Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVader › Live in Decay 86'

Vader › Live in Decay 86'

k7 | 8 titres | 35:06 min

  • Live
  • 1 Intro [00:50]
  • 2 Satans Wrath [04:52]
  • 3 Till Your Death! [02:50]
  • 4 Deathlike Carrion [06:32]
  • 5 Tyrants of Hell [04:42]
  • Decay
  • 6 Deathlike Carrion [06:50]
  • 7 Satans Wrath [04:28]
  • 8 Tyrants of Hell [04:02]

enregistrement

La démo de 1988 consiste sur la face A en cinq titres captés live à la SALA à Gotowca-Kortowo, Olsztyn, 12 décembre 1986. Sur la face B : trois morceaux instrumentaux enregistrés en studio. La version CD de 2015 zappe les titres studios et ajoutent trois titres inédits enregistrés à ce concert - et redonnent leurs intitulés en polonais.

line up

Behemoth (Bestial Corpse Desolator), Czarny (Demonic Hell Voice), Astaroth (Hellish Thunder), Belial (Apocalyptic Extremination).

remarques

La version chroniquée est la réédition de 2015.

chronique

Styles
metal extrême
thrash metal
Styles personnels
archives polonaises

Olzstyn, 1983. La Pologne soviétique voit son horizon écrasé par une puissance collective qui a déjà bien bourriné le pouvoir, avec grèves et mobilisations massivement réprimées. Au même moment, dans une lointaine galaxie propre à eux seuls, deux gamins montent un groupe qu'ils vont appeler Vader (comme le père de Luke ?), dans un pays où le glam rock, le heavy metal, le punk hardcore et autres poisons impérialistes US n'ont pas vraiment envahis les ondes. Après un apprentissage j'imagine DIY de leurs instruments, un petit passage à la radio en 1985 et quelques concerts chez eux, le groupe participera à cette drôle de chose : le premier festival de heavy metal à l'est du rideau de Fer. Le "Metalmania" de Katowice se produira jusqu'à la fin des années 2000, avec comme têtes d'affiches dans les années 80 des groupes comme Kat et TSA (les deux stars polono-métalliques de l'ère soviétique), des groupes teutons comme Rage, Kreator, Helloween ou Running Wild, et qui donnera des affiches de oufs au début des années 90 niveau death metal culte, je vous laisse baver en regardant la liste des groupes... Bref, les ptits djeuns de Vader, biberonnés au Satan version thrash metal à la Venom purent jouer devant une grosse audience pour la première fois dans ce festival en 1986 ce qui leur ouvrit plein de portes. Ils furent donc invités à jouer dans le pays et une de ces dates a été enregistrée comme première trace officielle du groupe, cassette aussi rare qu'un poil de dos de baleine. Mais vous savez quoi ? Et bien, oui, mesdames messieurs, Witching Hour Productions, label polonais de black / death metal nous propose une réédition CD de leurs premiers hurlements dans un micro, officiellement gravés sur un support pas trop périssable. Je me suis dit : allez, pourquoi pas ? Je suis fasciné par le metal soviétique et post-soviétique, et puis c'est toujours touchant d'entendre la genèse d'un groupe en toute intimité... Alors, entendre, c'est un grand mot, parce que le son est d'un kraspec incroyable. Enregistré dans le hall de la fac de leur bled un soir de décembre 1986, ce disque est extrêmement frustrant car on entend de très bons morceaux de thrash bien agressif et crade ici, mais gâchés par un fracas général, les cris et sifflets du public qui couvrent parfois la musique, et puis par un souffle et une saturation ignoble. Tout cela couvre les guitares de ces morceaux de thrash bien necro, très venomiens, brutaux, très rapides et méchants, avec encore quelques réminiscences heavy metal dans les solos, mais les deux pieds chez Satan pour tout le reste - la voix notamment est complètement raclée, comme on aime l'entendre sur les disques de Bathory ou de Sodom de l'époque. Assez compliqué à s'envoyer quand même, avec un son, disons, comme si vous écoutiez le concert depuis les chiottes de la salle vous voyez ? Extrêmement usant, dès la première écoute. Malgré cette indigence matérielle, ce disque doit rester une borne pour les fans de ce groupe, véritable pionner du metal extrême en Pologne, pays s'étant posé depuis à la pointe du genre en terme de créativité (cf. Cultes des ghoules ou Mgła aujourd'hui), de music bizness du metowl (Vader, Behemoth aussi), et de production tout court, y a qu'à regarder le nombre de labels et de concerts. Le creuset de tout cela vous l'avez dans ce disque, et toute cette scène extravagante a pu se mettre en place malgré une culture catholique très pesante et des années pas très jouasses quant aux différents autoritarismes ayant mené le pays à la baguette - d'ailleurs, c'est sûrement grâce à cette ambiance oppressante que ces groupes ont vu le jour : "c'est dans les lycées catholiques qu'on fait les meilleurs satanistes". Voilà au moins un intérêt historique... niveau musical par contre, c'est vraiment vraiment limite, à cause de cet enfouissement de la beauté de la chose sous un flot de bruits parasites, d'effets stéréos gerbants, d'échos et de distorsion magnétique vraiment pénibles, rendant l'écoute dantesque, ne serait-ce que pour arriver à suivre ce qui se passe sur scène.

note       Publiée le mardi 12 mai 2015

partagez 'Live in Decay 86'' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live in Decay 86'"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live in Decay 86'".

ajoutez une note sur : "Live in Decay 86'"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live in Decay 86'".

ajoutez un commentaire sur : "Live in Decay 86'"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live in Decay 86'".