Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNektar › A tab in the ocean

Nektar › A tab in the ocean

4 titres - 35:52 min

  • 1/ A Tab In The Ocean (16:53)
  • 2/ Desolation Valley/Waves (8:12)
  • 3/ Crying In The Dark (6:28)
  • 4/ King Of Twilight (4:19)

enregistrement

Dierks Studio, Cologne, Allemagne, octobre 1972

line up

Roy Albrighton (guitare, chant), Allan "Taff" Freeman (mellotron, claviers, choeurs), Ron Howden (batterie, percussions, choeurs), Derek "Mo" Moore (basse, chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité.

chronique

Styles
progressif
rock
Styles personnels
hard psychédélique

Dès leur second album, Nektar embrasse la cause progressive avec une aisance étonnante. Composé de seulement quatre titres (cinq si l'on compte "Waves" couplé à "Desolation Valley"), "A Tab In The Ocean" est le premier des deux énormes pavés que les quatre anglais vont balancer à la gueule de l'élite. Le jeu de guitare de Albrighton est déjà plus fluide, sans parler des effets d'échos sur la voix qui confirment que le Floyd demeure le point de référence absolu. Mais Nektar ne cède toutefois pas à la facilité en nous proposant d'emblée un titre ambitieux, celui qui donne son nom à l'album. Fait unique, il s'écarte fondamentalement de tout ce que la scène progressive pouvait bien nous proposer à l'époque sous ce format particulier. Le côté excessivement théâtral des "Close to The Edge", "Lizard", "Supper's Ready", "Karn Evil 9" et autre "Thick As A Brick", opérettes rock qui ont valu au genre sa réputation, est purement et simplement absent ! Si "A Tab In The Ocean", le titre, explore tout de même des thèmes différents, ils sont peu nombreux (pas plus de trois) ; ensuite, ils restent tous dans la même gamme, si bien que l'on devrait en vérité parler de variations. Mais pas d'inquiétude, le côté tripant s'exprime toujours à travers les différents longs passages instrumentaux où guitare et claviers se déchaînent sur une rythmique appuyée ("Crying In The Dark"). Il y a d'ailleurs un côté bien plus rude, non seulement en terme de production, mais aussi en terme d'attaque des instruments. Sans évoquer le moins du monde les contes et légendes issus du folklore britannique comme le faisait alors Genesis, on retrouve un peu de la dureté de "Nursery Cryme" dans le son développé par Nektar. À moins qu'on ne préfère voir "Journey to The Center of The Eye" comme un seul gigantesque morceau subdivisé en treize sections indépendantes (ce qui n'est pas faux en soi), on dira que ce qui le distingue fondamentalement de "A Tab In The Ocean", c'est l'application et l'ambition avec laquelle Nektar a désormais entrepris de développer ses morceaux. On est peut-être finalement plus proche de Hawkwind pour le coup, Nektar ayant sans aucun doute sa part de responsabilité dans le développement du son heavy.

note       Publiée le jeudi 7 décembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A tab in the ocean".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A tab in the ocean".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A tab in the ocean".

snooky › samedi 12 février 2011 - 21:13  message privé !

Banco ! Pour ce deuxième album, Nektar choisit sa voie : rock matiné de progressif, inspiration floydienne, c'est possible.Et le résultat est à la hauteur. Nektar va droit au but et vous balance en pleine poire une musique inspirée, sans temps mort, un rock musclé.Etonnant titre éponyme, superbe Désolation valley sans parler du King of Twillight qui vous vrille la tête.Le seul album de Nektar dont je ne me lasse pas.Et jamais, au grand jamais,le groupe ne fera aussi bien.Pour moi un chef d'oeuvre.Et dès le deuxième album.Ca vous rappelle pas quelque chose, ça ?

Note donnée au disque :       
prypiat › mercredi 22 juillet 2009 - 15:11  message privé !

J'aime beaucoup "King Of Twilight" (même si je ne connais que la version reprise par Iron Maiden)