Articles

Vous êtes ici › ArticlesConcerts › Knotfest Meets Hellfest 2019

Ce document est lié :
 - aux groupes / artistes Behemoth, Rob Zombie, Amon Amarth, Ministry, Slipknot

Knotfest Meets Hellfest 2019

par Nicko › mardi 6 août 2019


Style(s) : hardcore / indus / metal / metal extrême / metal alternatif / neo metal / black metal / death metal

C'est devenu un passage obligé depuis des années, à la mi-juin, c'est direction Clisson dans les Pays de la Loire pour assister à la grande messe hexagonale des musiques extrêmes, du hard rock et du metal pendant 3 jours pour le festival du Hellfest. Et puis cette année, il y a une petite nouveauté. En plus des 3 jours du festival sur 6 scènes thématiques comme nous le connaissons depuis quelques années, voilà qu'en cette année 2019 s'est greffé un deuxième festival, la veille du début des hostilités du Hellfest, dans l'enceinte même du festival. Ce deuxième festival, c'est celui du groupe américain Slipknot, itinérant et qui fait donc escale à Clisson juste avant le Hellfest ! On peut considérer ce Knotfest comme étant une sorte d'apéro et de mise en jambe avant le plat de résistance qui débutera le lendemain. Au programme, 10 groupes, tous de grands mastodontes des musiques brutales, qui vont s'enchaîner sur les deux Mainstages du Hellfest (les autres scènes n'accueillant aucun groupe) de 16h30 à 2h du matin. Voici donc le récit de cette toute première édition française du Knotfest, ici intitulé "Knotfest meets Hellfest".

affiche Knotfest

Cette nouveauté nous fait légèrement changer nos plans avec une arrivée sur Clisson toujours le jeudi, jour du Knotfest, mais un peu plus tôt qu'à l'accoutumée. Le début de l'affiche ne nous plaisant pas plus que cela, nous zappons Sick Of It All, qui a ouvert les hostilités, puis Amaranthe pour assister à Ministry. Tout juste le temps de récupérer nos pass, nous découvrons rapidement les installations du Knotfest sur le site du Hellfest. Seuls les accès aux différentes tentes et à la Warzone sont fermés au public. Pour le reste, tout le site est ouvert. Une tente a été installée près de l'entrée générale où nous pouvons admirer tous pleins d'items divers et variés de la carrière de Slipknot, des instruments, des masques, costumes et autres disques d'or des 25 ans d'existence de la formation. On reviendra plus tard, pour l'heure, place à Al Jourgensen et ses sbires sur la Mainstage 1. L'affluence est déjà grande, la performance débute sur "The missing" suivi par deux autres titres de "The Land of Rape and Honey". On remarque très vite que le son est bon mais un poil faiblard. Le groupe joue ensuite que de titres de ses deux albums phares "The mind is terrible thing to taste" et surtout "Psalm 69". Je suis personnellement agréablement bien surpris de la présence de "Jesus built my hotrod" sur la set-list (le titre qui m'a fait découvrir le groupe !) mais l'aspect moins mécanique et indus des percussions se fait quand même ressentir. On a donc droit à une sorte de best-of du groupe sur 40 minutes avec les incontournables "Just one fix" et "N.W.O." qui font toujours plaisir mais sur l'ensemble, la performance aura été un peu trop soft et aura manqué de pêche.

Ça enchaîne sur la Mainstage 2 avec les polonais de Behemoth, de loin le groupe le plus extrême programmé aujourd'hui. J'avais été un peu déçu de ne pas voir leur nom sur la liste des groupes prévus au Hellfest cette année, donc quand ce Knotfest a été annoncé, j'ai été assez réjoui de voir leur nom sur l'affiche ! Behemoth, c'est clairement l'artillerie lourde du black/death metal actuel, surtout au niveau mise en scène et show. Nergal sait faire les choses bien pour mettre en valeur sa musique et pour en donner aux fans. Je n'ai pas encore écouté leur dernier album en date, "I love you at your darkest", mais après cette performance, cela fait directement parti des albums à chopper ! Quelle puissance, quelle mise en scène, avec des costumes super chiadés et une atmosphère fabuleuse ! Le show est super bien préparé avec des chorégraphies sombres particulièrement réussies. Le résultat est vraiment impressionnant. Que ce soit lors de mid-tempos ultra-lourd que des blasts les plus destructeurs, Behemoth envoie l'artillerie lourde et défonce tout sur son passage à l'aide d'un show très bien huilé et puissant. Les polonais n'auront pas déçus, maîtres de leur art, avec une bonne communication avec le public. C'est quand on voit ce genre de performances qu'on comprend pourquoi ils en sont arrivés là. De vrais bêtes de scène !

Set-list Behemoth :
  • Solve
  • Wolves ov Siberia
  • Ora Pro Nobis Lucifer
  • Bartzabel
  • Ov Fire and the Void
  • Conquer All
  • Sabbath Mater
  • Blow Your Trumpets Gabriel
  • Chant for Eschaton 2000
  • Coagvla

Changement de décors sans aucune transition avec les néo-metalleux de Papa Roach que j'avais déjà eu l'occasion de voir en concert il y a une bonne quinzaine d'années. Et là, pour le coup, ce n'est vraiment pas notre truc. Le style n'est vraiment pas ce que nous apprécions et même si on sent bien que le groupe est bien en place et qu'il sait tenir une grande scène comme celle-là, nous n'arrivons pas du tout à accrocher. On en profite pour faire un tour sur le site, faire des emplettes au Metal Market et manger un morceau. D'ailleurs, il est à noter que la gestion des flux de festivaliers ainsi que le système de cashless est particulièrement efficace.

Pendant ce laps de temps, nous loupons Powerwolf et arrivons pour le shock-rock de Rob Zombie. L'Américain a le chic pour proposer une musique à la fois moderne mais avec une bonne base traditionnel de rock/hard rock dans un univers à la Alice Cooper. Son chant à la fois puissant est roque est particulièrement efficace. Bien que peu fan de ce qu'il a sorti, ça passe plutôt bien sur scène avec un bon show et un John 5 bien virtuose à la guitare. A noter une reprise du "Helter skelter" des Beatles plutôt sympa ainsi que bien évidemment du "More human than human" de White Zombie.

Il est vrai que ce Knotfest propose une affiche assez 'bankable' avec des groupes qui marchent bien et surtout qui sont à la mode. Même si je suis moins friand de ces scènes, il faut reconnaître que le concept est bien pensé, il y a malgré tout une bonne variété de styles ce soir. Ça enchaîne avec les Suédois d'Amon Amarth qui sont venus avec tout leur décorum issu de l'univers viking avec notamment un drakkar impressionnant. La musique proposée est devenue ultra-calibrée avec une base de mid-tempos entrainants et puissants, avec une dose de blast-beats rappelant les débuts death metal de la formation. Tout est fait pour faire headbanger le public, le faire chanter en chœur sur des refrains facilement assimilables et des riffs mélodiques qu'on retient en deux minutes. Bref, la recette parfaite du death metal mainstream, bien exécuté avec un show qui en fout plein les yeux. Amon Amarth change de catégorie ici et devient l'un des blockbusters du death metal à la suédoise, un rouleau compresseur sur fond d'hymnes viking mélodiques. La bande à Johann Hegg a clairement trouvé la potion magique pour un résultat calibré et réussi. Je regrette personnellement l'ambiance plus brut de décoffrage des années 90 et du début des années 2000 mais il faut bien reconnaître que le groupe n'a pas volé son succès tant leur show est bon.

Set-list Amon Amarth :
  • The Pursuit of Vikings
  • Deceiver of the Gods
  • First Kill
  • The Way of Vikings
  • Crack the Sky
  • Death in Fire
  • Shield Wall
  • Raven's Flight
  • Guardians of Asgaard
  • Raise Your Horns
  • Twilight of the Thunder God

Place maintenant aux maîtres de cérémonie, ceux qui sont à l'origine de ce festival, les Américains de Slipknot. Sans être un grand fan de la formation de l'Iowa, faut reconnaître que dans cette mouvance neo-metal du début des années 2000, ils sont clairement les plus furieux et extrêmes musicalement parlant. Et c'est également l'un des rares que j'apprécie. Le festival est aussi là pour faire la promotion de leur nouvel album, le sixième, intitulé "We are not your kind". Le côté visuel est là aussi bien chiadé avec son lot de lumières rouges, chaudes, dans un univers bien crade et apocalyptique. Le masque de Corey Taylor au chant est particulièrement bien choisi, vraiment dérangeant, rappelant le Jigsaw de Saw avec un double menton proéminent. Ca balance la sauce avec un "People=shit" repris par tout Clisson ! J'aime vraiment les parties brutales et furieuses, pour moi, c'est clairement ce qui donne toute sa force au groupe, avec une véritable intense dans leurs enchaînements. Je suis beaucoup moins fan des parties mélodiques et en chant clairs qui, selon moi, cassent toute la dynamique de la formation. J'attends de leur part qu'ils démolissent tout sur leur passage à coup de thrash/hardcore même dans une mouvance moderne. Ces parties plus softs, qui certes apportent de la diversité à leur style, nous plongent dans une atmosphère limite dansante qui bouzille tout. C'est vraiment le seul reproche que j'aurais à leur faire parce que sinon, le son et la patate sont présents. Un bon set énergique qui me réconcilie un peu avec la formation.

Set-list Slipknot :
  • (515)
  • People = Shit
  • (sic)
  • Get This
  • Unsainted
  • Disasterpiece
  • Before I Forget
  • The Heretic Anthem
  • Psychosocial
  • The Devil in I
  • Prosthetics
  • Vermilion
  • Custer
  • Sulfur
  • All Out Life
  • Duality
Rappels :
  • Spit It Out
  • Surfacing
  • 'Til We Die

Voilà, notre Knotfest s'arrête là avec la tête d'affiche du festival. Reste Sabaton qui doit clôturer cette première journée sur la Mainstage 2, mais n'étant vraiment pas fans de leur heavy/power metal très convenu, nous préférons en garder sous le pied pour le Hellfest qui doit débuter quelques heures plus tard.

Au final, même si le concept est différent de celui du Hellfest, ce Knotfest aura été un bon complément aux 3 journées suivantes. Comme je l'ai indiqué plus haut, quand l'affiche du Hellfest a été dévoilée, j'avais été déçu de ne pas voir le nom de Behemoth par exemple, alors quand s'est greffé ce festival, je me suis réjoui de voir ces quelques grands noms s'ajouter. Un bon apéro en quelque sorte !

Mots clés : Nicko, concert, festival, Hellfest, Knotfest et Slipknot

Dernière mise à jour du document : mardi 6 août 2019

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre