Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Art Ensemble Of Chicago › Fanfare For The Warriors

The Art Ensemble Of Chicago › Fanfare For The Warriors

cd | 7 titres | 38:33 min

  • 1 Illistrum [8:09]
  • 2 Barnyard Scuffel Shuffle [5:07]
  • 3 Nonaah [5:38]
  • 4 Fanfare For The Warriors [8:08]
  • 5 What’s To Say [3:57]
  • 6 Tnoona [6:20]
  • 7 The Key [1:14]

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré aux studios Parangon, Chicago, par Christian Sabold, en septembre 1973. Produit par Michael Cuscuna.

line up

Lester Bowie (trompette, flugelhorn), Malachi Favors (basse), Joseph Jarman (saxophones alto et ténor, flûte), Roscoe Mitchell (saxophones alto et ténor, piccolo), Don Moye (percussion)

Musiciens additionnels : Muhal Richard Abrams (piano)

chronique

Encore ces percussions qui tout de suite vous y jettent. Ces cuivres qui vocalisent, qui sifflent, qui appellent et geignent – rhombes et bêlements et grenouilles et oiseaux, cette fois. Et puis crécelles qui lancent la ronde. "Odawalla ! ... Vint parmi le Peuple du Soleil, à travers la Brume Grise des Mondes Fantômes". L’une de leurs cosmogonies, de leurs légendes inventées. Histoire de Gong Silencieux qui guide hors du brouillard. Symbolisme mi goguenard, mi impénétrable. La suite du cycle, en fait – l’album précédent, Bap Tizum, enregistré en concert deux ans auparavant, s’achevait sur le nom de ce même héraut dont ils nous content, ici, la saga continuée. Affinée, aussi, ses repères et détails plus subtilement déplacés. L’Art Ensemble, en studio – le son, ici, est au passage particulièrement précis, défini – se doit de changer de stratégie. De déployer, en même temps qu’il induit doutes et questions, qu’il démet les certitudes, une certaine forme de séduction, d’autres moyens, toujours, pour saisir l’attention. Un foisonnement de timbres, une poétique moins âpre, plus intrigante, plus effilée pour piquer au vif l’entendement. En l’absence des costumes, des ballets polychromes, il faut tout faire passer – magie pratique de la synesthésie – au plan des vibrations, en fréquences audibles. Texturer mieux le son, donc, plus en profondeur, plus finement, en investir l’espace selon des angles plus précis, pour que ne s’égarent pas les trajectoires, que touchent les projectiles. L’Art Ensemble et l’Afrique, en musique et en histoires – je vous le disais à propos de Bap-Tizum – c’est toujours ambigu. Un jeu riche mais toujours double – au moins ! – où la beauté est aussi qu’un folklore, une tradition, s’inventent dans l’instant, toutes absences admises des parts manquantes, effacées, regagnées ou ignorées, où rien de ce que s’y donne n’est explicité comme tel ou tel, ligne apprise et reprise ou fantaisie forgée au moment de la livrer. Un jeu, encore, qui se refuse au plat didactisme, ne fige rien en déférence, n’étiquette pas sarcasmes et hommages – qui laisse à qui l’observe et qui s’y mêle toute marge d’interpréter, de recevoir les scènes toute pertinence et tous sens en alerte. L’Afrique, oui, histoire, histoires, musiques. Mais on pourrait en fait étendre l’observation. Ces méthodes, en effet, ces perspectives, ce questionnement des évidences et des zones enfouies, l’Art Ensemble les imprime à tout ce dont il s’empare. À la Great Black Music dans son ensemble – telle que définie par l’AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians) à sa création, pratiquement dans ses statuts, quelques années plus tôt. Le jazz, d’abord, évidemment – cette épine dorsale de la musique américaine, ces mille esquilles en germe dans les chairs du pays. Les embrasements, transports et affres qu’il pousse sous toutes sortes de peaux. Ses provinces louées, secteurs réservés, communes semi clandestines, ses quartiers mélangés aux limites poreuses. Et puisqu’on parle d’Amérique : la somme des vols et des emprunts, des idées maquillées, des formes appropriées, échangées, transformées de parts et d’autres des multiples barrières officiellement niées, abolies : de couleurs, de classes, de degrés appliqués à la reconnaissance des citoyennetés. Tout ce qui passe par ces mains-là – fanfares de la Louisiane, séquelles de Bop, fracassements free, jazz dit Latin, Jive du Cap, Swing, Twist aux rotules déboîtées, même rock’n’roll distendu, cinglé – se mêle en soudures et tissages tour à tour exhibés en contrastes criants ; ou bien se fond en pièces aux teintes franches, détachées mais dont les noms resteraient à inventer, qui instillent le doute quant à toute origine, à toute destination, à toute légitimité d’état civile. Le quintet, rejoint sur celui-là par le pianiste Richard Muhal Abrams – fondateur précisément de l’AACM – élargit encore la gamme, l’arsenal, les ressources en harmonies et éclats, en tintements luisants, brillants, aveuglants et en nappes étales, abysses opaques ou frémissements feutrés. Retourne – ou est-ce le contraire – le sarcasme en hymne à l’horizon ouvert, en captivante beauté plastique. Modèle ses brisures en éruptions de grâces. Impulse aux cahots l’énergie qui porte et soulève et projette. Use en maître d’aigus qui tracent leurs traits de feu – sur le morceau titre, par exemple – à ces hauteurs sifflantes où si facilement ils frôleraient brouilles et discordances. Aux soubassements du spectre – Tnoona – en roulements où frottent des souffles dont on ne sait s’ils s’exhalent ou cherchent à pénétrer, nous ravit en serein qui-vive, captivés, concentrés, flottés dans l’attirante pénombre. Partout, l'Ensemble nous happe, nous rebondit aux saisissantes sautes de dynamique, fait descendre de ses voûtes les charmes apaisants, nous talonne dans la seconde, les sirènes ayant clamé qu’on se déloge. Donne de la voix collectivement – The Key – et c’est encore une autre énigme que ce falsetto curieux, que ces croassements ou presque, s’agencent en bizarre cohérence, en poème bref AVEC quoi l’on sourit plutôt que de s’en moquer, de ricaner de son grotesque. La Fanfare pour les Guerriers – parfaite métaphore, au fait, parmi d'innombrables possibles, pour qui voudrait décrire l’art de l’Ensemble, son territoire ou son terrain… Cette force sonore qui, en toute audace, enjambe les gouffres, bondit entre les bords. C’est la danse sur les flancs de l'obstacle, des tertres et des pics qui culminent et cachent – jusqu’au sommet ou bien en route vers les vallées. Elle vous fait face et vous déborde. Elle s’élève dans la liesse, ébranle la conscience. Elle est souplesse et basculements. Car ce guerrier n’est pas soldat et ses courses sinuées, ses grêles imprévisibles, dispersent les phalanges qui avanceraient au pas.

note       Publiée le mardi 3 septembre 2013

partagez 'Fanfare For The Warriors' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fanfare For The Warriors"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fanfare For The Warriors".

ajoutez une note sur : "Fanfare For The Warriors"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fanfare For The Warriors".

ajoutez un commentaire sur : "Fanfare For The Warriors"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fanfare For The Warriors".

Klarinetthor › mardi 22 janvier 2019 - 15:39  message privé !

et en parlant de blues, une belle itw récente de Roscoe Mitchell ici : http://jazz.blogs.liberation.fr/201...

DesignToKill › dimanche 4 mai 2014 - 22:07  message privé !

Première écoute : j'adore ! ... bien que les morceaux semi ambiant me semble chiant en état de d'écoute du disque "à moitié", à réécouter d'urgence

Note donnée au disque :       
darkmagus › mardi 10 septembre 2013 - 22:09  message privé !

Yep, je vais réécouter Fanfare et Message; pour le MJQ, je plussoie, d’un côté y’avais des gars qui essayaient de tirer le jazz vers le classique (MJQ et certains « westcoastmen », le troisième courant qu’ils appelaient ça), démarche louable mais prise à l’envers, de l’autre, l’AEC suivi depuis par d’autres, qui suivait le chemin inverse, en « polluant » les airs classiques ou folk avec des accents contemporain jazz-free. Bref, d’un côté une démarche passéiste, mais respectueuse, de l’autre une démarche novatrice, donc iconoclaste, et donc forcément plus inventive.

Dioneo › mardi 10 septembre 2013 - 21:13  message privé !
avatar

Oui, Fanfare est moins porté sur le coq-à-l'âne, même si je persiste à penser que leur humour grinçant n'en est pas complètement absent. Grinçant mais parfois hilarant voire euphorisant dans sa façon de pas vouloir lâcher le morceau à propos du fameux "ils déconnent là ou pas ?" - The Key par exemple me flanque décidément, immanquablement un grand sourire interloqué mais appobatif, même après tant d'écoutes et d'années. Ceci dit j'aime beaucoup aussi leurs "incongruités" (en effet) plus marquées. Monteverdi sur Les Stances (pour le coup très très loin des bacheries du MJQ... Et trèèèèès loin au dessus, à mon sens), le dézingage sarcastique du vieux spiritual Old Time Religion - qui semble en fait en remettre devant le véritable propos - sur Message To Our Folks... (Et je ne saurais en effet trop encourager les fans de musiques en vracs à écouter tout ça. Sachant que contrairement à ELP - pour en revenir à ton com' précédent, Darkmag' - eux ne jouent pas par contre la carte de la virtuosité assimilé-classique + amplification... Ça peut se préciser à tout hasard).

darkmagus › mardi 10 septembre 2013 - 12:32  message privé !

@ Dioneo : En lisant tes échanges sur ELP et « Tarkus » avec Thierry M., me suis fait la réflexion que c’était peut-être un des trucs qui me plaisait aussi chez l’Art Ensemble, (un des trucs hein, pas rien que ça) : le « machin déroutant et incongru », le « qu’est-ce que ça vient foutre ici », comme le changement de climat inattendu dans « JA » de « NICE GUYS », le pastiche de marche militaire désopilant sur « Sun Precondition Two » dans « URBAN BUSHMEN », la parodie de valse en forme de musique de cirque sur « The Waltz » dans « A JACKSON IN YOUR HOUSE », l’irruption d’un thème très mozartien et donc incongru dans « Suite for Lester » dans « TRIBUTE TO LESTER », la délicate pierre précieuse « Lori Song » dans le très théatral « THE SPIRITUAL », (j’ai retrouvé l’esprit de ce disque dans la « Sinfonia » de Berio, toute proportions gardées), bref je m’arrête là, mais presque chaque disque recèle ce genre de « scories », mis à part dans « PEOPLE IN SORROW » ou « FANFARE… » cependant, qui ont d’autres charmes.
Vous m’apprenez beaucoup sur moi-même en fait, dans la logique d’une partie de mes goûts, (ELP – AEC – Bério (voire Ligeti)). Merci.
@ Thierry M. : Si tu ne connais pas l’Art Ensemble, tâte les albums ci-dessus, plus « COMING HOME JAMAÏCA », tu devrais y trouver ton bonheur.