Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWThe Who › Who's next

The Who › Who's next

9 titres - 43:35 min

  • 1/ Baba O'Riley (5:08)
  • 2/ Bargain (5:34)
  • 3/ Love Ain't for Keeping (2:10)
  • 4/ My Wife (3:41)
  • 5/ The Song Is Over (6:14)
  • 6/ Getting in Tune (4:50)
  • 7/ Going Mobile (3:43)
  • 8/ Behind Blue Eyes (3:42)
  • 9/ Won't Get Fooled Again (8:33)

enregistrement

Olympic Studios et Stargroves, Londres, Angleterre, 1971

line up

Nicky Hopkins (piano), Pete Townshend (guitare, VCS3, synthétiseur, chant), John Entwistle (basse, piano, cuivres, chant), Keith Moon (batterie, percussions), Roger Daltrey (chant), Dave Arbus (violon)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
rock
Styles personnels
hard rock

Réaction typiquement progmonstrueuse, ça me tape sur le système d'entendre "Baba O'Riley" ou "Won't Get Fooled Again" utilisés comme générique télé de la manière la plus incongrue qui soit pour des feuilletons américains tout ce qu'il y a de plus linéaires et qui n'ont d'experts que le nom... Il était donc temps pour moi d'en parler, et ce matraquage involontaire m'y a peut-être grandement aidé. Pour les quelques retardataires, veuillez noter que les Who font partie de ces quelques groupes britanniques de légende à avoir permi à la musique rock d'accéder au statut qu'on lui connaît aujourd'hui... Car, oui, il fût un temps où le rock ne dominait pas encore le monde. Unanimement célébrés pour leur double concept album appelé "Tommy" - et que je trouve personnellement largement surestimé - ou encore pour leur explosif "Live at Leeds", les Who ont, à mon humble avis, atteint la quintessence de leur oeuvre avec ce disque, leur huitième album studio, "Who's Next", paru en 1971, faisant d'eux de potentiels rivaux auprès d'un Led Zeppelin alors au sommet de la gloire. Hélas, l'histoire veut que le groupe n'ait pas tenu ses promesses, s'empetrant dans les problèmes et les exercices aux vocations ambitieuses ratés ("Quadrophenia")... Mais "Who's Next" demeure un de ces monolithes imposants laissés sur la grande route du rock, une borne référentielle sur laquelle on se retourne toujours empli d'admiration. Tous les titres de cet album n'ont pas le même potentiel, mais il s'en dégage néanmoins une rélle puissance, un son plein la face, où guitare, basse, batterie et chant, marchent d'un pas conquérant à l'assaut de vos enceintes. "Love Ain't for Keeping" vaut bien un "Living Loving Maid". "Getting in Tune" ou "Going Mobile" pareil, voire mieux. "My Wife" pourrait prêter à rire, mais il est tout de même foutrement bien torché, et assuré quasi seul par John Entwistle (chant, basse, piano et cuivres). "Behind Blue Eyes" devrait pouvoir effacer de vos mémoires la reprise pénible que l'on doit aux Limp Bizkit. Mais pour le reste, moi je dis banco ! C'est puissant, énergique, imaginatif (voyez l'utilisation judicieuse que fait Pete Townshend du synthétiseur sur les premier et dernier titre de ce recueil), sans parler évidemment de l'éblouissante intervention au violon de Dave Arbus sur "Baba O'Riley"... Bref, j'en perds mes moyens tellement ce disque est rude et... puissant ! Y a pas d'autres mots. Bon, y en aura toujours pour dire qu'au sortir de cette chronique, ils n'auront rien appris sur le contenu du disque. Peut-être. Et je m'en fous... Parce que si vous aviez seulement approché l'urgence qui se dégage de ce disque, vous auriez vite compris qu'il est assez difficile d'en dire quoi que ce soit d'autre. La seule chose qu'il vous reste à faire, c'est de découvrir sans plus attendre - si ce n'est toujours pas le cas - ce "Who's Next" impérial. Un monument du rock.

note       Publiée le jeudi 1 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Who's next".

notes

Note moyenne        43 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Who's next".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Who's next".

boumbastik › lundi 18 avril 2016 - 19:53  message privé !

"Ces mecs étaient terribles putain" : oui

Note donnée au disque :       
Rikkit › dimanche 17 avril 2016 - 22:54  message privé !

Euh, Naked Eye et Water pas terribles ? Je trouve qu'ils captent la puissance absolument phénoménale du groupe sur scène, qui contrairement au Zeppelin, savait reproduire en live l’énergie surnaturelle du studio, en mieux.

Ces mecs étaient terribles putain.

Note donnée au disque :       
nicola › lundi 1 février 2016 - 13:53  message privé !
Twilight › lundi 1 février 2016 - 13:49  message privé !
avatar

J'y ai songé...Mais franchement, je manque cruellement de temps. Si un collègue veut s'y coller...

Note donnée au disque :       
zugal21 › lundi 1 février 2016 - 13:16  message privé !

Chopé le Deluxe. Et bon oui, je rejoins le post de boumbastik : les bonus sont pas terribles. Quant à la remastérisation ... j'ai entendu des remastérisés beaucoup plus convaincants

Note donnée au disque :