Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Art Ensemble Of Chicago › People in sorrow

The Art Ensemble Of Chicago › People in sorrow

  • 1969 - Odéon, CJ32-5013 (1 vinyle)

lp | 2 titres

  • 1 People in Sorrow Part I [17:10]
  • 2 People in Sorrow Part II [23:08]

enregistrement

Pathé Studios, Boulogne Billancourt, France, 7 juillet 1969

line up

Lester Bowie (trompette, percussions), Malachi Favors (basse, contrebasse, percussions), Joseph Jarman (saxophones alto et soprano, flûte, basson, hautbois, percussions), Roscoe Mitchell (saxophones alto et soprano, flûte, percussions)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
free jazz > avant garde

La musique de l'Art Ensemble de Chicago est peut-être une de celles issues de la scène jazz d'avant garde qui échappe le plus à toute forme de catégorisation. Tout en conservant l'approche expérimentale et émancipatrice du free, nos quatre compères vont utiliser cette approche libertaire pour créer une musique unique qui va aller puiser ses sources dans des différentes directions qui vont vite devenir immuables tout au long de leur carrière : le jazz bien sûr, et à travers lui, l'exploration de son histoire, en y insérant des références au passé tout en gardant un oeil farouchement braqué vers le futur, la musique européenne néo classique et/ou contemporaine, et enfin les musiques indigènes, et plus particulièrement, celles extraites du sol Africain. Encore à leurs premiers balbutiements, l'Art Ensemble (qui n'ajoutera le suffixe "de Chicago" qu'une fois avoir traversé l'Atlantique) est au départ un quartette d'improvisateurs multi instrumentistes d'égal talents : Roscoe Mitchell et Joseph Jarman se disputent les saxophones alors que Lester Bowie sera leur fidèle trompettiste et Malachi Favors leur indéfectible contrebassiste. Pour l'instant en l'absence de batteur attitré, tous cumulent également le rôle de percussionistes. Ainsi, sans devoir se plier à des temps généralement plus marqués, l'Art Ensemble s'offre le luxe d'une musique à la richesse rythmique insoupçonnée qui, avec grand à propos, gère au mieux les respirations et les silences. L'Art Ensemble, mieux que quiconque, a su comment mettre la musique en valeur dans sa gestion de l'espace ; les variations de timbres et de dynamiques donnent une dimension organique supplémentaire à leur musique, la rendant sans doute encore plus insaisissable. Encore plus belle. Son déploiement élastique ne remet pourtant pas en question la structure de leurs morceaux même si, de prime abord, ils semblent en être dépourvus. Théâtrale (les musiciens ne se badigeonnaient-ils pas le visage de peintures rituelles ancestrales ?), lyrique et passionnée (la trompette de Bowie y est pour beaucoup), la suite en deux parties de "People in Sorrow" est un spectacle total, riche en rebondissements qui nous mène lentement vers la porte de sortie ; les notes cristallines du xylophone, les phrasés hypnotiques de la flûte et les interventions éclairs des percussions font monter progressivement la tension, préparant le terrain aux stridences exaspérées des instruments à vents. Son dépouillement extrême et son engagement acoustique exclusif lui confère tout simplement un statut d'oeuvre intemporelle, qui tient autant de la Préhistoire que des temps et des lieux encore vierges de toute présence humaine.

note       Publiée le jeudi 8 août 2002

partagez 'People in sorrow' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "People in sorrow"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "People in sorrow".

ajoutez une note sur : "People in sorrow"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "People in sorrow".

ajoutez un commentaire sur : "People in sorrow"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "People in sorrow".

Klarinetthor › jeudi 26 janvier 2017 - 20:22  message privé !

Celui-ci est tres bon en effet. Le format en deux parties leur convient bien. A noter que Roscoe Mitchell est en residence quelques jours au café Oto debut fevrier avec sa nouvelle mouture de l'Art Ensemble. C'est complet et était tres cher.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › lundi 8 mars 2010 - 16:14  message privé !

Il prend toujours pas une ride ce disque. Don Moye a beau ne pas être encore là, l'Art Ensemble est en place, sa vision pleinement définie, c'est-à-dire constamment en devenir et partant toujours vers de nouvelles sources, de nouvelles origines.

Note donnée au disque :       
julayss › mardi 31 janvier 2006 - 22:53  message privé !
"Americans Swinging In Paris" réunit cet enregistrement avec "Les Stances A Sophie" contenant le fameux Theme de Yoyo. Ca dépote sévère!!!
Note donnée au disque :