Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWhispers In The Shadow › Beyond the cycles of time

Whispers In The Shadow › Beyond the cycles of time

cd • 11 titres

  • 1Crossroads
  • 2His name is legion
  • 3Left hand anthem
  • 4The sacrament
  • 5Safe & sound
  • 6Lilitu's claws
  • 7Incantation
  • 8Agent of chaos
  • 9The end of future
  • 10Adversarial light
  • 11The departure

extraits vidéo

informations

BMT Recordss, S.M.O.G. Studios, Autriche.

https://whispersintheshadow.bandcamp.com/

line up

Ashley Dayour 1331 (chant, guitare, E-bow, clavier), Fork (basse), Reinhard Schwarzinger (batterie), Lazy Schulz (guitare), Martin Acid (clavier)

chronique

Ciel de cendres… Se tenir au carrefour, invoquer, tandis que résonnent quelques coups sourds comme une formule rituelle pour que s’ouvrent les nuées d’après chaos. La magie semble bonne conseillère; depuis son intérêt croissant pour la magie, Ashely Daymour déborde d’inspiration, enregistre sans cesse, jonglant entre les projets. ‘Beyond the cycles of time’ s’inscrit dans la lignée des opus précédents avec une atmosphère spécialement plombée notamment grâce à un jeu de batterie en roulements pour un rendu tribal de bon aloi soutenu par une basse marquée et des guitares menaçantes à l’électricité rapace. Sont-ce les anciennes influences Cure que l’on devine encore parfois (‘Safe &sound’, ‘Incantation’, ‘The Departure’) ? Whispers in the Shadow évitent d’explorer l’aspect glacial du gothic rock post-Sisters, eux préfèrent patauger dans la glaise, malaxer la boue, même si les synthés adéquats complètent comme il le faut quand il le faut, qu'une touche épique cinématographique n'est pas si distante. Cette fois, l’album contient des hits distincts notamment l’excellent ‘Lilitu’s claws’ (un instrumental pourtant) à la rythmique de cavalcade pesante, aux ambiances hantées avec ses samples de voix féminines inquiétantes, un ‘Incantation’ aussi méditatif que mélancolique dans sa marche embourbée, les fiers ‘His name is legion’, ‘The end of future’… Les récits retrouvés sur les parchemins millénaires dentelés ne s’arrêtent pas là; il y est révélé qu’aucune route n’est directe, qu’aucune quête n’est vide d’obstacles et de fait, une fois encore, le disque traîne un brin en longueur, un certain essoufflement se fait sentir, non que les ultimes pièces soient mauvaise mais étaient-elles réellement nécessaires ? L’instrumental ambient ‘Adversarial light’ est certes plaisant, limite efficace, mais dégage un lointain parfum de remplissage malgré tout, d’autant que ‘The departure’ s’égrène sur un tempo lent et funèbre sur près de six minutes, ce qui en soi n’est pas un problème mais après l’enthousiasme claquant du départ, difficile de ne pas y déceler une petite lassitude, peut être d’ailleurs en accord avec le thème de cycle développé sur le disque ? Je chipote parce qu’au final, nous tenons-là un solide enregistrement de vraie musique gothique et sombre nappée d’un halo mystique hautement appréciable.

note       Publiée le lundi 16 mai 2022

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Love Like Blood - An irony of fate

Love Like Blood
An irony of fate

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Beyond the cycles of time" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Beyond the cycles of time".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Beyond the cycles of time".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Beyond the cycles of time".