Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDrudkh › Forgotten legends

Drudkh › Forgotten legends

cd • 4 titres

  • 1False dawn15:57
  • 2Forests in fire and cold8:55
  • 3Eternal turn of the wheel11:44
  • 4Smell of rain2:46

enregistrement

Enregistré durant l'été 2002.

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
pagan black metal mélancolique

Païennes, tristes, sombres et lancinantes, épiques et crues, les légendes oubliées qui se racontent ici dans la clairière de Drudkh, à la lisière du soir tout au bord des ténèbres, nous parlent de l'hiver, de Kampfar et du froid. Les rythmiques folk et fières, soulignées d'acoustiques, l'ombre de Primordial et la batterie ancienne, guerrière ou dépressive... on saisit son épée, on se tient sous les arbres le torse bombé et sûr, porté par les accords, acquis à la bataille... mais les lourdes bourrasques de vent et de feuilles mortes qui soufflent et soufflent encore, cachant le ciel orange et apportant la pluie ne mènent aucune armée: l'ennemi est la douleur, la mélancolie brute, les riffs roulants de Drudkh sont mémoires et tristesse, les guitares de tempêtes sont denses et opaques, n'apportant comme lueur que les brumes froides et or de leurs harmonies sombres, rogues et désespérées. Un black massif et dur, mélodique et pesant, une clairière sans soleil sous une pluie de larmes, l'amour des natures mortes et des brises forestières, des complaintes du passé, et la haine en bannière pour unique nostalgie. La clairière est hantée de la rumeur constante d'une guitare noire et rude, remuant les notes sombres et grondant sans relâche, en portant sur son dos telle une monture aveugle les harmonies superbes, déchirantes et hurlées de sa soeur dépressive. Cette première veillée dans la clairière de Drudkh est un hymne aux anciens, glacé de solitude et de résignation. Malgré l'envie martiale, l'esprit épique et fier qui se dresse sur la route des rythmiques entraînantes, le souvenir des batailles et d'un glorieux passé s'éteint sous la douleur, sans force et sans victoire... dans l'ombre et la forêt, paganisme et noirceur, le combat que l'on mène pour l'honneur et la gloire, nourri du souffle guerrier que les riffs entretiennent demeurera fou, et vain. Les anciens ne sont plus, les ennemis sont partis, ne restent que les souvenirs et la douleur atroce d'un présent sans couleur... déposons armes et casques, laissons faire l'abandon et pleurons sous la lune... car Drudkh nous le raconte : si légendes il y eût, l'oubli les a noyées.

note       Publiée le jeudi 21 octobre 2004

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Forgotten legends" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Forgotten legends".

notes

Note moyenne        44 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Forgotten legends".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Forgotten legends".

Jesuis Envoyez un message privé àJesuis

..

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Oui, je trouve qu'ils sont (dans le domaine de la presse metal) quand même très médiatisés tous ces projets du Saenko et ces groupes de BM Volk Natür ach les feuilles morteuh se ramazzent à la pelle. La médiatisation, peut même passer par d'autres créneaux (cf. le barouf autour du ragnard rock, même dans "le progrès" on pouvait lire le mot Nokturnal Mortum)

yog sothoth Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

Il semblerait en effet... sinon je ne vois pas trop à quoi fait référence le "Black metalleux moyen", on a bouffé plus que de raison de l'Ukrainien nostalgique des vastes étendues gelées et de la pureté de son peuple.

nicola Envoyez un message privé ànicola

Certains n’ont pas travaillé trop dur : une étiquette NSBM, ça aide.

enslaver_666 Envoyez un message privé àenslaver_666

La scène black ukrainienne est plutôt méconnue du black métalleux moyen et pourtant, elle compte de solides acteurs (Nokturnal Mortum, Khors, Kroda...). Tous des groupes qui ont due travailler dur pour se faire connaître considérant le contexte politique et économique du pays. Drudkh est pour moi un cran au-dessus des autres de cette scène. Un groupe quelque peu obscure, qui est assez actif en terme de sortie d'albums depuis ses débuts et qui présente aujourd'hui une disco bien garnie et sans faux pas majeur. Drudkh fait partie des rejetons de Burzum. Ça s'entend dans leur style et dans l'approche musicale. "Forgotten Legends" n'est pas joué par des musiciens hors pair, loin de là. Par contre, on a un groupe qui sait apporter des ambiances fortes, tout en restant basique. Les gars de Drudkh nous transportent dans leur coin de pays, dans les forêts denses, à l'aube qui se fait brumeuse. La force de la nature est omniprésente, avec l'esprit païen et guerrier qui plane. Les guitares ont une sauveur norvégienne old school et ô combien efficace dans les mélodies. Il y a quelques longueur inutiles je trouve, surtout quand on répète le même riff à l'infini sur 2-3 minutes (y'a du Varg encore là-dedans). Reste que l'album présente 3 solides morceaux (je ne compte pas le dernier), avec "False Dawn" comme point majeur, qui faisaient que Drudkh débutait en force.

Note donnée au disque :