Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRedshift › Siren

Redshift › Siren

cd | 4 titres

  • 1 Bleed part 1-5 [28:42]
  • 2 Wraith [11:03]
  • 3 Bombers In The Desert [7:59]
  • 4 Siren part 1-5 [18:28]

enregistrement

En concert au Festival D'Alfa Centauri à Huizen, au Pays Bas (Netherlands) le 10 Avril 99

line up

James Goddard : Synthétiseurs, piano électrique et échantillonage Rob Jenkins : Guitare électrique, synthétiseur et séquenceur Julian Shreeve : Synthétiseurs, échantillonage et séquenceur Mark Shreeve : Synthétiseurs, séquenceur et FX

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Enregistré lors du concert d’Alfa Centauri au Pays-Bas en 1999, Siren est imprégné de l’atmosphère lourde et multidirectionnelle qui régnait sur Ether. D’ailleurs Bleed est, soit la continuité d’Ether, ou Ether, version spectacle. L’intro est quelque peu différente, le séquenceur plus pesant mais les grosses modulations séquentielles sont les mêmes, avec les segments de guitares et synthé disposés à des endroits différents. Mais tout le charme Redshift y est présent. Après un lourd intro où chœurs fantomatiques se fusionnent avec des bourdonnements qui pulsent une résonance obscure, des notes cristallines forment une ligne séquentielle sur un mellotron qui pousse le mouvement en valse futuriste. Plus lourde, la séquence ondule sur un mouvement linéaire qui est surpassé par une autre ligne plus modérée, ralentissant l’allure. De là, le tempo emprunte différents corridors visités par la sulfureuse guitare de Jenkins et le synthé de Julian Shreeve. C’est bon, mais le titre aurait du être Ether. À tout le moins Ether 2. Wraith est bâtie dans le même moule. Intro flottant, séquenceur alerte sur chœurs denses et sombres sur un rythme lent, envoûtant où synthé et guitares décorent l’ambiance de souffles et cris d’outre tombe. Un titre qui, honnêtement aurait pu faire la 6ième partie de Bleed, tant la ressemblance est tangible. Quoique ayant un tempo légèrement plus lent,Bombers in the Desert est en tout point fidèle, avec quelques petites modifications aux niveau des effets sonores, à la version sur Ether. Un titre trop bon (Voir chronique sur Ether) pour pâtir de quelconques modifications. Ici, il empiète sur l’ouverture de Siren, qui laisse entendre un piano seul, dans une brume métallique aux petites heures des ténèbres. Une belle flûte mellotronnée parfume l’ambiance d’une aura mystique. Elle se fond sur une pulsation bourdonnante et des percussions vaporeuses qui claquent dans une atmosphère intrigante. Le tempo est lourd et menaçant, déchiré par des solos de guitares aiguës il progresse avec une basse résonnante qui amplifie son effet peu cordial. Une séquence agile installe un mouvement qui vibre de ses accords. Et la sirène s’éveille sur un rythme soutenu par un séquenceur sobre aux impulsions aléatoires et limpides, de superbes solos de guitares et un synthé qui s’ajuste aux mouvements, par ses solos et passages orchestraux. Du Redshift à l’état d’Ether. Siren est certes l’un des cd les plus intéressants en 2002. Les amateurs d’Ether, qui en voulaient plus, seront ravis. Tout comme les amateurs de Redshift, qui réussi encore à explorer les obscurs sentiers d’une musique oubliée avec la justesse d’une ère plus moderne. Tout simplement irrésistible.

note       Publiée le vendredi 22 septembre 2006

partagez 'Siren' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Siren"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Siren".

ajoutez une note sur : "Siren"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Siren".

ajoutez un commentaire sur : "Siren"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Siren".

Phaedream › lundi 12 mars 2007 - 19:05  message privé !
avatar
Voir Redshift... Chanceux va!. J'imagine l'ambiance avec l'intimidant gros Moog et les séquences à l'emporte oreilles.... Mark Shreeve est le prince noir de la MÉ!
Note donnée au disque :       
gkar02300 › dimanche 11 mars 2007 - 22:21  message privé !
Le seul concert qui à pu declencher chez moi une vague de frissons intenses.........Un MUST
Note donnée au disque :