Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDrudkh › Estrangement

Drudkh › Estrangement

cd • 4 titres

  • 1Solitary Endless Path
  • 2Skies At Our Feet
  • 3Where Horizons End
  • 4Only The Wind Remembers My Name

enregistrement

Enregistré au studio AudioAlchemia.

line up

Roman Saenko (guitare, basse, chant), Thurios (voix, claviers), Amorth (batterie)

remarques

L'édition deluxe limitée à 1000 exemplaires disponible uniquement auprès de Supernal Music propose un livret de 16 pages sur un papier de qualité avec les traductions des paroles en anglais, un packaging extérieur plus travaillé et un pressage du CD particulier.

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
pagan black contemplatif

Après son apparté acoustico-folklorique "Songs Of Grief And Solitude" et le prémonitoire EP "Anti-urban", Drudkh reprend la procession du culte de l'Automne ukrainien et c'est un immense plaisir pour moi d'ajouter aux côtés des autres ce vitrail à la cathédrale d'un groupe définitivement fantastique. Depuis "Blood In Our Wells", album de la césure avec Hate Forest, le trio slave avait quelque peu durci le ton. Et bien le nouveau Drudkh concentre un peu plus la vision de Roman Saenko, la fusion d'un retour à la source "Forgotten Legends" avec la désormais morte forêt de la haine se confirme, à travers cette fois la mise en musique des poésies d'Oleg Ol'zhych (exécuté par les nazis en 1944). L'apathie doucereuse, hypnotique et contemplative cotoie désormais par moments une tristesse belliqueuse et révoltée. La nuit commence à tomber sur la clairière, où les feuilles orangées semblent avoir fini de mourir. Le son s'est à nouveau compacté, le chant réaffirme son rôle, les instruments se sont aiguisés, notamment dans les aigus, l'entité se rétracte et se redécouvre. "Solitary Endless Path" témoigne assez tôt de cette nouvelle dualité. Dès le début, le familier parfum sylvestre à s'ouvrir les veines s'échappe en volutes de nos enceintes mais pourtant déjà la batterie veut en découdre, pressée de sortir de son carcan rythmique lancinant. C'est alors que Drudkh bascule dans la colère, ouvre un oeil et blaste. Un blast glacial et relativement court, que souligne une pulsation guitaristique rampant sous un motif totalement noir et déchu; puis, décontenancé par ce sursaut, le guerrier hurle sa nostalgie d'un solo virevoltant, porteur de mille incompréhensions, de mille ressentiments. Retrouvant son abandon paganiste sur l'édifiant "Skies At Our Feet", ses guitares trompeusement paisibles, sa nappe de clavier morne et indispensable, la musique s'étiole, s'assoupit de nouveau, laisse s'exprimer les soli, prend le temps d'imposer son développement, quand soudain l'impensable se produit: Drudkh relève la tête, empoigne son arme, et emplit le ciel avec détermination d'une envolée fabuleuse, rapide et aérienne, messager d'un espoir douloureux, d'un esthétisme envahissant de pureté. C'est sur cette même forme, bien qu'adoucie, que débute "Where Horizons End", pour mieux s'apaiser au fil des minutes, reprendre cette incomparable osmose avec la Nature et l'ancien temps et achever son retour au calme solennel par l'instrumental court et si bien nommé "Only The Wind Remembers My Name". Autre temps, autre voyage. Mais si les cendres de Hate Forest brûlent à présent au pied d'un arbre, le sanctuaire reste inviolable et sa magie intacte. Puisse celui-ci ne jamais être profané.

note       Publiée le mardi 29 janvier 2008

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Estrangement".

notes

Note moyenne        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Estrangement".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Estrangement".

Demonaz Vikernes › mercredi 31 janvier 2018 - 08:50  message privé !

...et le dernier bon album du groupe d'ailleurs. Le sanctuaire a été rapidement profané par la suite...

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mardi 1 avril 2014 - 20:03  message privé !

Un superbe album. En deçà de Autumn Aurora ou Blood in our Wells, mais quand même...

Note donnée au disque :       
Maradona › lundi 27 octobre 2008 - 18:01  message privé !

Drudkh est en mode pilotage automatique. La ballade est agréable mais les paysages un peu trop familiers. Un peu dans le style, les ricains de Wolves In The Throne Room sont phénoménaux. à quand les chros sur Guts?

Note donnée au disque :       
vargounet › mardi 29 janvier 2008 - 16:20  message privé !
Album dispensable, en effet. Attention à la redite. Ca reste sympathique mais (beaucoup) moins inspiré que les albums précédents.
Note donnée au disque :       
Aym › mardi 29 janvier 2008 - 15:14  message privé !
avatar
Le seul bémol pour moi est le solo de "Where Horizons End", qui détonne légèrement avec le riff de fond. Ceci dit michel, effectivement "Skies At Our Feet" et "Only The Wind Remembers My Name" sont au dessus. Cependant j'avoue avoir été vraiment séduit à titre personnel par l'excellente incorporation d'Hate Forest, et je trouve que c'est une sortie qui reste quand même à des kilomètres de la production actuelle!
Note donnée au disque :