Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDrudkh › The swan road

Drudkh › The swan road

cd • 7 titres

  • 11648
  • 2Eternal sun
  • 3Blood
  • 4Glare of 1768
  • 5The price of freedom
  • 6Fate
  • 7Song of sich destruction

enregistrement

Enregistré en été 2004.

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
pagan black metal

Il faudra de nombreuses écoutes pour admettre que c'est bel et bien Drudkh qui nous revient ici par "The swan road". Mais on finira par y arriver. Car si le mystérieux combo est toujours décidé à faire du pagan triste, déchirant même, il brouille terriblement les pistes du passé en changeant totalement son son, sa voix, en accélérant régulièrement le tempo à la limite du blast et en baissant d'un cran dans la qualité jusqu'ici exceptionnelle de ses fameux leads cristallins. Les riffs qui tournent en boucle sont toujours aussi bons, mais leurs échos sont morts et ils en sont moins beaux. Les guitares sont trop séches, la batterie trop plate. Les ruisseaux acoustiques au bord desquels on s'était accroupi en se tenant la tête pour chialer tout son saoul sont comme moins émouvants, glacials, plus maigres et désolés. Et puis il y a cette voix, sans effet ni distance qui vous gueule à l'oreille sans aucune émotion, juste de la violence, de la brutalité. Que s'est-il donc passé dans la clairière de Drudkh pour qu'il n'y ai plus d'échos? Plus d'étoiles ni de ciel, juste sécheresse et poussière? La linéarité, la naïveté touchante des leads mélancoliques, la grande simplicité des rythmes de batterie... tout ce que Drudkh élevait au rang de dépression et de tristesse sublime à coup d'espace sonore est aujourd'hui réduit à sa simple expression, à sa facture primaire révélant ses défauts, les approximations et les facilités. Il va donc nous falloir réapprendre à errer, oublier le ciel haut pour un bois plus serré, faire le deuil difficile des gemmes de beauté bruts dont les mystérieux Drudkh incrustaient leurs chansons. Intro sans intérêt, "Eternal sun" moyenne et une dernière pièce de folklore ukrainien qui comblerait nos yeux si elle ne durait pas quatre trop longues minutes... c'est un tiers de l'album qui laisse à désirer. Mais lorsque l'on est prêt, une fois qu'on a admit que "Autumn Aurora" marquait la fin d'un son qui portait la douleur au delà du déchirement, on prend la route du cygne, et la beauté revient. "Blood", "Glare of 1768", The price of freedom" et "Fate"... s'extrayant peu à peu de ce son étriqué, les riffs de nostalgie, les éclats magnifiques des leads qui s'entrecroisent, la lourde mélancolie qui gonfle les accords nous ramènent au pays. L'inspiration est là, les riffs résonnent d'images, les acoustiques larmoyent ou donnent du coeur au ventre par leurs accents épiques... les apothéoses d'un "The price of freedom" aux guitares éclatantes : c'est un bien long chemin que cette route du cygne avant qu'il ne nous mène au coeur des larmes de Drudkh; mais malgré la poussière et la pluie disparue, grâce à la violence superbe, à la noiceur cendrée, grâce à de très bons riffs noyés de leads sublimes, les quatre pièces centrales de ce troisième album retrouvent de cette grandeur que l'on croyait passée. Ne désespérez pas lors du premier voyage, ne laissez pas ce son vous maintenir à l'écart. Drudkh est bien de retour, son black metal qui chiale et son goût du passé, des histoires belles et tristes qu'ils se racontent sans cesse en hurlant sur leur sort, légendes de fiers guerriers, de nature maltraitée, d'ancêtres oubliés. Ne désespérez pas : Drudkh le fait pour vous, avec classe et talent, et sa pointe de génie.

note       Publiée le dimanche 19 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The swan road".

notes

Note moyenne        29 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The swan road".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The swan road".

Demonaz Vikernes › jeudi 17 novembre 2016 - 15:04  message privé !

La chronique est assez juste, les pièces d'ouverture et de clôture ne sont pas vraiment ce que l'album offre de mieux. Les 4 titres centraux sont excellents par contre et proposent un nouveau visage pour le groupe. Pas l'album le plus facile de Drudkh mais il en vaut la peine

Note donnée au disque :       
Rikkit › lundi 18 avril 2016 - 23:21  message privé !

Terriblement humain, alors que Forgotten Legend et Autumn Aurora étaient forestiers. Plus grossier, plus raw en fait et du coup plus imparfait, presque plus black, mais olalala, pas plus mauvais, olalalala, non non. Saenko fait poindre ses élans natios et énervés, et c'est un poil différent mais toujours aussi beau et puissant.

Putain ses leads qui sortent de nul part, c'est juste parfait.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › jeudi 18 octobre 2012 - 08:53  message privé !

/

Note donnée au disque :       
Sgt.Patton › jeudi 4 août 2011 - 16:28  message privé !

Jusqu'à récemment, j'avais encore beaucoup de mal à me pencher sur d'autres albums de Drudkh que le sublime "Autumn Aurora", ayant l'impression de ne jamais retrouver ses qualités atmosphériques si particulières (je ne me suis jamais remis du lumineux "Sunwheel"). Je viens de passer le cap, et suis en train de m'écouter en boucle ce "Swan Road". Une fois accepté cette rudesse nouvelle dont il est question dans les commentaires précédents, je me prends une vraie claque, telle qu'avait pu l'être ma découverte d'Autumn Aurora. Une musique plus hargneuse, mais qui récèle tout autant de beautés, emplie de tristesse sans être dénuée de ses moments de lumière (les passages en Majeur de "Fate" foutent des frissons"). Bref, je suis loin d'être un passionné de Black, mais Dieu que ce groupe est grand.

Note donnée au disque :       
M-Atom › mardi 16 novembre 2010 - 17:32  message privé !

je l'aime de plus en plus celui ci ! en fait je trouve que c'est cette rudesse qui rebute de prime abord qui le rend attachant par la suite...enfin c'est mon ressenti.

Note donnée au disque :