Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesISusie Ibarra › Flower After Flower

Susie Ibarra › Flower After Flower

  • 2000 - Tzadik, TZ 7057 (1 cd)

8 titres - 57:26 min

  • 1/ Illumination
  • 2/ Fractal 1
  • 3/ The Ancients
  • 4/ Fractal 2
  • 5/ Flower After Flower
  • 6/ Fractal 3
  • 7/ Human Beginnings
  • 8/ Fractal 4

enregistrement

Avatar Studio, NYC par Jim Anderson. Produit par Susie Ibarra. Producteur Executif : John Zorn.

line up

Charles Burnham (violon), Susie Ibarra (batterie, percussion, kulintang), John Lindberg (contrebasse), Pauline Oliveros (1932-2016) (accordéon), Wadada Leo Smith (trompette, balais), Chris Speed (clarinette), Cooper Moore (piano, flûte), Assif Tsahar (clarinette basse)

chronique

Styles
jazz
avant garde
musique classique
contemporain
Styles personnels
prosodie post-exotique

Fin de siècle, début de millénaire. Le jazz a depuis longtemps laminé le tempo ; le free l’a explosé ; Schoenberg et l’école de Vienne, puis d'autres Sériels, ont nié, détruit la métrique ; le monde a pénétré l’occident, répandu partout ses comptes asymétriques ; partout aussi les machines clouent le beat ; depuis un moment, déjà, des circuits imprimés bourdonnent sans mesure. Alors qu’est-ce qu’il reste du Rythme ? Qu’est-ce qu’on peut en faire ? Comment peut-on encore en faire ? Ces questions-là, les musiciens ici présents ne les posent pas : ils préfèrent les pratiquer. La réponse (libre et provisoire) qu’ils proposent en l’espèce de cette suite – huit plages alternant mouvements d’ensemble en effectif variable et courts passages solistes (les Fractals) - s’appelle vitesse. Ou plutôt vitesses. Non pas la constante précipitation, la double-pédale, la frénésie sans pause. Non : la vitesse comme écoulement plutôt que pulsation. Question de débit, d’intensités. De différentiel et de glissements. La vitesse comme usage et perception du temps. Ce que cette musique puise dans le passé, les écoles, divers courants et traditions, ce sont moins des timbres, des arrangements, des modes ou des gammes que de telles perceptions. Des topographies qui sont des espaces-temps. Des affects plus que des sentiments. The Ancients, par exemple, déploie cette lenteur tendue, parcourue de trajectoires sinueuses, propre à certaines traditions extrême-orientales : gagaku japonais, chinois ou coréen, mais surtout gamelan javanais ; aucun emprunt direct pourtant, aucune citation ; ni exotisme ni fusion ; ce qui dans cette pièce est un Ailleurs, une Asie du Sud Est, c’est moins la présence finalement anecdotique du kulintang (xylophone Philippin) qu’une étale alacrité, un état de méditation vivide. Human Beginings est d’abord un mouvement de houle, ample, puissant, qui soudain s’emballe en danse de noce, une espèce de gigue extraordinairement entraînante, scandée par une clavé pourtant étrangement décalée et des claquements de mains impeccables. Le tout se transmute en une folie afro-klezmer perturbée par les cymbales cisaillantes de Susie et par ses peaux tout en syncopes polyrythmiques (ce n’est pas en vain qu’elle a étudié avec Milford Graves, ce maître singulier) ; puis en souffles mêlés qui s’apaisent (la trompette de Wadada Smith et l’accordéon deep listening de Pauline Oliveros) ; enfin tout se résout (très momentanément) en un swing d'Asie Mineure aux rudes accents mingusiens. Et juste après, la tempête rythmique du Fractal 4 (Ibarra seule derrière son kit). On pourrait scruter ainsi toute l’œuvre : jamais on n’a l’impression d’un collage, d’éléments décoratifs plaqués sur une structure jazz ou contemporaine. Aucun cliché d’Orient, benjoin ou arabesques, aucun tic d’improvisation. Chaque partie reste ouverte et indépendante, unique mais cohérente avec ce qui l’entoure. L’unité de cette musique (et sa brillante réussite) vient de ce qu’elle sécrète son temps propre et nous les transmet. Elle n’use pas du rythme : elle est son propre rythme. Et on le suit, sans jamais marcher au pas. On danse sans avoir à compter. On veut voir où il nous entraîne. On aime sa vitesse parce qu’elle est mystère.

note       Publiée le mardi 1 juillet 2008

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

partagez 'Flower After Flower' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Flower After Flower"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Flower After Flower".

ajoutez une note sur : "Flower After Flower"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Flower After Flower".

ajoutez un commentaire sur : "Flower After Flower"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Flower After Flower".

Moonloop › jeudi 13 décembre 2012 - 11:45  message privé !

Je fais souvent l'impasse sur le premier morceau, "Illumination". Je vais être un peu cruel avec lui mais, je ne trouve pas Wadada très seyant ici, un peu "barbant" même, si j'ose dire... Sinon oui, disque très sensible, très "naturel" dans le sens ou elle ne semble jamais très loin ici, la "mère" nature (EDIT: elle est "membre" à part entière finalement). Elle transparait dans cet écoulement, dans ces quelques "susurrations", dans cette chaleur, ce feu qui enveloppe, qui nimbe, puis dans cet aspect plus terrien et rythmé de "Human Beginnings"... (Par ailleurs, j'avais complètement oublié que Pauline Oliveros figurait sur ce disque...)

Note donnée au disque :       
Dioneo › mercredi 2 juillet 2008 - 00:52  message privé !
avatar
OK, j'avoue, j'ai piqué la notion à Antoine Volodine (si c'était là le sens de ta question). Je trouve un rapport d'approche et de rendu entre cette musique et ses livres, même si à ma connaissance il n'y a pas de lien factuel (j'ignore si Volodine connaît Susie Ibarra et je serais surpris de l'inverse). Dans la mise en œuvre des vitesses justement, et puis dans cette drôle d'impression d'un Ailleurs Familier/Ici Étranger. Post-exotique aussi parce que la notion d'exotisme a muté depuis pas mal de guerres et de fin d'empires. Et depuis pas mal de marchés...
gloq › mercredi 2 juillet 2008 - 00:18  message privé !
post-exotique ? post-exotique comment ? post-exotique comme... ? post-exotique ?
Coltranophile › mardi 1 juillet 2008 - 13:06  message privé !
En effet, on peut même dire (j'espère ne pas me faire taxer de sexiste), qu'elle a réellement amené une sensibilité à fleur de peau, que certains diront typiquement féminine, à la batterie jazz.
Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 1 juillet 2008 - 13:01  message privé !
avatar
Ah oui, je vois mieux. Souveraine en effet. Par contre jamais "froide" ou neutre.