Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGuns n' Roses › Ride the wild horses - Tokyo, 22 fev. 1992

Guns n' Roses › Ride the wild horses - Tokyo, 22 fev. 1992

  • 1992 • Pathos 001-3 • 3 CD

cd 1 • 11 titres • 62:11 min

  • 1Nightrain05:23
  • 2Mr. Brownstone05:06
  • 3Live and let die03:36 [reprise des Wings]
  • 4It's so easy04:09
  • 5Bad obsession07:30
  • 6Attitude01:41 [reprise des Misfits]
  • 7Pretty tied up05:35
  • 8Welcome to the jungle05:39
  • 9Don't cry06:45
  • 10Double talkin' jive08:14
  • 11Civil war08:27 [incluant "Voodoo chile" - reprise de Jimi Hendrix]

cd 2 • 7 titres • 55:57 min

  • 1Wild horses04:09 [reprise des Rolling Stones]
  • 2Patience06:55
  • 3You could be mine07:03
  • 4Piano solo / November rain12:32
  • 5Band introduction / solos (batterie / guitares)12:54
  • 6The Godfather theme04:31 [incluant "Sail away sweet sister" - reprise de Queen]
  • 7Sweet child o'mine07:50 [incluant "Bad time" - reprise de Grand Funk Railroad]

cd 3 • 6 titres • 52:55 min

  • 1So fine05:02
  • 2Rocket queen09:25
  • 3Move to the city08:00
  • 4Knockin' on heaven's door13:38 [reprise de Bob Dylan]
  • 5Estranged09:25
  • 6Paradise city07:22

enregistrement

Enregistré live au Tokyo Dome le 22 février 1992

line up

Gilby Clarke (guitare, chant), Duff Mckagan (basse, chant, batterie), Dizzy Reed (claviers, percussions), W. Axl Rose (chant), Slash (guitare), Matt Sorum (batterie, chant)

Musiciens additionnels : Teddy "zig Zag" Andreadis (harmonica, percussions), Tracey Amos (chant), Roberta Freeman (chant), Cece Worrall-Rubin (trompette), Lisa Maxwell (trompette), Anne King (trompette)

remarques

chronique

Je reprends mes chroniques de bootlegs des Guns. Là, on se trouve au début de la deuxième partie du "Use your illusions World Tour", en février 1992 à Tokyo au Japon. Pour les plus fans d'entre nous, il s'agit du concert ayant servi aux deux vidéos officielles sorties à l'époque, sobrement intitulées du nom de la tournée. Depuis la tournée américaine qui a duré 6 mois pendant l'année 1991, on peut noter de nombreux changements. Tout d'abord, au niveau du line-up, le fidèle pote d'Axl, Izzy Stradlin, est parti, remplacé par Gilby Clarke, mais surtout, le changement principal pour moi, si on peut appeler ça un changement, se situe au niveau de la construction des concerts. Auparavant, les concerts enchaînaient les titres, on avait tout de même quelques reprises, quelques solos, des variations d'atmosphères tout au long du concert (piano, solos de guitare, partie acoustique, titres rapides, titres plus lents, etc), mais là, c'est un peu comme si le groupe s'était vraiment lâché et qu'il assumait totalement le fait ne de pas simplement jouer une vingtaine de morceaux, mais d'ajouter des trucs en bonus, des p'tits jams, des reprises inédites, bref tout un tas de choses qui ajoutent encore à l'intérêt de venir voir ce groupe en concert. Là, en 1992, c'est un peu le summum de Guns N' Roses en concert, 2h30-3h de concert, un début sur les chapeaux de roue avec des titres rentre-dedans avant un petit intermède pour l'intro de "Bad obsession" avec l'harmonica de Teddy Andreadis, une reprise inédite - à l'époque - "Attitude", qu'on retrouvera un an plus tard dans le "Spaghetti incident?", on retrouve l'enchainement "Double talkin' jive"-"Civil war" entrecoupé de divers solos de guitares (dont le fameux "Voodoo chile" de Jimi Hendrix. Le nouveau venu Gilby Clarke introduit une version personnelle et décalée du "Wild horses" des Rolling Stones. Bref, plein de p'tites surprises qui donnent du rythme au concert et qui apportent plus qu'un simple concert de "hard rock". Et ce n'est presque que le début, parce que ces ajouts, qu'on retrouve au milieu de vrais brûlots des Gunners, tels que "Welcome to the jungle", "You could be mine", "Pretty tied up", It's so easy", on en retrouve à partir de "November rain" quasiment sans arrêt, des solos de piano, de batterie (avec même Duff qui donne un coup de main à Matt Sorum), de guitare, duo batterie/basse, puis trio batterie/basse/guitare qui s’enchaîne sur le fameux thème du "Parrain", juste énorme, avant un "Sweet child o'mine", introduit par du Queen et du Grand Funk Railroad ! Voilà du changement dans les concerts des Guns. Et je dois avouer que c'est juste parfait ! Pour toutes ces raisons, un concert des Guns, ça n'a absolument rien à voir avec aucun autre concert de rock. Les interprétations des morceaux sont aux p'tits oignons, on sent vraiment le groupe super à l'aise avec un feeling nickel et une véritable osmose entre chacun des musiciens. Les morceaux sont bien puissants et énergiques, Slash reste fidèle à lui-même (même si on peut voir quelques petites fausses notes par-ci par-là !). En fin de concert, on peut noter la présence un peu surprenante du "So fine" qui aurait mieux fait de figurer sur l'album solo de Duff McKagan ! "Rocket queen" contient un pont totalement remanié avec une partie funky assez particulière mais qui s'avère finalement assez sympa, "Move to the city", autre surprise du chef, est elle aussi totalement ré-aménagée avec une section cuivre et des solos ajoutés (un pour chacun des cuivres, ainsi que pour les guitares). Pour le coup, ce morceau est totalement changé et bien que j'apprécie beaucoup l'originale, celle-là est aussi très bonne et intéressante. "Knockin' on heaven's door" est aussi complètement changé, beaucoup moins rock que par le passé, avec tout un tas de solos et une partie reggae sur la fin ! Le concert se termine par l'immense "Estranged" et le fameux "Paradise city" encore une fois totalement fou et déjanté ! Bref, voilà ce qu'était un concert de Guns N' Roses en 1992. Quand je vois les groupes qui alignent 15 morceaux pour 1h20 de show et quand j'écoute un de ces live, je me dis qu'il y en a qui n'ont pas la même vision de ce qu'est un concert. Pour moi, il n'y a pas photo, Guns N' Roses en live à cette période, c'était juste le summum de ce qu'on pouvait avoir en concert, de la recherche, des morceaux purement rock n' roll, de l'énergie, des surprises, des reprises, des solos, des ajouts, des changements, bref ce zeste de folie qui fait d'une simple soirée-concert un évènement majeur. Alors bien sûr, ce bootleg n'est peut-être pas obligatoire quand on possède les vidéos, mais n'empêche, se mettre ces 3 CD dans la platine, c'est juste un moment de bonheur (nostalgique ?) complet !

note       Publiée le samedi 5 janvier 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ride the wild horses - Tokyo, 22 fev. 1992".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ride the wild horses - Tokyo, 22 fev. 1992".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ride the wild horses - Tokyo, 22 fev. 1992".

Chris › mardi 1 septembre 2015 - 22:02  message privé !
avatar

Je possède une autre version de ce live intitulée "Banzai" sur 2 CDs seulement avec quelques morceaux en moins. Je rejoins tout à fait la chronique de Nicko, on a affaire ici à du très très lourd. Un instantané d'un groupe alors à son apogée. Tout simplement énorme !

Note donnée au disque :       
god › mercredi 9 janvier 2013 - 14:31  message privé !

J'ai fini par trouver ce fameux 'ride the wild horse' en surfant sur le web...

sur isohunt.com, pour ètre plus précis...

god › mercredi 9 janvier 2013 - 02:29  message privé !

eh bien, je vais continuer mes recherche sur le net... Avec un peu de chance, je vais peut-ètre finir par trouver quelque chose...

Nicko › mercredi 9 janvier 2013 - 00:10  message privé !
avatar

Dans divers magasins d'occaz'. "One in a million" à Bruxelles, "Acoustic jam" lors d'une brocante en banlieue parisienne (véridique - 5€), ce "Ride the wild horses" à la foire aux disques de Rennes, "Dramas & traumas" en Belgique aussi je crois. Faut fouiner, tu trouves rarement, mais les peu de fois où ça arrive, ben, t'es heureux ! :-) Sinon, d'autres par hasard, dans ceux à venir, y'en a qui m'ont été donné par des potes qui avaient ces boots sans trop savoir pourquoi... Sinon, il y en a aussi qui sont gravés et que j'ai trouvé sur le net ou qui m'ont été gravé par le fondateur du site français de fans, GN'R France, y'a bien une dizaine d'années ! En tout cas, c'est un travail de longue haleine ! ;-)

Note donnée au disque :       
god › mardi 8 janvier 2013 - 14:34  message privé !

Ou trouve-tu tous ces bootlegs des Guns ?? J'ai chercher partout et je n'ai rien trouvé....