Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Art Ensemble Of Chicago › with Fontella Bass

The Art Ensemble Of Chicago › with Fontella Bass

cd • 2 titres

  • 1Part One: How Strange / Part Two: Ole Jed22:03
  • 2Horn Webb19:39

enregistrement

Studio Decca, Paris, France, août 1970

line up

Fontella Bass (chant), Malachi Favors (contrebasse, basse électrique, banjo, sitar, percussions), Joseph Jarman (saxophones alto et soprano, clarinette, hautbois, flûte, sifflet, sirène, guitare, marimba, vibraphone, clochettes, gong, conga), Roscoe Mitchell (saxophones soprano, alto et basse, clarinette, flûte, sifflet, sirène, cymbales, clochettes, gong, steel drum, conga), Don Moye (batterie, marimba, blocks, clochettes)

remarques

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
free jazz > avant garde

Quel bonheur que de pouvoir réécouter un disque découvert alors qu'on n'avait pas encore franchi le cap de la vingtaine... La réédition de ce disque met, pour ainsi dire, un terme à une quête éperdue qui pourrait s'apparenter à celle du Saint Graal tant j'ai retourné ciel et terre pour pouvoir, à nouveau, laisser mon esprit s'en imprégner. Car, sort cruel, ce disque publié furtivement au format cd à la fin des années quatre-vingt, fut très rapidement retiré des bacs pour une raison qui m'échappe, mais qui doit être très certainement bassement mercantile. C'est amusant car je n'avais en vérité plus de souvenir précis au sujet de ce disque. Seulement le sentiment tenace d'avoir été marqué au fer blanc par la force qui s'en dégageait. A cette époque, je plongeais dans la plus parfaite insouciance dans les profondeurs de l'idiome jazz sans prendre au préalable une bouffée d'air pourtant nécessaire. L'apnée sans oxygène m'a réussi faut-il croire. Je découvrais au même moment "People in Sorrow" et le contraste entre ces deux disques, séparés pourtant d'une seule année, était déjà flagrant. Ils viennent de terminer l'enregistrement de la musique du film "Les Stances à Sophie", un autre monument. Pour cela, ils avaient réquisitionné les talents de Don Moye au rôle de batteur, désormais officiel, et qui rempile ici, mais aussi la grande Fontella Bass - accessoirement épouse de Lester Bowie - histoire de donner de réels coups de sang à ce brûlot free jazz funk. C'est la même Fontella Bass qui, à coup de cris, de larmes et de passion, vient donner un relief nouveau à la musique de l'Ensemble déjà peu avare en détails et en émotions fortes sur ce disque plus proche de leur grammaire d'origine. Une fois encore, et bien que ce soit à posteriori que j'ai découvert ce disque, un parallèle évident peut être érigé avec le mythique album d'Archie Shepp, "Blasé", puisque lui aussi jouit d'une présence féminine, en l'occurrence celle de Jeanne Lee. Incandescent, fougueux, virevoltant, habité, les deux longues plages de ce trésor enfin retrouvé véhiculent un tas de sentiments qui vous nouent les tripes. Bien que mes oreilles se soient depuis habituées à de tels degrés d'abstraction, si bien que je retrouve difficilement le côté hors norme qui m'avait tant frappé à l'heure de sa découverte, je reste toujours aussi admiratif et hautement réceptif devant une musique à la personnalité aussi marquée.

note       Publiée le samedi 26 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "with Fontella Bass".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "with Fontella Bass".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "with Fontella Bass".

Dioneo › mercredi 23 mai 2012 - 14:50  message privé !
avatar

J'ai l'impression qu'il y a meilleur compte à passer par l'amazon(ie), pour le coup... Y'a du neuf (via vendeurs de la "plateforme", surtout) à des prix raisonnables, apparemment.

darkmagus › mercredi 23 mai 2012 - 14:45  message privé !

ben vous avez du pot, le dernier que j'ai trouvé, à fructura ou à la canaque, ça remonte à des années.(2 ou 3 au moins), mais c'est vrai que je n'habite plus dans une grande ville. Sinon j'ai du compléter ma collection par l'achat en solde, limite si j'en ai pas volé qques uns...........mais non bien sûr je rigole.......! A qui d'ailleurs, hein ? y'en a nulle part.

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › mercredi 23 mai 2012 - 14:05  message privé !

Beh j'en ai vus pas mal aussi récemment, à la f**c. (je censure, c'est un gros mot)

Dioneo › mercredi 23 mai 2012 - 13:23  message privé !
avatar

Oh, ceci-dit, Fanfare je l'avais trouvé dans un supermarché culturel dont l'enseigne commence par F et se termine par C (ça remeont à quelques années, par contre) ; et Baptizum bien plus récemment au Souffle Continu (Paris), qui en ont aussi quelques autres. J'avais payé les deux des sommes assez modiques, d'ailleurs. (Bon, et ces deux-là je pense m'en occuper un jour ou l'autre, à bien y réfléchir... Les Stances peut-être aussi, d'ailleurs, que j'avais trouvé facilement un truc comme y'a deux ans sous la même enseigne jaunasse).

(On en trouve pas mal chez là-ma-zone, aussi, semble-t-il).

darkmagus › mercredi 23 mai 2012 - 12:31  message privé !

il est en effet quasiment impossible de trouver des cd de l'AEC à la vente, sauf sur les sites de soldeurs sur internet. Ceci explique peut-être l'absence ici de plusieurs indispensables du groupe. Quid effectivement de Fanfare et de Bap Tizum, mais encore plus dommageable selon moi, de The Spiritual, et son délicat "Lori Song" de Full Force et son classique "Charlie M", de Nice Guy et son monumental "JA", de Ancient to the Future et sa relecture de "Creole Love Call", de Third Decade et sa poignante "Prayer For Jimbo", et Urban Bushmen et son irrespectueux et décapant Sun Precondition, et The Alternate Express et son succulent Whatever Happens ? et Coming Home Jamaïca ? et Reunion où tout est à citer ? OK OK je suis fan vous l'avez compris, mais ces albums en valent beaucoup d'autres abondamment cités ici. Certes, la musique de l'AEC est rarement sombre (quoi que les 20 premières minutes de Tribute For Lester comptent parmi les pages les plus lugubres du jazz), mais elle est toujours expérimentale, ce qui justifierai une meilleure présence sur ce site, au demeurant unique, et donc indispensable.

Note donnée au disque :