Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Art Ensemble Of Chicago › Certain blacks

The Art Ensemble Of Chicago › Certain blacks

cd | 3 titres

  • 1 Certain Blacks [23:41]
  • 2 One for Jarman [7:07]
  • 3 Bye Bye Baby [11:37]

enregistrement

Studio Decca, Paris, France, 10 février 1970

line up

Lester Bowie (trompette), Chicago Beau (saxophone ténor, piano, harmonica, percussions), Malachi Favors (contrebasse, percussions), Julio Finn (harmonica), Joseph Jarman (saxophones alto, ténor et soprano, vibraphone, percussions), Edward Mitchell Jr. (saxophone basse), William A.Howell (batterie)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
free jazz > avant garde

La saga continue... Avant d'aller un peu plus loin dans l'évocation de ce disque mémorable, j'aimerais ouvrir une parenthèse puisqu'en ce mois de février 2005, je m'apprête à vous faire la chronique d'une des plus belles initiatives qu'il m'ait été donné d'apprécier de la part de l'industrie du disque, et croyez moi, ça m'arrache la gueule de le dire. Universal vient en effet de publier quinze titres mythique du free jazz dans une collection intitulée Free America. Quinze titres emballés dans de superbes digipacks (mon obsession compulsive pour les pochettes d'origine en a pris un coup), dont trois de l'Art Ensemble. Des oeuvres longtemps oubliées et pourtant majeures dans le chef de ce courant, et le tout à un prix loin d'être excessif. Bref, à l'instar du box Jazz Actuel paru il y a quelques années, j'espère que cette collection rencontrera le succès qu'elle mérite pour - qui sait ? - motiver la publication d'autres titres. Ceci étant dit, revenons à "Certain Blacks". Comme on le sait déjà, l'Art Ensemble a trouvé en France une terre d'accueil pour sa musique peu frileuse. Lors de cette session en début d'année 1970, le groupe de Joseph Jarman ne s'est pas encore stabilisé bien que son discours se nourrit toujours des mêmes revendications. Ils sont cette fois accompagné d'un vrai batteur, William A.Howell, mais surtout de deux harmonicistes, dont le chant particulier renvoie immédiatement au superbe "Blasé" que Archie Shepp venait de publier sur Byg. Et quoi de plus normal puisque ce sont Chicago Beau et Julio Finn, qui officiaient sur ce disque, que l'on retrouve ici. L'Art Ensemble of Chicago s'épanche donc sur trois plages aux vagues émanations blues qui tendent aussi en quelque sorte à rattacher la culture jazz à la terre qui les a vu naître. Mais c'est avant toutes choses la plage titre qui retiendra toute notre attention, un nouveau pavé de plus de vingt minutes où toute la folie et l'inventivité de nos quatre hommes ne semble connaître aucune limite. A ranger aux côtés de "A Jackson in Your House" et "Message to Our Folks" pour son côté plus accessible.

note       Publiée le samedi 26 février 2005

partagez 'Certain blacks' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Certain blacks"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Certain blacks".

ajoutez une note sur : "Certain blacks"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Certain blacks".

ajoutez un commentaire sur : "Certain blacks"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Certain blacks".

Tallis › mercredi 23 janvier 2019 - 17:47  message privé !

Toujours autant le pied, celui-là. Et quel morceau-titre !

Note donnée au disque :       
Tallis › mercredi 4 juillet 2007 - 21:19  message privé !
Celui-ci aurait pu s'appeler "Art Ensemble of Chicago plays the blues". Un album atypique par bien des côtés: pas une seule composition des membres, la présence d'un batteur (avant l'arrivée décisive de Don Moye) dont ce fut à ma connaissance le seul titre de gloire et un Roscoe Mitchell cantonné pour une fois au seul saxophone basse. Formidable d'inventivité de bout en bout et un indispensable dans leur abondante discographie.
Note donnée au disque :