Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBoris › Heavy Rocks

Boris › Heavy Rocks

cd | 10 titres | 52:06 min

  • 1 Riot Sugar [03:56]
  • 2 Leak -Truth, yesnoyesnoyes- [04:11]
  • 3 GALAXIANS [04:10]
  • 4 Jackson Head [03:01]
  • 5 Missing Pieces [12:23]
  • 6 Key [01:47]
  • 7 Window Shopping [03:58]
  • 8 Tu, la la [04:21]
  • 9 Aileron [12:46]
  • 10 Czechoslovakia [01:36]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Fangsanalsatan a Sound Square, 2009 - 2010. Produit par Boris.

line up

Takeshi (chant, basse, guitare), Wata (guitare, echo, clavier), Atsuo (chant, batterie, percussions)

Musiciens additionnels : Ian Astbury (chant 1), Michio Kurihara (guitare 2, 5, 7), Aaron Turner (choeurs, guitares, loops 9), Yoshiko Kawakita (chant 7), Kensuke Saito (synthé analogique 3), Faith Coloccia (piano 9)

remarques

Artwork : Fangsanalsatan & Stephen O'Malley

chronique

Styles
stoner
rock
hard rock
doom metal
Styles personnels
soft rocks mostly

Ils auraient du coller un point d'interrogation au titre. Sale idée de reprendre l'identité de leur propre album culte et chef-d'oeuvre dix ans après, le constat est cruel. Un son plus compressé, moins gras, plus clair, plus propre de fait. La lourdeur en prend un petit coup dans l'aile. Ca sent plus le bidouillage à tous les étages, les essais pas toujours transformés, les invités inutiles (Ian, si tu nous regardes). Les brûlots d'antan roulent au diesel, alors on booste avec des bruitages dignes de jeux vidéo d'un autre temps, "Galaxians", en vain. On change les dynamiques, plus franchement foirées que vraiment pop, "Leak - Truth, yesnoyesnoyes", lorgnant sur un métal atmosphérique incolore voir tièdasse, intermède ambient post-rock déjà vu, sans saveur, "Key". Pour le rock lourd, reste une bonne collection de riffs groovy sur "Jackson Head", Wata envoie enfin du bois, c'est carré, ça va pas chercher loin, du bon vieux hard qui tâche le dessus de table. L'envie du thrasher n'est pas loin, "Czechoslovakia", sous forme d'intro uniquement, morceau complet sur un vinyle, probablement. Saleté de pêche aux collectionneurs. Pour la faire courte, ça sent le manque d'inspiration, ou le bâclage. Voire les deux. Peut-être aussi que le trio avait tout mis dans deux morceaux extraordinaires qui se suffiraient à eux même sur un EP imaginaire génial. "Aileron", Wata la reine du riff qui colle aux semelles se rappelle enfin à votre bon souvenir, longue complainte maladive de Takeshi, matière sonore qui enfle au rythme d'une vieille tortue asthmatique, emplissage d'atmosphère avec de sales vibrations, guitares et basses qui bourdonnent de plus en plus, devant déléguer la mélodie à un piano apparu de nulle part. Sublime. Et "Missing Pieces", mélancolique à pleurer, on croirait y entendre un accordéon se lamenter, en retrait d'une voix abattue, batterie saturée anémique qui vient de l'horizon, guitares tintinnabulantes, lent crescendo qui ne cesse de s'interrompre pour mieux repartir par à coups avant l'explosion inéluctable, une tempête électrique qui fige le monde, la mélodie mise à terre par les drones, Atsuo fait vibrer son énorme gong, Michio Kurihara martyrise ses pédales d'effets, puis au milieu du chaos, une rafale de coups qui retentissent, pour ne laisser que de vagues échos qui s'évaporent lentement. Et la mélodie de refaire surface, le crescendo de redémarrer pour se résoudre enfin, conclusion magnifique à la balade pathétique de Takeshi. La sublimation ne passe plus que sur la longueur, mais elle est bien là. Les brûlots garage appartiennent au passé. Des indices de ce qui reste à venir cachés un peu partout, des petits bouts d'électro, des dynamiques plus mélodiques, et derrière le gros stoner répétitif aux riffs graisseux "Window Shopping" en contrepoint duquel Kurihara crisse, racle, et grince, vient se greffer une ligne de chant féminin stoïque très kawaï, même alors que ça tourne au mauvais trip. "On a un peu fait le tour du rock lourd, non ? Dis donc Wata, tu sais qu'en plus d'être une putain de guitariste, t'es plutôt mignonne. Ca te dirais pas de chanter et de faire de la pop ? T'aimes les beats ? Bouge pas, je reviens…"

note       Publiée le vendredi 30 mars 2012

partagez 'Heavy Rocks' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Heavy Rocks"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Heavy Rocks".

ajoutez une note sur : "Heavy Rocks"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Heavy Rocks".

ajoutez un commentaire sur : "Heavy Rocks"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Heavy Rocks".

Fryer › samedi 7 avril 2012 - 22:30  message privé !

Tu confonds avec la Corse.

heirophant › samedi 7 avril 2012 - 22:20  message privé !

Normal, c'est japonais, rien de bon en musique ne peut venir de là bas.

Chris › samedi 7 avril 2012 - 22:14  message privé !
avatar

Moi je reste clairement sur ma faim avec ce genre d'album.

Note donnée au disque :       
sunship › vendredi 30 mars 2012 - 11:45  message privé !

J'aime cet album. Malgré tout j'ai certaines difficultés à y revenir souvent. Il y a notamment ces versions de Jackson Head et Tu La La, nettement inférieures à celles du New Album. Mais il y a Missing Pieces qui monte ma note. J'ai hâte de voir la note que New Album va recevoir. Car celui ci tiens du chef d'oeuvre selon moi.

Note donnée au disque :       
Moonloop › vendredi 30 mars 2012 - 10:57  message privé !

Chronique lascive.