dieu, tel est le poste ultime que revendique désormais le monstre Behemoth par son prêtre Nergal. La lourde créature, au sommet de sa maîtrise, se met ainsi en tête de poursuivre les offices qui l'ont mené jusqu'ici, du noir le plus primaire vers la mort et la force, et la sournoiserie impitoyable d'une complexité sans répit. Mais l'on peut aussi, et hélas, déceler dans ce nouveau sermon, dans ce nouvel assaut, d'une puissance monstrueuse et à l'impact certain, la volonté de fédérer, d'accroître encore le nombre déjà grand de fidèles à Nergal. Tout en maniant avec une dextérité hallucinante la complexité absconse d'un "Thelema 6", Behemoth vise la gueule comme au temps plus direct de "Satanica". On a pu lire çà et là que l'énorme bestiole avait abandonné purement et simplement le noir, pour ne plus s'exprimer que dans la langue de mort. Pour ma modeste part, je ne peux m'empêcher de voir l'ombre des ténèbres dans les vitesses morbides et les accents occultes d'un "Before the aeons came", comme dans la manière folle dont se déroule l'office, et l'atmosphère si sombre, si voisine des ténèbres qui la baigne tout entière. Mais oui : Nergal fédère. Oui, Nergal s'est bel et bien tout entier dévoué à la mort et à ses baffes de mercure, appelant à ses côtés Arkaduisz de Trauma, pour une messe qui reprend les penchants mélodiques, le goût des soli incantatoires du culte de Zos Kia, qui se veut aussi imprévisible, sournoise et impressionnante que l'attaque Thelemique, tout en espérant bien foutre tout le monde à genoux avec la même aisance que l'assaut satanique. Le résultat est là : incontestable, surpuissant, surtechnique et pratiquement inattaquable... mais pratiquement seulement. La voix prétendument non trafiquée de Nergal a perdu de sa personnalité et surtout, de sa masse, et la course trop aveugle à la vitesse et aux ruptures systématiques engendre cette improbable double conséquence : Demigod est à la fois trop recherché, et pas assez personnel. Nergal revendique le trône de Demidieu ; il cherche à impressionner, et il cherche à plaire. La perversité merveilleuse de Zos Kia n'est plus là, la clarté de lecture d'une musique par ailleurs labyrinthique d'un "Thelema 6" est ici moins éclatante. Nergal a sans doute cru qu'une synthèse, magistrale, de toute sa science acquise finirait de le porter au sommet du respect qu'il convoite, et vers lequel, jusqu'ici, il avançait sans faiblir. Les rumeurs qui circulent partout depuis que cette nouvelle messe a été donnée semblent avérer que le prête avait vu juste. Simple scribe relatant depuis ses débuts la conquête du pouvoir par le monstre Behemoth, je ne peux m'empêcher de voir dans Demigod quelques fautes de jugement. Mais elles n'entament que peu la qualité de l'objet, et en rien le respect acquis par la bête polonaise à mesure des attaques.

note       Publiée le mardi 28 décembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Demigod".

notes

Note moyenne        40 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Demigod".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Demigod".

Wotzenknecht › mardi 19 août 2014 - 09:46  message privé !
avatar

Bien bien 'The Satanist'. À ranger avec mes quelques albums de métal extrême qui me le font.

NevrOp4th › samedi 28 août 2010 - 10:39  message privé !

Nergal aurait chopé une leucémie :/

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › mardi 3 août 2010 - 09:22  message privé !

Par moment j'ai l'impréssion d'entendre du Immolation qui c'est mis au Black Métal. Bon cependant, bon disque avec une super production et des compos efficace, le seul bémol viens de cette voix toute trafiquoté pour faire le gros méchant, c'est tout sauf trop bien, c'est juste chiant.

Note donnée au disque :       
Painkiller › samedi 8 août 2009 - 17:12  message privé !

Je revois la note.

Note donnée au disque :       
bloodyhours › samedi 16 mai 2009 - 22:25  message privé !

technique,rapide,mais ça veut en arriver où à la fin ?

Note donnée au disque :