Vous êtes ici › Les groupes / artistesTAmon Tobin › Isam

Amon Tobin › Isam

cd • 12 titres • 49:57 min

  • 1Journeyman
  • 2Piece Of Paper
  • 3Goto 10
  • 4Surge
  • 5Lost & Found
  • 6Wooden Toy
  • 7Mass & Spring
  • 8Calculate
  • 9Kitty Cat
  • 10Bedtime Stories
  • 11Night Swim
  • 12Dropped From The Sky

line up

Amon Tobin

remarques

chronique

Styles
ambient
electro
electronica
Styles personnels
mind game

Un travail d'orfèvre, voilà le mot. L'amour de l'ornement, des enluminures, des choses tramées. La complexité des grandes théories sur une table graphique, des fractales débarrassées de leurs oripeaux, Isam est une mise en situation. Si Tron n'avait pas été une daube, il en aurait été la plus parfaite illustration : environnement lisse numérique palette de couleur aux milliards de pixels, environnement sans odeur, sans pression, sans corps. Quelques afférences du voyage visuel, toutefois (je vous invite à checker votre tube pour les performances live, qui renvoient Hollywood et James Cameron chez Aphex-lol-Twin), on se balade dans des tunnels de couleurs, sans aucune impression de vitesse. Plutôt comme un diaporama très rapide. Comme si Autechre s'était mis à la peinture, s'était débarrassé de ses velléités intello-math-quantum-fucked-up, avait séjourné dans un jeu vidéo indépendant avec Tujiko Noriko, entre deux mondes, entre Beszl et Ul Qoma, c'est un peu ça Isam, c'est l'Orciny électronique, pas du tout Kafkaïen, mais plutôt rêveur, naïf, entre deux murs tramés, des échanges évisés, des équations trop complexe regardée de biais, des beats trop évidents qui poussent à fermer les yeux, au risque de rompre. Un manga de Maasaki Yuasa, aussi, psychédélique dans ses formes dodues, dans son amour entier, son chatoiement enfantin, une succession de représentations cédants la place à une autre puis à une autre puis à une autre... une course poursuite sur les circonvolutions de son propre cortex, et sautiller sur les protubérances, à la fois une grosse montée hilare et la grosse descente des tremblements tendus et de la pensée perforée d'une overdose aux drogues douces. Isam cependant ne provoque pas la nausée, il invite à la rêverie des Studio 4°C, de Shangai Dragon, des rêves positifs devenus réalités, du refoulement efficace des fantasmes : Isam ne se danse pas (ou presque), Isam ne prend pas la tête (ou presque), Isam se joue des tours, se mord la queue, boude ; Isam n'a pas vraiment d'ambitions, il n'en a même pas la prétention : Isam est trop jeune pour ça.

note       Publiée le mardi 1 novembre 2011

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Isam" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Isam".

notes

Note moyenne        13 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Isam".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Isam".

Gros Bidon Envoyez un message privé àGros Bidon

Il y a un avant et un après ISAM tous genres musicaux confondus. Amon Tobin a imaginé de nouveaux sons que des générations de compositeurs de musique contemporaine n'ont jamais réussi à approcher. Goto 10 est le must du genre, l'unique révolution depuis le sacre du printemps d'Igor Stravinsky. Écorché, mécanique, distordu, violent et doux, ISAM a laissé des traces indélébiles du Jazz (Fly Superfly de Laurent de Wilde & Otisto 23) au Rock (Low - Double Négative). Impossible de ne pas s’imprégner en profondeur de cet album.

Note donnée au disque :       
Hallu Envoyez un message privé àHallu

Dark Jovian

Note donnée au disque :       
saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

De quel EP tu parles ??

Note donnée au disque :       
Hallu Envoyez un message privé àHallu

Je l'aime pas celui là, trop de bruitages, de "plic" "paf" "boum" "hop", on dirait une BD de Pif. Le dernier EP est mieux, même si c'est essentiellement de l'ambient/score. Et Foley Room est un chef d’œuvre à côté.

Note donnée au disque :       
Solvant Envoyez un message privé àSolvant

AMON TOBIN ISAM 2.0 Musique électronique La Vilette 13/03/2013 à 19h30.