Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGuns N' Roses › Appetite for destruction

Guns N' Roses › Appetite for destruction

  • 1987 - Geffen, GED 24148 (1 cd)

cd | 12 titres | 53:50 min

  • 1 Welcome to the jungle [04:34]
  • 2 It's so easy [03:23]
  • 3 Nightrain [04:28]
  • 4 Out ta get me [04:24]
  • 5 Mr. Brownstone [03:49]
  • 6 Paradise city [06:46]
  • 7 My Michelle [03:40]
  • 8 Think about you [03:52]
  • 9 Sweet child o' mine [05:56]
  • 10 You're crazy [03:17]
  • 11 Anything goes [03:26]
  • 12 Rocket queen [06:13]

enregistrement

Enregistré aux Rumbo Studios, au Canoga Park, au Take One Studio et au Can Am Studio

line up

Steven Adler (batterie), Duff Mckagan (basse, chant), W. Axl Rose (chant, claviers, percussions), Slash (guitares), Izzy Stradlin (guitares, chant, percussions)

chronique

Les choses sérieuses commencent réellement maintenant ! On dit que l'appétit vient en mangeant, après l'apéro que représentait l'EP de 1986, voici le premier album ! Et quel album... Comment parler d'un tel monument du rock en quelques lignes. De toute manière, tout le monde le connait par cœur, tout le monde sait que c'est un chef d'œuvre, donc je n'ai plus grand chose à ajouter... Voilà, en 1987, Guns N' Roses, c'est le groupe de rock des Etats-Unis du moment, celui qui fait peur à tous les parents avec ce premier album qui se vendra à un rythme soutenu pour atteindre à l'heure actuelle 28 millions de copies (putain, 28.000.000 ! Presque la moitié de la population française !!). Bon, je vais pas me la jouer, "le plus tu vends, le meilleur t'es", mais en termes de phénomène mondial, ça a son poids. Sérieusement, sur cette galette, TOUS les morceaux sont monstrueux. Ce n'est que du rock n' roll, comme le disait si bien Mick Jagger, mais des fois, c'est un peu plus que ça... L'alchimie entre les cinq musiciens est parfaite, le front-man qu'est Axl a un charisme démentielle, une attitude et un chant très personnels dirons-nous. Souvent haïs, le groupe n'en fera souvent qu'à sa tête. A la guitare, on découvre un musicien hors pair qui deviendra par la suite l'un des plus prisés des 6-cordistes des années 90, Slash et sa célèbre Les Paul (sans oublier son fameux chapeau) apportent un feeling à la fois bluesy et terriblement inventif pour des solos fabuleux et quelques morceaux de bravoures comme l'énormissime intro de "Sweet child o' mine". Qu'il s'agisse de rock direct et énergique comme avec "Mr. Brownstone" ou "Nightrain" ou des morceaux plus recherchés et aux structures plus alambiquées comme l'excellent "Rocket queen" ou le hit "Paradise city" (qui n'a pas chanté à tue-tête le refrain pendant des mois et des mois ???), le groupe propose un style unique et un feeling dantesque. Tout est à la fois réuni dans ces 12 titres, un chant qui va à 100 à l'heure avec des riffs facilement assimilables, des solos magiques et une rythmique de plomb. Voilà ce que je considère comme un album parfait, en terme de pur rock n' roll. Mais ce qui sera encore plus fort selon moi, c'est que le groupe réussira à confirmer par la suite avec des disques extraordinairement diversifiés et tout aussi inspirés. Beaucoup considèrent cet album comme le sommet du groupe. Pour moi, il s'agit simplement d'un des très nombreux chefs d'œuvres du groupe. Unique, parfait, légendaire, cet "Appetite for destruction" n'est que l'hors d'œuvre...

note       Publiée le dimanche 10 janvier 2010

partagez 'Appetite for destruction' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Appetite for destruction"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Appetite for destruction".

ajoutez une note sur : "Appetite for destruction"

Note moyenne :        42 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Appetite for destruction".

ajoutez un commentaire sur : "Appetite for destruction"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Appetite for destruction".

The Gloth › jeudi 29 juin 2017 - 12:49  message privé !

Non, je pense justement que tous ces changements de fringues ont pour but de l'occuper entre les chansons, plutôt que de raconter des conneries.

Note donnée au disque :       
Rastignac › mardi 27 juin 2017 - 22:27  message privé !
avatar

Fait-il toujours des monologues sur tous les gens qu'ils n'aiment pas ? Parce que ça ajoute toujours un peu de bon sel absurde dans leurs concerts.

Note donnée au disque :       
The Gloth › lundi 26 juin 2017 - 16:35  message privé !

Vus ce weekend à Werchter, même endroit qu'il y a 24 ans, pas au même prix (mais j'avais chopé un place au rabais). 3 heures de concert, tous les classiques, quelques reprises. Interprétation impeccable, et en guise de show on a principalement le défilé de fringues d'Axl, qui change au moins neuf fois de veste, autant de T-shirts, trois fois de chapeaux, et qui porte des bagouzes aussi grosses qu'une boîte à bijoux, ce qui a eu le mérite de bien nous faire rire.

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 3 février 2016 - 13:53  message privé !
avatar

ben apparemment son manager a déclaré qu'il était ok pour une reformation le Izzy ; en fait celui qui bloquera ça sera axl non ? :D

Note donnée au disque :       
Sheer-khan › mercredi 3 février 2016 - 11:56  message privé !
avatar

"même si son apport niveau écriture des morceaux est crucial !!"

Voilà... c'est un peu mon propos...