Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCBilly Cobham › Spectrum

Billy Cobham › Spectrum

  • 1973 - Atlantic, 8122-73519-2 (1 cd digipack)

6 titres - 37:17 min

  • 1/ Quadrant 4 (4:20)
  • 2/ a. Searching for the Right Door b. Spectrum (6:33)
  • 3/ a. Anxiety b. Taurian Matador (4:44)
  • 4/ Stratus (9:50)
  • 5/ a. To the Women in My Life b. Le Lis (4:11)
  • 6/ a. Snoopy's Search b. Red Baron (7:39)

enregistrement

Electric Lady Studio, USA, mai 1973

line up

Tommy Bolin (guitare), Ron Carter (basse), Billy Cobham (percussions, batterie), Joe Farrell (flûte, saxophone alto et soprano), Jan Hammer (synthétiseur, piano, claviers, Moog), Jimmy Owens (trompette), John Tropea (guitare), Ray Barretto (percussions, congas), Leeland Sklar (basse)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz fusion

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, je vous présente le batteur le plus abominable que la Terre ait jamais produite ; Billy Cobham, premier batteur jazz à évoluer au sein du Miles Davis Group de 1970 à avoir réellement la pêche de ses condisciples rock. Un tel potentiel l'amènera tout naturellement à collaborer à l'aventure Mahavishnu Orchestra, aux côtés de John McLaughlin, seule formation jazz rock à pouvoir revendiquer le droit de prendre ce terme au premier degré. Illuminé par son succès au sein du groupe, Billy Cobham ne perd pas un instant et met sur pied son propre groupe. "Spectrum", son premier album, reste à ce jour sa plus belle réussite, qu'on le voit difficilement pouvoir un jour détrôner. Les hostilités débutent avec un "Quadrant 4" speedé comme du Deep Purple où le dialogue entre Jan Hammer aux claviers et Tommy Bolin à la guitare est incendiaire. Si la prouesse est au rendez-vous, à posteriori, on risque aussi de s'étouffer de rire devant un rideau aussi impressionant de sonorités aussi ridicules les unes que les autres. Mais attention, les titres à sa suite sont à l'avenant et ne tomberont pas dans ce piège. Tous s'ouvrent sur de petites intro sous forme de solo de batterie où l'on peut apprécier à sa juste valeur tout le talent de ce monstre proprement inhumain. "Spectrum", "Taurian Matador", "Le Lis", "Red Baron" nous entrâinent irrésistiblement dans le tourbillon de cette musique agitée et profonde. Mais la pièce de resistance se trouve pile poil en plein coeur de l'oeuvre : "Stratus", ou dix minutes de bonheur. Après une fois encore une intro qui suspend ses notes dans l'air annonçant l'orage sous forme d'un tonnerre de cymbales et de fûts, le titre débouche sur une ligne de basse lancinante qui sera d'ailleurs employée, avec flair, par Massive Attack, bien des années plus tard sur le titre "Safe from Harm" issu de leur premier album, "Blue Lines". En 1973, ce "Spectrum" rivalisait avec le "Dark Side of the Moon" du Pink Floyd comme test vérité auprès des détaillants en audio-fidélité. Aujourd'hui, on ne se lasse toujours pas de ce bâton de dynamite aussi jazz que rock.

note       Publiée le jeudi 13 juin 2002

partagez 'Spectrum' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Spectrum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Spectrum".

ajoutez une note sur : "Spectrum"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Spectrum".

ajoutez un commentaire sur : "Spectrum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Spectrum".

Scissor Man › lundi 30 janvier 2017 - 23:07  message privé !

En fait ça me fait chier depuis toujours ce disque. Des années que je m'acharne, je le réécoute 2 fois par an et puis j'ai l'impression d'entendre du jazz de papa mais en fait nan, c'est pire… du jazz rock. Ça passe pas ! Je préfère le rock jazz.

Note donnée au disque :       
Rastignac › dimanche 29 janvier 2017 - 17:04  message privé !
avatar

Et donc oui c'est pas souvent que je m'écoute des groupes "à plein de notes / minute" et que ça soit relaxe, coule, on se la ramène pépère au bord de la piscine avec le survet' fluo et les lunettes forme étoile. Ca réchauffe en temps de congélateur.

dariev stands › lundi 5 septembre 2016 - 16:44  message privé !
avatar

Ouais, un certain Jeff Snyder... Mais y'a des peintures de Klee des années 20 qui sont déjà similaires, du pixel art quoi. Evidemment, vu que ça reste du jazz fusion, le contenu ne peut que décevoir un chouïa, même si "Stratus" est effectivement avant-gardiste, puisque Björk et Massive Attack le resserviront sans changer grand chose pour deux de leurs tubes.

saïmone › dimanche 4 septembre 2016 - 16:16  message privé !
avatar

Et cette pochette avant gardiste ! Putain, à traîner sur guts 13 ans après, on découvre toujours des chros de Proggy...

dariev stands › jeudi 30 août 2012 - 16:29  message privé !
avatar

j'ai du louper un truc, mais si c'est que pour Tommy Bolin, il apparait que sur 1 album un commun à chaque fois (Come taste the band et ce spectrum), c'est pas vraiment un sidemen habitué de Cobham à priori. Ni un régulier de Deep Purple, donc pas lieu... Par contre on pourrait le lier au projet "requin de studio cocaïnomane", j'imagine (oui, j'use d'un sale poncif et alors ? ;-)