Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBoris › Flood

Boris › Flood

cd • 4 titres • 70:30 min

  • 1Flood 114:42
  • 2Flood 213:35
  • 3Flood 320:38
  • 4Flood 421:35

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Bazooka Studios, Septembre 2000

line up

Takeshi (chant, basse, guitare), Wata (guitare, echo), Atsuo (batterie, gong)

chronique

Styles
ambient
metal atmosphérique
sludge
Styles personnels
post-metal planant

A peine une ritournelle. Quelques notes de guitare acoustique ténues, en boucle, minimalisme à mille lieux du terrorisme sonore de l'opus précédent. Dès le début, Boris prend son auditoire par surprise. Une boucle donc, qui petit à petit, de façon presque insidieuse, se dédouble, très lentement, les notes se chevauchant, se détachant, se redoublant, on croirait assister au microscope à une mitose cellulaire sonique. Fascinant et hypnotique, comme une plante qui pousse et développe ses excroissances au ralenti. Mais déjà, en arrière, quelque chose se produit, des roulements sur un gong annonciateur d'un orage au loin, qui bientôt noie le son de la ritournelle, entièrement dédoublée. C'est comme l'apparition de la vie dans l'océan, d'un coup, la rythmique retenti en ouverture de la deuxième partie, une lenteur d'origine du monde, et un son de guitare clair comme de l'eau de roche, un balancement de mer tranquille, sereine, apaisante. Répétition sans lourdeur, pas de bourdon, mais bientôt des développements guitaristiques rêveurs, le sommeil paradoxal sonore parfait, on siroterait bien un cocktail fruité si il y avait âme qui vive, ou même une terre en vue. Des riffs bleutés qui mélangent l'azur et les fonds marins en une seule couleur, de plus en plus belle. Et la rythmique disparait, la ritournelle se recroqueville sur elle même, peut-être déjà le temps de s'y lover et s'endormir. Oui mais, l'orage du début revient, cette-fois bien au dessus des flots, et à peine l'ampleur des vagues commence-t-elle à augmenter dangereusement, la guitare à se durcir et se charger de tension, que Boris déchaine la colère des océans, pour de bon cette fois. Une troisième partie qui explose en la plus belle exploration de riffs océaniques imaginables, un vent épique soufflé au dessus des mers, bientôt rejoint alors que le plus dur semblait passé par des lignes de chant clair, invocation en harmonies vocales emportée aux oreilles de Fûjin qui en remet en couche à peine les humains se sont tus. Wata fait rugir son instrument qui cette fois confine au bourdon quand il atteint les sommets de la crête des vagues, un déchainement des éléments propulsé par une batterie protéiforme et terrifiante; Boris rend instantanément hors de propos toute les tentatives à suivre de la cohorte de post-métalleux instrumentaux aux thématiques vaguement maritimes. Bientôt la colère s'éloigne, sous le roulement omniprésent d'un gong encore vibrant et de drones en acier trempé. Et dans un flux et reflux confinant à l'immobile, Boris fait retomber toute pression, dans un decrescendo ambient d'échos où les sons ne cessent de tendre avec douceur vers la chute absolue, vers un silence qui se refuse à complètement annihiler le balancement de la mer, avec une obstination à procéder de façon la plus lente et progressive possible, en suivant la voix lactée qui circule au dessus des flots endormis.

note       Publiée le samedi 31 mars 2012

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Flood".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Flood".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Flood".

vargounet › vendredi 6 avril 2012 - 10:46  message privé !

Je suis étonné de voir autant de notes négatives, que reprochez vous à ce disque ? Pour ma part hormis le morceau d'intro j'ajoute une boule. J'ajouterais que Flood III est fantastique avec cette montée en puissance on vit véritablement un ras de marée ou des forces se déchaînent jusqu'au riff central lancinant présageant une accalmie non sans conséquences. Les deux autres morceaux sont bons aussi !

Note donnée au disque :       
HotOrange › dimanche 1 avril 2012 - 23:43  message privé !

Se laisser dériver entre ciel et mer porté par les ondes profondes de quelques dieux marins, une ambiance anesthésiantes et pourtant tellement agréable.

Ce flood n'est peut être pas un chef d'oeuvre (et encore), mais il fait ce pourquoi il est fait, et plutôt bien.

Edit: En fait c'est vachement plus que plutôt bien et agréable.

Note donnée au disque :       
vargounet › dimanche 1 avril 2012 - 00:22  message privé !

Moi je l'aime bien ce disque ! Par contre flood 1 est crispante et inutile je trouve. La suite relève quand même le niveau et s'avère plus posée.

Note donnée au disque :       
Fryer › samedi 31 mars 2012 - 23:46  message privé !

Chiant comme la pluie.

Note donnée au disque :